Il est couramment admis qu’avec le temps on finit par adorer ce qu’on a acheté.

Pas besoin de temps pour adorer la TMS. C’est tout de suite et sans échappatoire.

Si l’essayer est toujours le piège qui vous fait ouvrir votre portefeuille (grand, très grand), la conduire 6500km en 3 semaines vous procure des satisfactions inconnues pour un pilote de nombreuses thermiques haut de gamme Mercedes ou Audi.

3 litres, 240 cv ou 280 cv rien n’y fait, la TMS vous fait découvrir une autre façon d’être en voiture.

 

Petit lexique à l’intention des hésitants, des ignorants ou des inquiets:

 

L’aspect : une ligne qui attire l’attention certes mais surtout de l’empathie. De Marseille à Kristiansund en Norvège la même curiosité bienveillante : pouces levés, questions et tutti quanti. Vous deviendrez à votre corps défendant un ambassadeur de Tesla. La confirmation d’avoir vu juste.

 

tesla-model-s

 

 

 

La couleur : mon bleu nuit est beau et je le recommande mais le rouge aussi est superbe. J’ai fait « céramiquer » la notre. (400€). Elle reste plus longtemps propre et le passage au Karcher en est vraiment facilité.

 

L’intérieur : mieux vaut être bien assis pour passer 20 jours de suite dans une voiture. Eh bien les sièges Reccaro sont tip top. Réglables pile poil avec une option chauffage qui vous fait ronronner de plaisir. Pas de sciatique en vue contrairement au Q5. En cas d’impératif dodo (surtout quand c’est Madame qui conduit, pas pour cacher mon anxiété mais c’est juste que j’ai confiance et réciproquement) le siège s’incline mais son dessin vous évite l’ankylose des cervicales si classique quand l’appuie tête est séparé du corps du siège. Votre tête ne l’est pas, isnt’it ?

 tesla-in

 

L’intérieur bis : Question pour la ménagère (ça se décline aussi au masculin) : est-il plus facile de passer l’aspirateur dans sa voiture que dans sa maison ? En général non. Eh bien dans la TMS c’est pareil. Pas d’obstacle au sol à l’arrière, pas de dizaines de boutons de réglages à éviter ou à contourner, que du lisse et des grandes surfaces à dépoussiérer. Vous rigolez ? Avez vous réfléchi au fait que rouler 30 000km par an vous fait passer entre 30 et 40 jours par an dans votre voiture ? C’est à dire en général plus que dans votre résidence secondaire quand vous en avez une. Et là vous y passez combien de fois l’aspirateur ? Et je vous parle pas de ce que vous coûte votre résidence secondaire.

 

L’intérieur ter : il est grand, très grand et c’est super. Sièges arrière rabattus je peux y stocker un frigidaire 220l pour ma résidence secondaire justement. Vous connaissez un autre coupé qui fait ça ?

 

La conduite : alors là on aborde le grandiose, le tout nouveau, la simplicité, la confiance. J’en fais trop ? Sur une autoroute être dans une file continue de voitures qui jouent à l’accordéon c’est une punition génératrice de crispation et d’énervement. Avec la Model S, no stress. La fonction auto pilot gère pour vous les distances et la vitesse. Avant même que vous n’ayez klaxonné ou fait un appel de phares pour que l’andouille devant vous dégage (ça c’était mon habitude au volant du Q5, je sais, ça se fait pas), elle aura freiné et adapté sa vitesse pour réaccélérer toute seule quand ça sera de nouveau possible selon les radars périphériques, la caméra frontale embarquée et la vitesse max que vous avez fixée. Au début ça fout un peu les boules. Elle va s’arrêter ? Eh bien oui et parfaitement à bonne distance. Après avec l’habitude, ça devient juste jouissif et très relaxant. Et ça marche tout aussi bien sur une route sans virages ou dans un accordéon urbain.

Quant à la tenue de route elle est exceptionnelle. Son centre de gravitée très bas lui confère une habileté et une aisance surtout en montagne qui nous ont laissé pantois.

 

Le moteur (pardon les moteurs car ils sont deux)

Oh bonne mèère ! Quand ils l’ont upgradée un soir de mai pour la faire passer de 388 cv à 522cv, c’est à dire de 5,6s à 4,5s pour le 0 à 100km/h j’ai cru rêver. Mais la réalité dépasse le rêve. Ça avance fort et tout droit, sans perte d’adhérence. Alors quand vous roulez derrière LE camping-car qui vous fait mousser depuis 3 kilomètres de ligne continue, la délivrance est un bonheur total. Je ne vous parle même pas de grimper des pentes à 10% comme au bord des fjords (oui une route au bord d’un fjord ça monte et ça finit toujours par descendre d’ailleurs). Alors qu’avec une thermique ça rugit, ça pollue et vous sentez qu’elle pousse pour y arriver, là c’est comme sur le plat : tout en silence, tout en souplesse. Si le revêtement est de qualité, elle glisse, elle s’intègre à la route, au paysage. C’est bluffant.

Une déception (si, si) : rouler à plus de 200km/h en Allemagne. Le revêtement de leurs autoroutes en béton est si bruyant qu’il vous prive d’une partie du plaisir de libérer la bête qui sommeille. Ach Gott ! ça c’est dommache.

J’oubliais de vous parler du frein moteur : juste incroyable. On lâche l’accélérateur quand il faut (ça veut dire savoir anticiper) et elle décélère parfaitement jusqu’à arriver au point visé sans utiliser la pédale de frein. En pendant ce temps là elle charge, la bougresse. Efficacité 100%. Attention à ne pas compter sur le frein moteur quand les batteries sont froides : il faut 10 minutes de roulage pour que ça fonctionne.

 

L’écran plat : Il remplace les innombrables boutons qui transformaient votre avant en cabine d’avion. Ça faisait joli la nuit, c’est vrai mais c’est tellement moins joli que cet unique écran qui complète la zénitude de l’espace dessiné par Tesla. Sa fonctionnalité est impeccable. On s’y fait très vite pour y trouver tout ce dont on peut avoir besoin. Attention cependant à ne pas perdre de vue la route. N.B. On a quand même eu un petit dysfonctionnement du passage automatique à l’écran nuit vite réglé par un reset extrêmement facile à faire : on appuie sur les 2 mollettes au volant en même temps pendant 10 secondes et hop, la magie opère.

 

Deux défauts à corriger : le browser qui manage ce véritable ordinateur est peu performant. Ça rame et c’est d’autant plus frustrant que la voiture elle ne rame pas et que mon IMac est hyper rapide lui.

 

Le GPS de Google n’est pas toujours à jour et la voix d’une des sœurs siamoises (elles sont deux à vous parler) qui guident est trop faible pour qu’elle soit comprise quand elle veut vous faire aller à Konforfjorjallen. On lui ferait bien répéter tant c’est marrant parfois si elle ne vous met pas dedans quand même.

Un avantage bien réel : l’abonnement 3G est utilisable partout hors de France. Hyper pratique pour consulter sans limite et sans bourse délier les données et renseignements dont vous pouvez avoir besoin.

 

La sono : c’est super bon de rouler en écoutant Rock Vintage sur Internet si vous êtes fan de vieux rocks comme nous. Ça dérouille tellement qu’on peut ne pas être trop exigeant quant à la qualité de la sono. De fait c’est juste bon. Et ça aurait pu être meilleur.

 

Les recharges : À la maison nous avons du triphasé 16A, 400v. Je programme en heures creuses et le matin les croissants chauds sont prêts.

 

Sur la route, on ne vous cachera pas qu’on avait un peu les chocottes de partir pour 6 500km en 20 jours. A quand la panne sèche ? Fantasmes aussi erronés qu’inutiles, mais on n’était pas vraiment au courant. Dans les pays traversés (Sud Est de la France, Suisse, Allemagne, Danemark, Suède puis Norvège et retour, Tesla a implanté des SC tout partout qu’on a pu rouler aux vitesses autorisées et question calcul du temps de voyage c’est pareil qu’avec une thermique plus les temps de recharge. Soit pour 250km d’autonomie 30 à 35 minutes passées à visiter des ouins ouins mais aussi à se relaxer, à lire, à bavarder (vous savez, ce truc qui consiste à parler à son compagnon de voyage) voire à se restaurer quand c’est l’heure. Ça aurait été drôlement mieux si Tesla avait confié au bonhomme Michelin le soin de dégoter les restos où mettre les SC. Enfin tant pis, l’important c’est qu’on n’a jamais eu à attendre pour charger même en Norvège où il y a pourtant plus de TMS dans la seule ville d’Oslo que dans toute la France. (Près de 50 000 en Norvège au dernier recensement).

 

 tesla-conso

 

Question autonomie 

A 80 km/ autorisés (et là pas de chouia en plus parce que ça douille sans marge de tolérance chez les norvégiens) ça le fait pour au moins 400km. Sûrement plus mais on n’a jamais été en situation d’avoir à le faire.

Plus vite ailleurs ça a fait, les doigts ….non, sur le volant , 300 km au moins soit toujours beaucoup plus que les distances entre les SC (250km en général).

En fait on a toujours rechargé en gardant au pire 70km de « typical autonomie » en réserve. Alors Elon il est gentil de se soucier de notre anxiété mais notre tranquillité elle est venue des SC partout et pas vraiment des calculs de sécurité programmés.

On a utilisé une fois, parce que on ne connaissait pas bien l’impact de forts dénivelés, un chargeur type 2 à 104km/h de vitesse de recharge pour au bout du compte constater que ça n’était pas nécessaire.

 

PS : La Norvège c’est super mais la France aussi et on aimerait bien pouvoir rapidement faire 6500km chez les Gaulois et pour ça il faut un peu plus que 21 SC Mister Elon. Merci d’avance.

 

L’appli Tesla sur Smartphone: un plein de sérénité en plus. Savoir où elle est garée, comment va la charge, la préchauffer. Facile, convivial et très utile. Le petit jingle vous informant que la recharge est terminée c’est exactement ce qu’il fallait.

 

La consommation moyenne : 206kw au kilomètre contre vents et marées, montagne ou bord de mer, 50/50 routes limitées à 80-90 km/h ou autoroute à 120-130 km/h sauf quelques tronçons en Allemagne. Soit 16 kw/km de plus (8%) que le calcul théorique par Ev-tripplanner (189 kw/km).

 

tesla-map

 

 

 

Ces impressions de premier grand voyage en TMS, malgré 2 ou 3 petits bémols que vous avez déjà oubliés, sont ma démonstration assez formelle que la révolution est là : à portée de nos (vos) mains comme celles des Norvégiens qui ont su le comprendre avant nous mais leur portefeuille est aussi bien mieux sponsorisé par l’état.

Elon Musk a inventé une voiture totalement nouvelle, merveilleuse, complétement addictive et surtout totalement différente de celles des autres fabricants de VE et avec un réseau de SC ad hoc. Ça vous transforme le conducteur.

Lui c’est pas le kéké qui la ramène (ça se décline aussi au féminin Royal en ce moment) et qui organise un réseau Cori-Door, (c’est comme ça que ça s’appelle) où il faut recharger sa ouature électro mobile (à ne pas confondre avec nos TMS) tous les 80km en une heure, pas moins, pas plus. Je n’invente rien et bonjour le voyage !

 

Pour finir j’ai économisé 950€ de carburant et en Norvège (ils sont heureux) tous les péages.

 

Conclusion : peut être vous reste-il encore à choisir entre une TMS et la résidence secondaire mais pas entre une thermique et la TMS.

 

PS 1: un bon business plan, ça peut aider à décider :

 

Q5 3l (par exemple et tout à fait par hasard) sur 5 ans en leasing et 125 000km = 60 000€ + 25 000€ pour les carburants et les consommables hors pneumatiques. Total = 85 000€ + X tonnes de CO2 et particules fines.

TMS 85D à l’achat 89 000€ – 6 300€ de subvention= 82 700€ + RIEN hors pneumatiques + des tonnes de plaisir. Capisci ?

 

Capture d’écran 2015-06-16 à 23.07.56

 

 

 

Tesladdictement vôtre.

 

P.S 2. Lors de notre première halte au SC d’Orange, nous avons entamé une bavette avec des Belges qui descendaient dans le sud pendant que nous partions en Norvège. Et Madame a eu une réflexion à propos de la ligne de la voiture à laquelle on ne peut qu’adhérer : “Elle a un si joli derrière”. Venant d’une femme, n’est-ce pas l’argument qui tue?

Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

2 thoughts on “6500km avec une Tesla Model S 85D en 20 jours ?

  1. Malheureux, ne parle pas de TMS!
    Surtout si tu vantes le confort de la Tesla, j’ai bien compris que TMS pour toi c’est Tesla Model S, mais pour d’autres cela peut-être Troubles Musculo-Squelettiques, donc en contradiction avec le confort vanté.

Laisser un commentaire

*