Vision à long terme et grande ambition riment souvent avec endettement.

vp-guillen 

« Ventes en hausse mais comptes dans le rouge »

La qualité et la technologie de pointe ne sont pas forcément rentables à court terme.
Malgré une augmentation croissante des commandes et des ventes de voitures, Tesla Motors reste aujourd’hui un gouffre financier.
En effet au 2ème trimestre Tesla à enregistré 49,9 millions de dollars de pertes, des pertes qui ont triplé par rapport à l’an dernier.

Ce chiffre s’explique de la manière suivante : Tout d’abord les voitures Tesla sont construites en Californie et transportées par bateau à Tilburg aux Pays-Bas où la main d’œuvre de qualité procédant à l’assemblage final coûte cher.

Deuxièmement, Tesla est une marque jeune et peu connue, ce qui l’oblige à dépenser énormément d’argent pour se donner une image de marque.
Comme je l’ai expliqué plus haut, Tesla ne discrimine personne à l’entrée de ses boutiques et prend le temps de s’occuper de tous ses prospects en capitalisant sur le fait qu’un jour ils achèteront une Tesla.
Cette stratégie demande donc un fort investissement en effort commercial, l’acquisition d’un client est longue et son prix est élevé.

Troisièmement Tesla souhaite contrôler l’intégralité de sa chaîne de production. En effet, les batteries des voitures étaient auparavant fournies par le géant Panasonic et désormais, Tesla travaille sur la construction d’un site de production de batteries interne pour ses modèles S et X, ce qui est bien entendu extrêmement coûteux.

Et enfin, des dépenses gigantesques en Recherche & Développement : 81,5 millions de $ afin de faire progresser la technologie et de garder l’avance sur ses concurrents.

Le mot de la fin 

La position de Tesla Motors est donc une position très particulière sur le marché de l’automobile global. Tout d’abord parce qu’il existe très peu de constructeurs ayant misé uniquement sur le tout électrique et ensuite parce que les techniques utilisées dans la mise en valeur de l’offre sont audacieuses. On peut donc considérer aujourd’hui que l’entreprise a encore beaucoup d’étapes à franchir avant de pouvoir s’élever au rang de ses concurrents indirects tels qu’Audi ou Lexus, à la fois en terme de volumes de vente et également en termes de rentabilité et de stabilité financière.

Néanmoins, au regard du montant de la capitalisation boursière, de la cotation de l’action au Nasdaq, et de l’augmentation rapide du nombre de concessions, nous sommes en mesure de dire que l’entreprise a de beaux jours devant elle, les investisseurs ne cessant de lui renouveler leur confiance.

Article rédigé avec l’aide de Mathilde Aglietta.

Questions

Vous avez des questions ou souhaitez approfondir le sujet? Rendez vous dans notre Wiki TESLA. Participez au débat électrique.

Rédacteur: Clément Aglietta