By Tesladdict

 

Si certains dossiers sont encore en cours d’analyse d’autres connaissent presque leur épilogue technique. L’occasion de faire le point sur ce sujet qui régale les médias.

Heureusement qu’ils n’en font pas de même avec les accidents de toutes les autres marques, nos journaux seraient trop lourds à porter. Est ce la rançon de la gloire ou une complaisance assumée au bénéfice des précieux annonceurs. Voyons, voyons… « Das Auto » ? ou « Béhême » ? La marque aux options qui ne coûtent rien qui vous propose livrée de suite une hybride avec 40 km d’autonomie en concurrence avec le Model 3. On comprend qu’elle soit en stock en effet.

Bref pour revenir à nos moutons il semble bien que nombre de ces accidents soient dus principalement au comportement peu orthodoxe de leurs conducteurs.

Le dernier en date et en Hollande : il roulait à 155 km/h sur une route où la vitesse était limitée à 70 ! Même en thermique, ça pose problème, non ? S’il avait activé l’Autopilot peut être serait il encore en vie. Enclenché il adapte en effet la vitesse du véhicule au profil de la route empruntée. Cette voiture n’aurait jamais pu rouler à 155km/h avec l’Autopilot !

accident-2

Au final un accident de la route banal sauf que l’attitude des pompiers sur place surprend un peu. Pourtant Tesla communique aux services concernés toutes les infos sur ce sujet qu’il s’agisse d’éteindre le feu ou de désincarcérer un passager. Ils y sont obligés comme tous les constructeurs automobiles. Ensuite si les pompiers ont oublié de se former, c’est une autre histoire, bien embêtante quand même car que se serait il passé si ce malheureux conducteur n’était pas mort sur le coup ?

L’avant dernier à Biarritz ; Tesla vient de publier une note. Selon la marque le feu aurait pris au niveau d’une connexion électrique mal réalisée par un monteur alors qu’un tel problème ne  serait pas arrivé si elle avait été faite par un robot. Ça pose un peu question quand même. Car si toutes les Model S ont été montées sur ce principe il va y avoir du rappel dans l’air. Quand on voit le dernier rappel de 4,5 millions de véhicules d’un autre constructeur parce qu’une connexion, (là aussi), empêcherait dans des cas exceptionnels les airbags de se déployer quand c’est nécessaire, on comprend certes que ce genre d’incident n’est pas unique mais pour autant pas rassurant.

Le plus célèbre :

Il (hélas pour son conducteur décédé) met en cause l’Autopilot car il était activé au moment de l’impact. Tesla a aussi publié une note expliquant que le radar frontal et la caméra n’avaient pas détecté le camion pour deux raisons : une couleur blanche sur un fond de ciel aussi blanc et un camion sans barres de sous caisse conduisant le radar de la S à ne rien détecter du tout. Tout récemment la compagnie a obtenu un nouveau délai pour produire les éléments de son enquête interne devant la NHTSA. Quoiqu’il en soit, comme l’adage qui pose que « celui qui marche avec une bougie ne voit pas tout mais éclaire le chemin de ceux qui le suivent », Tesla « profite » de cette malheureuse expérience pour publier d’ici quelques jours une nouvelle version améliorée du système dont les S actuelles sont équipées et une V2 entièrement différente avec 3 caméras frontales et plus de capteurs périphériques.

Précisons qu’il n’y aura pas dans ce cas de rappel au garage des S ou X mais une simple mise à jour par wifi !

Pour les autres sorties de route:

Selon l’enquête de Tesla à partir des logs de la voiture, le conducteur de la X avait désactivé son Autopilot quelques secondes avant d’en perdre le contrôle, selon l’enquête de la gendarmerie allemande la conductrice novice avec ses 4 jeunes compagnons n’avait pas d’Autopilot et avait aussi perdu le contrôle de sa voiture dans un virage abordé à trop grande vitesse.

Il n’en demeure pas moins que ces explications ne satisfont pas tout le monde pour ranger ces accidents à la triste page des faits divers de tous les jours. Ainsi depuis la lointaine Australie où la biodiversité n’est pas qu’un mot, un bipède, humain, fait à partir de l’examen des photos publiées dans les médias sa propre analyse des causes et raisons des accidents et les fait suivre de plaintes pour mise en danger des personnes auprès de la NHTSA.

Il en est à sa 15ème plainte, a été débouté pour les 14 premières et espère sans doute que son obstination le rendra célèbre. Raté je ne vous dirai pas son nom. Le problème c’est que quelques médias en font leurs choux gras et si vous vous amusez à lire les commentaires des internautes qui suivent les articles du Figaro ou d’Auto moto et consorts vous verrez que ce pilonnage répété produit des effets sans doute dommageables à la promotion de l’électro-mobilité.

Et ça c’est regrettable !

 

 

 

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer
Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

3 thoughts on “Au point où nous en sommes des accidents en Tesla

  1. Superbe commentaire, bien tourné et qui je l’espère remettra à leur place tous ces détracteurs de l’électro-mobilité.
    Ce que réalise Elon et toute son équipe est extraordinaire et en dérange plus d’un. Mais vu son caractère ce n’est pas cela qui va le décourager bien au contraire cela le stimule dans ça quête de faire évoluer le monde.

  2. Bonjour, ils ont toujours besoin de casser ce qui dérange, pour ma part j’attend avec impatience ma MODEL 3 et j’étais tellement pressé de rouler en tout électrique que je me suis acheté une FLUENCE ZE d’occasion et je roule depuis 2,5 mois et déjà fait pratiquement 3000 km avec une voiture qui possède 100 km d’autonomie réelle ( bien loin des 160 km annoncés, bidouille informatique voulue par le constructeur car avec 22KWH de puissance batterie et une consommation moyenne en ville de 15 KWH soit 154 km, sur autoroute à 110 km/h constant j’arrive à une moyenne de 12 kWH soit 183 km, je comprend pas pourquoi je ne sais pas faire plus de 100km quelque soit mon type de conduite, aiguille de la jauge batterie sur 1 après 10 à 12 heures de charge sur une prise 220v 10A classique ; autonomie max 105 Km après être descendu à 15 km autonomie presque dans le rouge ) Malgré cela, j’en suis super satisfait. Certes pour le moment j’ai toujours besoin de mon tank VW golf diesel si je dois aller plus loin que 50 Km de chez moi, vivement 2018.
    Tous ceux qui disent que l’on ne sait pas rouler en 100% électrique sont des ignares qui s’accrochent à des systèmes archaïques qui polluent et font du bruit.
    Vive TESLA et ELON MUSK.

  3. Oui, une Fluence, c’est déjà un pied dans le monde du silence électrique et écologique ! Pour ma part, j’adore roulé avec ma Zoé qui en 3 ans a fait plus de 56000km. et fils roulent en Tesla S 70D et cet été on a fait 2000 km.,. Seul bémol l’assise aux places arrière qui est très mauvaise si l’on fait plus de 1 heure de route.

Laisser un commentaire

*