Un grand merci à Ninah Rahobisoa qui pour La Tribune.fr a traduit la charge au vitriol de Bjorn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center et professeur adjoint au Copenhagen Business School. De quoi régaler nos soirées entre amis ou de permettre à d’autres médias de s’en donner à cœur joie pour démarrer un nouveau Tesla Bashing.

Alors voilà, attachez vos ceintures et en route pour le grand frisson ! Ouvrons les guillemets :

« La nouvelle Tesla, une « voiture qui peut changer le monde »? Cette publicité ne correspond à rien. Il est insensé de gaspiller des millions de dollars en subventions pour des jouets de riches réduisant marginalement les émissions de carbone. Suite à la présentation de la nouvelle Tesla 3 par Elon Musk, certains médias se sont empressés d’annoncer en écho l’avènement d’une « voiture qui peut changer le monde » et dans la foulée « dominer » le marché. (…)

Un avenir durable pour la planète?

Tout ceci peut être assimilé à un débat iPhone vs Galaxy – à une exception près que ces voitures sont plébiscitées et considérées comme contribuant à l’écologie et bénéficient de fait de subventions atteignant des milliards de dollars.

Avant de dévoiler la voiture, Elon Musk a déclaré dans un discours moralisateur que Tesla a été conçue pour donner à la planète un avenir durable, soulignant notamment la hausse des niveaux de CO₂, et déplorant 53.000 décès liés à la pollution de l’air issue du transport. Tesla, selon son discours, est un sauveur de vies.  

Comme tous les autres véhicules électriques, elle produit « zéro émission » de pollution atmosphérique et de CO₂. Mais, en réalité, cela vaut uniquement pour la voiture en elle-même, puisque l’électricité qui l’alimentera est souvent produite à partir du charbon, ce qui veut dire que cette voiture supposément propre sera responsable d’une pollution atmosphérique lourde. En tant qu’investisseur vert en capital risque, Vinod Khosla se plaît à souligner que « les voitures électriques sont des voitures qui roulent au charbon ».

 Une augmentation de 10% en 2020 du parc automobile diesel et à essence des États-Unis induirait 870 décès de plus liés à la pollution de l’air. Projetée sur les voitures électriques, une telle augmentation causerait 1.617 décès supplémentaires par an, principalement liés à la combustion du charbon. (…)

Par ailleurs, si les voitures électriques émettent moins de CO₂, cette économie est bien plus limitée que la plupart des gens s’imaginent. Après avoir effectué 150.000 km au cours de sa durée de vie, le modèle haut-de-gamme Tesla S aura émis environ 13 tonnes de CO₂. Mais, à elle seule, la production de ses batteries en émettra 14 tonnes, en plus des 7 tonnes supplémentaires générées par sa production et son démantèlement en fin de vie.

A peine moins polluant que le diesel…

Comparativement le modèle diesel, ayant une performance similaire, Audi A7 Sportback, qui consomme environ 7 litres aux 100 km, soit 10.500 litres au cours de sa durée de vie, produira une émission de 28 tonnes de CO₂. Cette Audi émettra également un peu plus de 7 tonnes en production et en fin de vie. Au total, la Tesla émettra 34 tonnes contre 35 pour l’Audi. De fait, sur une décennie, la Tesla n’épargnera la planète que d’1,2 tonnes de CO₂.

Pour mettre cela en contexte : appliquée sur le système d’échanges de quotas d’émission de l’Union européenne, une réduction de 1,2 tonnes de CO₂ coûtera environ 7 dollars ; mais par contre, nous payons jusqu’à 12.000 dollars en subventions pour chacune de ces voitures. La totalité des voitures électriques vendues à ce jour dans le monde a englouti 13 milliards de dollars en subventions, pour n’épargner finalement que 3,3 millions de tonnes de CO₂. Cela réduira la hausse globale des températures de 0.00001°C en 2100 – ce qui équivaut à faire reculer le réchauffement climatique de 30 minutes à la fin de ce siècle.

Les voitures électriques seront une bonne idée lorsqu’elles pourront être concurrentielles – probablement en 2032. Mais il est insensé de gaspiller des millions de dollars sur le dos des contribuables pour des jouets de riches qui tuent plus de gens à travers les émissions qu’ils induisent, tout en réduisant à peine les émissions de carbone. La Tesla 3 est effectivement une merveille à « zéro émission »- mais c’est uniquement parce qu’elle n’existe pas encore. »

Voilà c’est dit fermons les guillemets!

Si après avoir lu ça vous avez ou voulez encore acheter une voiture électrique c’est que vraiment comme moi vous êtes débile de penser faire un choix utile et positif. (Sans parler du plaisir qui n’est pas notre sujet du jour).

Mais après le choc doit venir le temps de la réflexion et de l’analyse. Je me dis que quand même il n’est pas possible que tant de monde se trompe !

Certes je n’ai pas les diplômes de M. Lomberg et ne suis chargé d’aucun cours ni d’aucune leçon à donner mais certaines affirmations de cet article m’interpellent. Je vous laisse apprécier ou débattre et pour les plus scientifiques apporter leurs lumières.

1° Je suis heureux d’être encore un enfant. Lomberg a raison j’aime les jouets mais pourtant s’il existe bien d’autres jouets du même type mais roulant au diesel ou à l’essence, je n’en ai plus envie. Caprice de riche sans doute ! Et pourtant j’ai emprunté pour l’acheter ma TMS.

2° Ouf, ma TMS émet moins de CO2 en roulant. Maintenant grâce à Lomberg j’en suis sûr ! Et moi qui croyais qu’elle n’en émettait pas du tout ! Enfant et naïf !

3° Ma TMS roule au charbon. Mdr…alors je ne savais pas que nos centrales nucléaires fonctionnaient au charbon ou que mes panneaux photovoltaïques en consommaient aussi. Enfin comme enfant je suis prêt à tout croire.

4°La pollution produite par les transports est responsable de plus de 53 000 morts chaque année (probablement en plus du CO2 par les émissions de particules fines, Nox et compagnie). Ça c’est vrai (malheureusement) mais j’suis content ma TMS elle, ça fera seulement 1617 morts de plus à cause de la combustion du charbon pour produire de l’électricité. Bête que je suis, fabriquer de l’essence ou du diesel ça ne doit pas polluer puisque Lomberg n’en parle pas et qu’il est objectif ! Bête que je suis, extraire le pétrole et les raffineries ça marche à l’eau, donc n’en parlons pas ! Le soufre, le Nox rejetés par les raffineries classées Séveso c’est un conte pour les enfants. Un conte noir mais les enfants adorent se faire peur.

5° Enfant je ne sais pas calculer ni lire bien sûr. Pourtant j’ai lu (vous aussi peut être) que ma TMS émettait zéro CO2 quand elle roulait. Mais quand c’est le même Lomberg qui compare avec une Audi A7 Sportback (un jouet d’enfant pauvre) elle en produit 13 tonnes en roulant. Ah bon, je comprends pas maman !

6°Je passe sur ses calculs de subventions. Non qu’enfant je ne m’intéresse pas aux bonbons mais parce que je sais depuis longtemps qu’il faut des bonbons pour la recherche et le développement et…. pour payer les chercheurs comme lui. Seul regret je n’ai pas eu 12 000 bonbons mais seulement 6 300 pendant que mes copains belges ne recevaient rien du tout et à Singapour, après que le gouvernement ait lu son étude, devaient en rendre 10 000 !

Et puis c’est sûr, lui, il ne se trompe jamais. C’est en 2032 que les voitures électriques seront concurrentielles. Concurrentielles avec quoi ? En janvier ou août ?

Finalement Lomberg a raison. Je suis débile d’avoir investi mon bel argent dans un fantasme de gosse. Heureusement que des maîtres comme lui sont là pour me ramener à la raison.

Promis je vais annuler ma commande d’une Model 3 et acheter une Porsche Caïman si mon banquier est d’accord. Je polluerai toujours et je ferai plaisir à mes contemporains qui habitent près du périphérique par exemple mais au moins je ne me ferai plus avoir par Elon Musk et ses rêves fous. À propos à quand une campagne de dépollution des esprits des enfants par M Lomberg. Plusieurs millions d’individus irresponsables à traiter, ça va sûrement polluer à moins d’aller se faire voir sur Mars avec Elon Musk.

Allez tous en vélo (électrique) ! là c’est sûr le lobby pétrolier s’en étouffera.

 

Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

11 thoughts on “TESLA: des voitures qui roulent au charbon.

  1. Le Danemark, ce beau pays qui l’hiver nous envoye, grâce aux anticyclones, sa pollutions au charbon et surtout au bois (de chauffage), ce qui permet aux fumantes, de chez nous, de rester au garage un jour sur deux.
    Rappel, la combustion du bois produit le même type de particules que les diesels…

  2. 98% de l’électricité du Québec provient des barrages hydroélectriques qui fonctionne grâce à d’énormes réservoirs de retenus contenant des milliards de tonnes de charbon. Une voiture électrique est une arme de destruction massive. Mieux vaut acheter une voiture à essence, dont le carburant est importé d’Arabie Saoudite. C’est plus propre. Et en plus cela permet aux Cheikhs d’avoir assez de revenus pour subventionner l’ISIS.

  3. L’achat d’un véhicule électrique non polluant est un acte personnel ! Il doit être doublé d’un acte sociétal qui est de choisir une production d’énergie non polluante !
    Mais rappelez moi quelle est la consommation d’énergie pour aller chercher du pétrole, de plus en plus loin, de plus en plus profond, dans ou hors des schistes, et plus encore, celle qui est nécessaire pour raffiner tout cela et pour le transporter ?? par pitié, comparons ce qui est comparable !!

  4. Toujours les mêmes arguments à la c… Et toujours la même malhonnêteté intellectuelle…

    1. Quelle est la part du charbon dans la production énergétique des pays où la Tesla est vendue ? Qu’on arrête de me dire 100%, c’est faux.
    2. Quelle quantité de pétrole, et donc de CO2, est consommée avant que le baril devienne de l’essence ou du diesel disponible à la pompe ?
    3. Quel est le rendement, en kW par km, de chaque type de combustion (et là, c’est l’hydrogène qui en prendra plein la tronche…)

  5. L’article français est tiré de l’article du danois Lomborg :
    http://www.telegraph.co.uk/opinion/2016/04/06/dont-be-fooled—elon-musks-electric-cars-arent-about-to-save-th/

    Lui même prend comme source Vinod Khosla (le fameux titre « Tesla, des voitures électriques qui roulent au… charbon », provient de lui).
    http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2011/11/vinod-khosla/308684/

    Et en creusant un tout petit peu, on s’aperçoit que ce type a investi 1 milliard de dollars dans l' »ecofuel ».
    LOL, sans déconner.

    Quand au fameux Lomborg, tenez, cadeau :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B8rn_Lomborg

    Donc pour résumé, on a donc un article de la tribune, traduction d’un type (lomborg) ouvertement contre les énergies renouvelable et notoirement pour l’exploitation des gaz de schistes, qui prend comme source un investisseur/lobbyiste des énergies fossiles (khosla).
    Et dire qu’on est des doux rêveurs ; -)

  6. Lu dans Auto moto de décembre 2015:
    De nombreux détracteurs du véhicule électrique ont souvent mis en avant l’insuffisance du parc de centrales actuel, et notamment du parc nucléaire, face à une croissance significative du nombre de véhicules électriques. Le mieux était de faire le calcul « bête et méchant » de la consommation supplémentaire qu’engendrerait une croissance très importante du nombre de VE.
    C’est ce qu’a fait Jean-Luc Moreau dans la dernière livraison du magazine Auto-Moto daté de décembre. Voici sa démonstration.
    1/Nous consommons, en France, 500 TWh d’électricité. Notre capacité de production est de 700 TWh.
    2/Il circule en France 32 millions de VP. Le kilométrage moyen de ces voitures est de 12 000 km/an. Une voiture électrique consomme en moyenne 15kWh au 100 km, si tout le parc français était électrique cela représenterait une consommation totale d’électricité de :
    15 x 12 000/100 = 1800 kWh par an et par voiture soit pour 32 millions de voitures : 57,6 TWh. Même en considérant une perte en ligne et de charge de 50%, cela représenterait une consommation totale de moins de 90 TWh, soit moins de 13 % de l’ensemble de notre capacité de production.
    3/Il faut aussi tenir compte du fait qu’il faut beaucoup d’électricité pour raffiner un litre de pétrole : 2 kWh affirme Jean-Luc Moreau, soit 12 kWh au 100 kilomètres pour une consommation de 6l/100. Faites le calcul de l’économie ainsi engendrée… oui ! 46 TWh.
    4/Enfin, il ne faut pas oublier que les voitures électriques se rechargent plutôt la nuit, pendant les heures creuses.
    Bref Lomberg semble avoir vraiment tout faux !

Laisser un commentaire

*