Difficile météo depuis quelques jours pour les amoureux de Tesla et les admirateurs d’Elon Musk. Après l’incroyable succès des réservations de Model 3 peut être fallait il s’y attendre.

Pas un journaliste, pas un média habituels soupçonneux ou détracteurs de la marque ne manque à l’appel. Tout y passe : des pertes à prévoir sur le Model 3, (1 500$ par voiture), jusqu’à la fortune d’Elon Musk, (capitaliste s’enrichissant sur le dos des contribuables), en passant par l’avenir très noir des actions de Tesla dont tous les paramètres analytiques sont au rouge.

Pour les méticuleux qui se rendraient sur les sites des articles cités ci après ne manquez pas les publicités qui les accompagnent : Renault, Nissan, VW, etc…mais ce n’est qu’un hasard de mise en page.

Ah j’oubliais la Chevrolet Bolt elle va gagner presque 5 000$ par unité vendue et comme elle sera commercialisée avant le Model 3, les amateurs de voitures électriques vont annuler leurs réservations de Tesla pour acheter la Bolt. C’est écrit donc c’est vrai.

De Madame Soleil à  Bloomberg en passant par Nuit debout, petit florilège sans oublier de citer autopropre.fr, latribune.fr,  j’en passe et des meilleures.

Extraits:

 

Selon autoplus.fr : 

« Malgré des commandes qui explosent, la nouvelle Tesla Model 3 pourrait ne pas être si rentable et serait vendue à perte

Présentée récemment, la Tesla Model 3 est déjà un véritable succès. La barre des 400.000 exemplaires commandés vient en effet d’être franchie en seulement un mois ! Le tableau pourrait toutefois s’assombrir. En plus des difficultés récurrentes que Tesla a pour livrer ses voitures à temps, celles-ci pourraient s’avérer peu rentables. Voire pas rentables. Selon un ingénieur de General Motors, en charge du développement de la Chevrolet Volt, chaque Model 3 vendue (Ticket d’entrée 35.000 dollars) entraînerait une perte de 1.500 dollars. Celui-ci se base sur un calcul prenant notamment en compte le prix des batteries. »

Selon quotidienne-agora.fr: 

« Tesla s’est transformée en une entreprise financière avec une composante d’assurances. Tesla sera dans une très mauvaise situation financière si la valeur de marché des véhicules Model S usagés est en-deçà de cette valeur résiduelle garantie.

(…)Les cellules rouges du tableau montrent les composantes utilisées dans la détermination de l’indice StarMine. Ce sont des indicateurs avancés de futures mauvaises nouvelles dans les publications financières. Elles sont toutes dans la zone rouge. Et voici pourquoi, je parie sur une baisse de Tesla sur le long terme. »

Selon moniteurautomobile.be: 

« C’est un spécialiste du genre qui l’affirme : la Tesla Model 3 ne sera pas rentable. Ces propos, c’est Jon Bereisa, ingénieur en chef du développement de la Chevrolet Volt qui l’a affirmé à nos collègues de la publication américaine Electrek. Et selon lui, le nombre de précommandes (plus de 400.000 à ce jour) n’y changera rien.

Selon les calculs de cet ingénieur, Chevrolet engrange un bénéfice de 4980 dollars pour chaque exemplaire vendu de la petit Bolt. Or, en suivant le même raisonnement, Jon Bereisa estime que Tesla ne pourra pas rendre sa Model 3 rentable car elle lui coûtera quelques 1500 dollars par exemplaire. Il est vrai que le Model 3 sera vendu 35.000 dollars de base, un prix effectivement bas. »

Selon le blogauto.com 

« Outre les habituelles questions quant à la capacité de la firme de Palo Alto d’assurer la cadence pour une production à grande échelle, certains se posent aussi des questions sur la rentabilité de la compacte électrique.

Avec un tarif annoncé aux alentours des 35 000 dollars, Tesla a fait un choix agressif afin de descendre en gamme. Pour un analyste, Colin Langan, et un ancien de la maison GM qui a notamment œuvré sur le développement de la Chevrolet Volt, Jon Bereisa, Tesla pourrait perdre de l’argent à chaque Model 3 vendue. »

Selon contrepoints.org et Véronique Rugy 

« Elon Musk a fait fortune en inventant des produits utilisés couramment par les consommateurs chaque jour. Maintenant, il profite de subventions et d’argent publics pour développer des idées qui n’apporteront probablement aucun bénéfice au contribuable. Il utilise ses accointances à l’intérieur de l’appareil d’État, et des lobbyistes cher payés, pour que le robinet d’argent public continue de couler en sa direction. Bien que cela ait été rentable pour lui personnellement, Elon Musk est une illustration typique de la connivence et le parfait exemple d’un individu riche abusant de son influence pour faire payer aux contribuables ses investissements risqués. »

Pour se consoler il existe quand même quelques observateurs objectifs. Pour Daniel Gross sur Slate.fr :

« Il a réussi à engranger 325.000 commandes pour une voiture plus abordable sans faire de publicité ni apparaître dans les salons, et sans construire un réseau de concessionnaires. Et c’est ça, la véritable menace qu’il représente pour l’establishment. Il est en train de créer non seulement un business model mais également un écosystème commercial alternatifs. »

 

 

 

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer
Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

10 thoughts on “Tesla bashing: l’offensive de printemps

  1. 1. Véronique Rugy devrait consulter un psy.

    2. Le Model 3 n’aura besoin que d’un pack de batteries de 50 kWh pour offrir une autonomie égale ou supérieure à la Bolt et ses 60 kWh. Le Model 3 devrait donc coûter moins cher, surtout que le coût de ses batteries est le plus bas de l’industrie, malgré ce qu’un ex-GM peut en dire.

    3. Daniel Gross est peut-être positif, mais il a oublié 75,000 commandes.

  2. Ce genre d’articles n’a aucun intérêt ! Il y a toujours eu des détracteurs et il y en aura toujours ! Tant pis pour eux !! La bave du crapaud…….

  3. côté Bolt, l’ingénieur qui fait son calcul sur une « perte » de 1500$ semble oublier que Tesla fabrique ses propres batteries et donc n’a pas à payer cet élément essentiel à un tiers qui prend une marge, donc gain sur cette marge.

  4. Il est affligeant de voir le peu de professionnalisme des journalistes, ou pire, leur parti pris !

    En effet, dans cet article d’Electrek RAPPORTANT une discussion entre Colin LAGAN, analyste financier chez UBS (Banque), et Jon BEREISA, entre autre ingénieur en chef du program Chevy Volt (http://electrek.co/2016/04/26/tesla-model-3-battery-pack-cost-kwh/), il est fait état de l’estimation du coût de production de la Model 3 qui, selon Jon Bereisa, serait supérieur au coût de vente du véhicule.
    Ce qu’oublient de vous rapporter les journalistes, c’est la suite de l’article où Jon Bereisa déclare se fonder sur un coût de batterie à 260$ le Kwh actuellement pour atteindre environ 190$ du Kwh, pour une batterie de 60 Kwh sur la Model 3 de base.
    Isl oublient également de vous rapporter la déclaration officielle de Jeff EVANSON, Vice Président de Tesla en charge des investisseurs, qui déclare que la Model 3 de base aura une batterie inférieure à 60Kwh pour une autonomie normalisée supérieur à 215 miles (340Kms). Il déclare de plus que le coût actuel des batteries Tesla est déjà) inférieur à 190$ du Kwh.

    Tout cela change bien entendu la donne, mais ne vas pas dans le sens de ce que souhaitent probablement les journalistes pour leur ligne éditoriale.

  5. En compléments pour ceux qui voudraient des éléments sur la fiabilité des Model S :
    Tesla est une marque « jeune » et la Model S a été lancée en 2012.
    Voici les chiffres relevés par Plug in America des pourcentages d’échanges standards sous garantie des Model S suivies depuis 2012 et par années :

    http://d2odvx3v4cbpyu.cloudfront.net/wp-content/uploads/2016/04/Battery-Survey-Model-S-Major-Maintenance-Model-Year.png

    Sachant que ces pourcentages s’appliques sur les véhicules vendus, voici ce que cela donne :
    2012 – 2650 TMS vendues – 927 TMS échanges moteur élec, 398 TMS échanges batterie, 238 TMS échanges chargeur.
    2013 – 22 442 TMS vendues – 6283 TMS éch. moteur, 898 TMS éch batteries, 674 TMS éch chargeur.
    2014 – 31 655 TMS vendues – 6647 TMS éch moteur, 633 TMS éch batterie, 2215 éch chargeur en raison du passage à un chargeur de 48 Amp.
    2015 – 50 046 TMS vendues – 1513 TMS éch moteur, 1500 éch batterie, 0 éch chargeur
    Comme ces chiffres le démontrent, si la Model S a nécessité au début des mises au point, il semblerait que ces problèmes soient derrière Tesla et que la fiabilité des séries vendues en 2015 soient dans la norme basse, mais au niveau d’Audi ou de BMW à moins de 3% de taux de défaillance (http://static.blog.leparisien.fr/media/10/5063013.png).

  6. Et enfin, une dernière contribution pour les inquiets :
    Par rapport à d’autres fabricants, Tesla est la compagnie qui a les coûts les plus élevés de couverture garantie de l’industrie automobile. Cela ne devrait pas être surprenant. Ces autres constructeurs automobiles ont fait des voitures depuis des décennies et certains depuis près d’un siècle. On pourrait donc s’attendre à ce qu’ils aient réglés leur problèmes de fiabilité maintenant. Tesla d’autre part construit des voitures avec des technologies de rupture et faisant face à des pics de croissance typiques des lancements sur un marché.
    Selon Reuters, Tesla passe plus de deux fois plus sur les demandes de garantie que Ford ou General Motors. Il dépense également plus que Mercedes Benz. Une information précise est difficile à évaluer, mais Reuters affirme que son analyse des rapports financiers de Tesla montre que la compagnie a dépensé 1043 $ par véhicule sur les réparations réelles et mis de côté 2036 $ en provisions de garantie pour couvrir les réparations futures sur les véhicules qu’il a vendus en 2015.
    Le coût total de la garantie en 2015 était de 52,8 millions $. Tesla a mis de côté 103 millions $ pour les futures réparations sous garantie des véhicules vendus l’an dernier. Toutefois, par rapport à 2014, il a réduit les frais de garantie de 17% et les provisions pour garantie ont été réduit de 34%. En comparaison, General Motors a passé 400 $ de réparations sous garantie pour chaque véhicule qu’il a vendu en 2015 et mis de côté 332 $ pour les travaux futurs. Ford a dépensé 429 $ par véhicule et mis de côté 308 $. Daimler a passé 970 $ par véhicule et mis de côté 1294 $.
    Tesla se situe donc pas très loin des standards de Daimler et affiche un taux de satisfaction des clients à faire pâlir tous ses concurrents, y compris les plus prestigieux.
    http://www.teslarati.com/tesla-positive-cash-flow-warranty-costs/

    1. merci pour ces excellentes contributions ! N’hésitez pas à nous faire part d’autres commentaires parfaitement documentés comme celui-ci.

  7. Tous ces responsables de marques de voitures concurrentes à Tesla me font bien rire en commentant le prix et les fonctionnalités des Tesla et prédisant les pires catastrophes financières pour Elon et ceux qui croient en lui . Ils feraient mieux de dépenser leur énergie à construire des voitures procurant à leurs utilisateurs la même satisfaction que les propriétaires de Tesla retirent de leur voiture. C’est le paramètre le + révélateur . On ne trompe pas le marché sur des longues périodes .

  8. Finalement après avoir lu tous ces journaleux, il est grand temps que j’aille me prendre quelques actions de Tesla !

  9. J’ai présentement un BMW X3 et une Porsche Boxster comme le prix du service est inclus pour 4 ans chez BMW je n’ai rien à redire et pour Porsche c’est un très bon véhicule mais les frais de service pour la maintenance sont tout simplement scandaleux. Ma location du BMW se termine au début de 2017 et Tesla est sur ma liste…tout en haut et ce peut importe les commentaires des oiseaux de malheur contre le fabricant Californien…

Laisser un commentaire

*