Rejoignez les 15000 Inscrits à la Newsletter Tesla Magazine. Restez informés de l'actualité, de nos événements et de nos bons plans!
Envoyer

 

 

By Marius

 

Réduire à la fois le bruit et la pollution dans les zones les plus urbanisées est une des grandes problématiques que tentent de résoudre ceux qui agissent en faveur de l’environnement.

Il suffit de rester assis sur un banc public quelques minutes pour observer sur les boulevards le grand nombre de deux-roues en circulation. Et parmi ces deux-roues abonnés aux centres villes, la proportion de scooter est devenue vraiment importante.

En effet, ceux qui ont choisissent le deux-roues pour se faufiler et se stationner facilement en ville s’oriente généralement vers les scooters, plus confortables, avec notamment de nombreux modèles en trois-roues.

Ce constat a conduit de nombreuses entreprises à se tourner vers l’industrie de l’électrique pour proposer des scooters 100% électriques destinés à un usage urbain. Aujourd’hui les marques qui proposent ce type de deux-roues sont de plus en plus nombreuses et de mieux en mieux organisées.

L’offre s’est fortement développée pour permettre aux consommateurs de s’orienter sur des modèles tous différents les uns des autres. Plus d’une dizaine de marques commercialisent en France des modèles 100% électriques, dont les français Peugeot et Norauto ou l’allemand BMW.

Malgré cette offre diversifiée, les amoureux du vintage devront malheureusement attendre un peu. En effet, la Vespa électrique n’a toujours pas été annoncée. Toutefois, Piaggio, constructeur du célèbre modèle italien, s’est déjà engagé dans l’électrique en proposant des modèles hybrides et électriques destinés à un usage professionnel.

piece-jointe

La pluralité des modèles proposés ne suffit malheureusement pas à supplanter le moteur à explosion sur notre territoire. En effet, avec seulement 1861 immatriculations en France en 2015 pour les scooters électriques équivalents à 125cc et plus, nous sommes bien loin des 47600 immatriculations enregistrées par leurs rivaux thermiques. Toutefois, ce chiffre est en nette augmentation par rapport aux 1158 unités immatriculés en 2014 (+60.7%).

La révolution viendra peut-être d’entreprises telles que Cityscoot. Dans la lignée de Velib’ et Autolib’, cette jeune entreprise a lancé en juin ses 150 premiers scooters électriques en libre-service dans la capitale. Le service est proposé aujourd’hui à partir de 20 centimes d’euro par minute, location du casque comprise. La marque a pour ambition de se répandre rapidement dans les grandes métropoles françaises et européenne mais devra avant tout faire ses preuves dans Paris. L’entreprise pourra compter sur l’engagement de la mairie de Paris en faveur des énergies propres, ce qui devrait permettre à la startup de s’implanter rapidement et durablement dans les rues parisiennes.

Les particuliers ne constituent pas les seules cibles auxquelles les constructeurs proposent des scooters électriques. Les professionnels possédant des flottes de livraison peuvent également être séduits par les bénéfices du moteur électrique. 

C’est par exemple le cas de la startup françaises U’mob qui commercialise aujourd’hui deux modèles entièrement dédiés à la livraison. Un modèle, le S4 Delivery type 50cc, conçu pour la livraison urbaine et un autre, le S5 Delivery type 125cc, conçu également pour les livraisons péri-urbaines. En ce qui concerne l’autonomie, l’entreprise propose deux batteries de puissance différente en fonction des besoins permettant de rouler 60 km ou 80 km. Mais la caractéristique la plus intéressante reste le système « Easy-Plug » grâce auquel la batterie peut être retirée ou installée en moins de 2 secondes. De ce fait les batteries peuvent être changées à souhait pour démultiplier l’autonomie du scooter. De quoi satisfaire les snacks, pizzerias et autres fastfoods possédant de nombreux scooters de livraison aujourd’hui encore majoritairement thermiques.

D’autres startups ont également perçu les enjeux des scooters utilitaires comme l’Allemand Govecs ou le français RP Diffusion mais également des constructeurs traditionnels tels que Piaggio, qui a été cité plus haut, avec son Liberty Email, 100% électrique, destiné à un usage professionnel.

L’usage de scooter électrique à d’ailleurs séduit La Poste qui renouvelle progressivement son parc de deux-roues par des trois-roues électriques commercialisés par le français Ligier.

Ces innovations en faveur de l’électromobilité ont une importance capitale en vue des transformations urbaines souhaitées par les politiques environnementales. Qui plus est, la difficulté à trouver les quelques stations-services cachées en centre-ville, et le prix des carburants proposés par ces dernières encourageront certainement les usagers de deux ou trois-roues à passer au moteur électrique dans un futur proche.

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

*