Bonjour à tous les Teslaphiles

J’ai testé pour vous (mais d’abord pour moi) un monocycle gyroscopique électrique pendant une journée. Cet accessoire pourrait très bien se trouver dans le frunk des plus courageux et de plus agiles d’entre nous (parce que c’est plus classe d’avoir des choses rangés dans le coffre à l’avant).

Qu’est-ce que c’est ?

Le monocycle électrique est au gyropode (vous savez, le Segway par exemple) ce que la moto est au transports terrestres. C’est un petit véhicule électrique possédant une unique roue, qui permet de se déplacer « aisément » en ville, à une allure réduite et sur de petites distances.

Une image parlant mieux que des mots, voici une photo pour illustrer :

Solowheel-crosswalk-1

 

Hum, comment fait-on pour ne pas tomber ?

Le monocycle électrique est une roue entraînée en rotation par un moteur électrique. La « carrosserie » regroupe l’ensemble roue + moteur + batterie + capteurs et c’est sur des reposes-pieds fixés que l’on se place debout, en équilibre.

En effet, l’utilisateur se trouve en équilibre sur la seule roue, et ce sont les capteurs qui permettent de rester à l’équilibre. Pour faire simple, si le centre de gravité « avance » et tend à rompre l’équilibre, la roue va se mettre à tourner afin d’empêcher la chute et ainsi on avance, inversement, si le centre de gravité « recule » le moteur va freiner la roue, la vitesse diminue. Pour tourner, il suffit de tourner le haut du corps vers la direction souhaitée et, comme en moto ou en vélo, on se dirige ainsi dans la direction voulue.

Il faut des années d’entrainement pour réussir à tenir et se déplacer ?

Malgré la présence des capteurs, le sentiment d’instabilité est grandement présent au début de l’assimilation de la position et de la technique à avoir, il faut donc s’entraîner et s’efforcer à parcourir le maximum de distance sans perdre l’équilibre. Personnellement, après deux heures de tentatives sur le parking d’une station essence, j’ai pu rentrer chez moi sur la machine sans perdre l’équilibre trop de fois. Le lendemain, j’ai même rendu la machine prêtée après avoir réussi à circuler sur une rue à gros pavés. D’après les dires de la gérante, rares sont les personnes à avoir réussi à ramener la machine en étant aussi à l’aise dessus, mais c’est comme le vélo, ça s’apprend.

Les caractéristiques techniques (prix, poids, vitesse, …)

La machine testée possède une roue de 16 pouces, une autonomie de 15 à 20 km (suffisant pour des trajets urbains quotidien), une vitesse max de 20 km/h, pèse 11 kg, pour un temps de charge de 90 minutes. C’est une des plus légère du commerce, mais en contrepartie c’est celle dont l’autonomie et la vitesse maximale sont les plus basse, puisque c’est la plus petite batterie que l’on trouve sur ces produits. Son prix est en conséquent attractif, à hauteur de 550€ pour la version essayée (Compter, par exemple, 1750€ pour une mono roue de 840 Wh, 16 kg, une autonomie de 70 km, une vitesse max de 25 km/h et quelques options).

A noter que nous avons trouvé un bon produit sur Amazon:

J’espère que cet article vous aura intéressé et que vous aurez des éléments de discussions si vous croisez une personne sur un engin comme celui-là.

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer
Avis Global
Design - 9
Vitesse - 8
Prix - 7
Résumé Les plus : + Autonomie + Poids + Taille (plus facile pour se faufiler entre les piétons qu'un gyropode) + Rentre dans le frunk (même des Dual je pense) Les moins : - Vitesse maximale facilement sur une piste cyclable - Certaines roues ne peuvent s'utiliser sous la pluie - Prix
8

Vous aimerez aussi

One thought on “J’ai testé pour vous : le monocycle électrique

Laisser un commentaire

*