L’actualité de Tesla ce n’est pas que ses voitures, c’est aussi ses besoins en financement et par delà son cours en bourse.

Comme chaque fin d’exercice les analystes boursiers qui couvrent l’actualité de Tesla Motors ont commencé à publier leurs premières conclusions à quelques semaines de la fin de l’année. Ces commentaires ne sont pas sans conséquences tant les ressources de cette compagnie comme d’autres sociétés high tech dépendent des réactions de Wall Street.

Précisons au préalable qu’alors que Tesla Motors dispose de 3 milliards de dollars de cash, la société a annoncé hier avoir obtenu 500 millions de crédits supplémentaires auprès de deux organismes pour financer le lancement du prochain Model III et ce malgré un environnement toujours aussi peu favorable à la mobilité électrique. Une étude récente faite aux USA sur la publicité pour les voitures électriques montre que les constructeurs automobiles historiques investissent toujours beaucoup, beaucoup plus en publicité pour leurs gammes thermiques et ne vantent leurs modèles électriques que dans les États où existent des subventions pour les consommateurs ! Pas demain la veille de les voir changer leurs habitudes !…

Une question en passant: où vont aller les milliards de dollars de pénalités infligées à VW ? À la promotion de la mobilité électrique ? On peut rêver.

C’est au terme d’une rencontre avec Jeff Evanson, Vice président Tesla en charge des relations avec les investisseurs, que deux analystes de la Pacific Crest, société spécialisée dans le conseil à l’investissement, ont rendu compte de leurs premiers commentaires et recommandations alors que les résultats du quatrième trimestre ne sont pas encore connus.

Brad Erickson et Elliot Arnson sont sortis de cette réunion avec le sentiment que le Model III sera probablement commercialisé au cours de la seconde moitié de 2017, (ce qui contredit les prédictions d’il y a quelques semaines d’un autre analyste qui le croit impossible avant 2018), mais ils restent plus réservés quant à la performance de la société. Au final ils donnent une note de valeur « à conserver » aux actions de Tesla mais soulignent qu’il leur est difficile de faire quelque recommandation que ce soit sur un plus long terme.

Ils précisent que «Les investisseurs en bourse croient toujours que l’électrification des voitures à un niveau mondial profitera à l’approche verticale de Tesla de fournir les voitures et l’énergie pour les faire circuler, ce qui est certainement plausible à notre avis, mais qu’il est très difficile d’attribuer une valeur certaine à un tel marché à ce stade, naissant, de son développement.  »

Parmi les points positifs pour expliquer leur analyse ils énumèrent les événements à venir, comme la mise en route de la Gigafactory le 4 janvier prochain et la commercialisation du modèle 3 l’été prochain, mais listent aussi parallèlement les difficultés identifiées selon eux à court terme: « Deux trimestres à venir de probables baisses dans les livraisons du modèle S et la demande de modèle X toujours en retard sur les prévisions ».

Ils concluent leur commentaire en écrivant: « Nous avons besoin d’être rassurés au sujet de ces deux facteurs qui peuvent refléter une faiblesse structurelle profonde avant d’être plus positifs ». Erickson a aussi noté que la production du modèle X est encore «quelque peu incohérente.» production qu’ Elon Musk a lui même décrit comme «l’enfer pour Tesla» pendant la première moitié de l’année 2016, mais qu’elle semble avoir été stabilisée au cours du dernier trimestre. Ainsi Tesla est passée d’une production de 2 400 unités de modèle X au premier trimestre à 4 465 au deuxième trimestre et à 8 821 au troisième trimestre. Le même Erickson a noté que bien que Tesla a introduit des versions moins coûteuses du modèle S au cours de l’année avec le modèle S 60, les acheteurs continuent à privilégier les options de marge élevée. Et que Tesla ambitionne de livrer environ 25.000 véhicules au cours du quatrième trimestre ce qui lui permettrait d’atteindre son objectif de 80.000 livraisons en 2016. (Ambition cohérente avec la poussée des livraisons constatée depuis quelques semaines et l’apparition des voitures dites « d’inventaire » en volume important dans les Tesla Stores.)

Un peu comme pour la Météo dont les prévisionnistes n’hésitent pas à nous avertir d’ « une journée pluvieuse avec de nombreuses éclaircies ensoleillées », véritables Pythies des temps modernes les analystes et conseils en investissements boursiers contribuent toujours à la volatilité du cours des actions. Ne parle t on pas d’ailleurs de « jouer à la bourse » ? Drôle de jeu quand même quand en on mesure les conséquences ! La suite au prochain numéro ? Nul doute que de nombreuses analyses vont se succéder dans les prochaines semaines pour justifier les prises de bénéfices ou les prises de risques. À chacun d’en tirer sa propre conclusion. Pas plus sûre pour autant mais au moins en toute responsabilité.

 

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer

Vous aimerez aussi

One thought on “Tesla Motors : Analyse boursière de fin d’année

Laisser un commentaire

*