Armand Taïeb: « Tesla Mag est là pour durer… »

Alors que Tesla Mag est en train de vivre sa 10e année d’existence, et continue à franchir des étapes importantes de son développement, nous avons jugé que le moment était venu de faire parler son fondateur, Armand Taïeb, et de rentrer dans le détail de la construction de cette plate-forme de contenus pas comme les autres, dédiée à la révolution électrique et à la transition énergétique, pour mieux informer les conducteurs de véhicules électriques et tous les autres, tous ceux qui n’ont pas encore succombé aux charmes de la Fée Electricité.

Voici donc une interview-fleuve d’Armand le visionnaire, en plusieurs parties, qu’aucun autre media ne pourrait ou ne voudrait diffuser car elle est beaucoup trop longue, sans filtre, à la fois bienveillante et décalée. La différence, c’est que nous on fait ce qu’on veut, quand on veut, comme on veut. Et que vous pouvez partager tant que vous voulez, d’ailleurs on compte sur vous.

En attendant de vous rencontrer ou de vous revoir, je vous souhaite un bel été !

Daniel Ortelli

Daniel Ortelli, alias Danny le Dingue ou Dan de Cannes, rédacteur en chef de Tesla Mag
(Je roule en Zoé, mon compte Twitter est @OrtelliD)

La genèse de Tesla Mag, les rouages de la création (aujourd’hui)

DanielO: Armand, tu vas bientôt fêter, l’an prochain, le 10e anniversaire de la création de Tesla Mag. Comment est-ce que cette folle aventure a commencé, en 2013 ?
ArmandT: C’est parti d’un constat économique, car je suivais l’actualité boursière sur BFM Business, et un matin j’ai entendu un journaliste que je respecte beaucoup, Stéphane Soumier, parler de Tesla, de la présentation de son véhicule électrique, et dire que des hausses considérables du titre Tesla étaient attendues en Bourse. Depuis 2002, je travaillais déjà sur des blogs et sur le produit Xbox, en suivant le déploiement du groupe Microsoft, en développant un univers dédié aux nouveaux joueurs.

Un exemple aux US, TMC

J’ai donc commencé à appliquer le même principe pour Tesla en m’appuyant sur une communauté, à l’instar de Tesla Motors Community, un forum américain sur lequel il manquait une vision. Au début, je voulais juste écrire et partager, en sachant que c’était un sujet social très important, comme l’immobilier, autour de produits qui à l’époque étaient chers, la Model S et le Roadster, vendus sur des petits volumes.

Je savais qu’il s’agissait d’une niche, l’idée était de structurer quelque chose de sérieux, et de se préparer pour le moment où ça se démocratiserait, je parle du véhicule électrique en général. Tesla était à la fois un nouvel entrant et un élément disruptif, alors que la Nissan Leaf et la Zoé ne faisaient pas de gros volumes.

DanielO: Quel a été l’élément déclencheur ?
ArmandT: Dans les déclencheurs, il y a eu le moment où je voulais acheter une Audi A1 et le vendeur m’a vendu un lecteur CD, alors que j’étais déjà sur iPod et que je n’avais plus de CD… Tesla a tout bouleversé, j’ai compris que tout le monde allait passer par le monde du logiciel et de la technologie, et que les constructeurs allaient devoir s’adapter au modèle Tesla, dès 2013.

2015, premier meeting au Peninsula

DanielO: Quelle a été la première date importante, la première étape marquante, dans le parcours de Tesla Mag ?
ArmandT: En 2015, quand j’ai organisé le premier rassemblement Tesla Mag à l’hôtel Peninsula, dans le 16e arrondissement de Paris. Il y avait 60 propriétaires venus de France, de Suisse, de Belgique, avec des billets payants, et c’est là que j’ai rencontré mes premiers conseillers, qui sont encore avec moi aujourd’hui. On a partagé notre passion, et ça nous poursuit encore aujourd’hui.

J’ai gardé mon job principal jusqu’en 2020, comme salarié, et j’ai conservé Tesla Mag comme une activité de blog, le soir et le week-end. Ca ne servait à rien d’en faire plus car le nombre de conducteurs de voitures électriques en France était encore très limité. Mais j’ai énormément étudié et appris grâce à une communauté à l’avant-garde et qui m’a encouragé, qui m’a vu grandir. Au tout début, on était sur 30 Visiteurs Uniques (VU) par jour, et je n’ai jamais fait ça pour l’audience. C’était un peu comme pour la FM au début des radios libres, à partir de 1981: beaucoup d’énergie, peu d’auditeurs.

2020, l’année du non-retour

DanielO: Comment as-tu vécu les confinements provoqués par la pandémie de coronavirus, et est-ce qu’ils ont contribué à doper le trafic sur Tesla Mag ?
ArmandT: En 2020, le confinement a joué car je ne me voyais pas être commercial dans le logiciel depuis ma chambre, alors j’ai décidé de quitter mon travail salarié. Pour moi, le commercial ne peut se faire que sur le terrain et mon salaire était au maximum, au plafond de ce que je pouvais espérer. J’étais dans le logiciel, mais je n’avais pas de réseau à la base, je n’avais pas fait HEC, et je m’en suis créé un extrêmement puissant avec Tesla Mag, en animant une communauté de membres. Avec depuis l’origine un intérêt commercial car ma vision a été très vite la vision d’un média structuré comme 01Net, Frandroid, MacGénération, Le journal du Geek, Presse Citron.

Question suivante, qui intrigue beaucoup certains lecteurs: quels sont tes rapports avec Tesla Monde et Tesla France ?  
ArmandT: Au tout début, je voulais me rapprocher de Tesla Monde, pour avoir uniquement des informations, mais j’ai appris qu’ils en donnaient très peu et j’avais tout le réseau de propriétaires qui m’en donnaient beaucoup plus, en fait. Et comme j’étais aussi investisseur, j’avais les informations des actionnaires et les sources boursières. J’en suis sorti en 2019 car J’avais besoin d’argent, je m’étais marié, et je n’avais pas les moyens de faire autrement. J’avais fait une bonne plus-value mais je n’avais pas le choix. C’est la vie…

Parler à tous les autres et rassembler.

DanielO: Comment se fait-il que tu ne roules pas en Tesla ?
ArmandT: Je ne roule pas en Tesla car j’étais incapable de m’en payer une à l’époque, je venais de démarrer ma carrière et j’ai préféré investir dans des actions Tesla. Aujourd’hui , c’est différent, car je veux garder mon indépendance d’esprit, par rapport à mon credo qui est le développement des VE.

Ce que j’ai compris, c’est que le gros de l’audience est anti-VE. Ma vision est d’accueillir tout le monde, des gens qui viennent se renseigner sur le sujet, sans avoir un discours sectaire sur le VE. Il faut rassembler et fédérer, en donnant envie, en étant juste sur les aspects, et en le faisant pour les marques qui me parlent. Par exemple, Renault a été le premier constructeur à me confier une Zoé pour un essai presse.

Le site venait de se lancer et les premiers Superchargers n’étaient pas encore en France. Ils nous ont encore confié une Zoé fin 2020, pour un essai longue durée que tu as toi-même réalisé, pendant trois mois, et qui a été très visible sur les réseaux.


DanielO: Exact, et un an plus tard j’ai d’ailleurs pris une Zoé d’occasion en LOA, à un prix défiant toute concurrence. Je viens de passer le cap des 10.000 km effectués, en un peu plus de six mois… C’est un bonheur de tous les jours.


Question suivante: Tu as toujours pris beaucoup de soin à bien gérer ta communauté Tesla Mag, grâce au forum et à la newsletter. Là encore, tu as fait le choix de la qualité, plutôt que la quantité…

Un site qui représente mes nuits et mes week-ends

ArmandT: Sur la newsletter, j’ai partagé mon mariage et la naissance de mes deux fils, c’est dire le degré de proximité que j’ai avec les membres fondateurs de la communauté Tesla Mag. En tout 8.000 membres, un noyau dur que je gère, en éliminant tous les trois mois ceux qui n’ouvrent pas les emails et les newsletters.

Je supprime même les adresses, et ils peuvent venir se réinscrire, ce qui maintient un niveau d’engagement très haut sur la newsletter et le forum.

DanielO: Quelles sont les statistiques du forum que tu peux partager avec nous ?
ArmandT: Nous avons 20 nouveaux membres chaque mois, il y a beaucoup d’échanges en privé, et 500 messages par mois visibles sur le forum, et cela alors que Facebook a largement pris le relais des forums mais pas pour ceux qui ont la volonté de partager en privé. Le forum Tesla Mag, continue à fonctionner, car beaucoup n’ont pas FB. La qualité des membres et de leurs contributions est inestimable, en provenance de tous les pays francophones.

DanielO: Quelle place ont Steve Jobs, Bill Gates et Elon Musk dans ton imaginaire personnel et ton vécu d’entrepreneur ?
ArmandT: J’ai été fasciné par Bill Gates, Steve Jobs et Elon Musk qui à l’époque n’était pas à leur niveau. Ils ne s’apprécient pas trop mais je les aime tous les trois. En revanche, je n’apprécie pas autant l’image que m’inspire Jeff Bezos.

Elon Musk continue à m’inspirer aujourd’hui, par tout ce qu’il fait globalement, mais pas plus ou pas moins qu’avant. C’est un homme d’action, j’ai suivi le déploiement de son Masterplan et il l’a exécuté comme il l’a dit. Tesla Mag le prouve, en évoquant étape par étape la mise en place, le déroulement du Masterplan.

Il y a eu des moments où ça déconnait plus que maintenant, mais il est resté fidèle à sa ligne de conduite, à son plan de route. Il est beaucoup plus humain, avec le temps. Il ne partageait pas autant sa vision de la vie, du rapport aux autres, il a besoin de montrer ça aujourd’hui.

Il a réussi à convaincre une bonne partie de ses détracteurs, mais mathématiquement il y a plus de gens qui le détestent, parce qu’il gagne trop d’argent, etc. Quelqu’un qui a du succès, forcément, il divise. Il essaie de rendre les Gigafactory respectueuses de l’environnement, mais ça ne marche pas toujours car on parle d’outils industriels liés à l’augmentation  de la demande.

Le progrès technique pour la technologie et l’économie


DanielO: Pour finir cette première partie, es-tu un entrepreneur écolo ?
ArmandT: Je crois trop en l’électrique pour ne pas y consacrer ma vie. Mais je n’ai pas fait Tesla Mag pour l’aspect écologique des VE, je ne m’y suis jamais intéressé. Je préfère suivre de près le progrès technique et technologique, et même si j’estime que c’est une transition plus respectueuse que ce qui s’est passé avant. Je ne rentre jamais dans ce débat.

Notre volonté, c’est d’afficher la promotion du VE. A l’époque des incendies de Tesla, un propriétaire avait traité le sujet, Tesladdict. Les sujets polémiques ont eu leur place quand des gens savaient les traiter. J’ai mis en place une règle d’éthique qui prévoit de ne pas critiquer les constructeurs, quels qu’ils soient et quoi qu’il arrive. Ce n’est pas compatible avec l’émergence d’une nouvelle industrie, et d’autres médias font cela très bien, ils ont des rédacteurs, des enquêteurs, ils n’ont pas besoin de moi. Au final, nous avons par essence une visée révolutionnaire et en promotion constante du 100% électrique.

Bientôt sur Tesla Mag:
Interview exclusive Armand Taïeb, Part II:
« L’union des propriétaires à l’avant-garde de la révolution actuelle »
Publication prévue avant la fin du mois de juillet.

Daniel Ortelli
Auteur de livres de sport, Influenceur, Traducteur, Développeur du Ice Cross & de Tesla Magazine, ex-Reporter F1, Fan de foot, golf, etc. Je roule en Renault Zoé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -
spot_img
- Publicité -
spot_img

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne manquer aucune info!

Actualités du jour

La Tesla Model Y se vend mieux que la Tesla Model 3 en Californie

Bien que le siège de Tesla soit désormais situé à Austin, au Texas, l'État de Californie reste de loin...
- Publicité -