Doctor Strange – Un voyage psychédélique au cœur du multivers

Rejoignez la révolution électrique!

Doctor Strange : In The Multiverse Of Madness’ est la suite des aventures du maître des arts  mystiques au sein de l’Univers Cinématographique Marvel (MCU). Ce film s’inscrit en tant que  28ème long-métrage du MCU et il est réalisé par nul autre que Sam Raimi, le réalisateur de la  trilogie originale Spider-Man, la franchise ‘Evil Dead’ ou encore ‘Darkman’, pour ne citer que  ces films-là. Un choix très intéressant de la part des Studios Marvel puisque la filmographie de  Sam Raimi tourne majoritairement autour de l’horreur et du macabre. Mais alors, que vaut ce  film ? 

Un plongeon dans le multivers

Certains pourraient être découragés de regarder ce film car on pourrait penser qu’il est  indispensable d’avoir vu les séries comme ‘WandaVision’, ‘Loki’, ‘What If’ ou les 27 derniers  films… Rassurez-vous, vous pouvez regarder ce film aisément, seulement… Vous allez  manquer quelques références ou bien des clins d’œil sympas. Évidemment, il faut avoir vu au  minimum le film ‘Doctor Strange’ ou bien avoir suivi les derniers films Avengers pour  comprendre l’évolution des personnages et des enjeux auxquels ils font face. Mais  globalement, un spectateur occasionnel n’aura pas de grandes difficultés à suivre l’histoire. 

Légèrement effleuré dans le premier film, puis introduit dans ‘Spider-Man : No Way Home’,  cette suite nous plonge directement dans le multivers, avec l’introduction d’un nouveau  personnage : America Chavez, interprétée par la jeune actrice Xochitl Gomez. Un personnage  important dans ce film puisqu’elle a la capacité de générer des portails vers d’autres univers. 

Sam Raimi : maître de l’horreur ? 

Ce film signe également le retour de Sam Raimi derrière la caméra. Ce dernier n’avait pas  réalisé de films de super-héros depuis le très controversé ‘Spider-Man 3’. Et franchement, quel  plaisir de le retrouver. Ce qui est particulièrement satisfaisant, c’est le fait qu’il a pu  retranscrire à l’écran tout son amour pour le genre horrifique mais également pour le genre  super-héroïque. Ce qui donne alors un mélange assez original et parfois même délirant.  D’autant plus que l’horreur n’est pas quelque chose qu’on voit très souvent, pour ainsi dire,  pas du tout dans l’Univers Cinématographique Marvel. 

Bien sûr, chacun a sa propre sensibilité face à ce genre mais, bien que ce film soit classé “Tous  Publics“, il serait déconseillé d’y aller avec vos enfants ayant moins de dix ans, car certaines  scènes peuvent être assez… déroutantes. Quoiqu’il en soit, ce film répondra aux attentes des  fans, qui espéraient une production un peu plus mature depuis ‘Avengers : Infinity War’ ou  ‘Avengers : Endgame’. Et les fans des films de Sam Raimi seront ravi d’y voir une réalisation  qui lui est propre : avec des plans à couper le souffle et des effets-spéciaux très  impressionnants, avec un jeu de caméra omniprésent.

Une histoire de sorciers et de sorcières. 

Dans cet opus, on retrouve Benedict Cumberbatch dans le rôle de Stephen Strange et  Elizabeth Olsen, de retour dans la peau de la Sorcière Rouge, après sa série Marvel : ‘WandaVision’. On a l’occasion de voir un duo fusionnel, traversant chacun des épreuves aussi morales que physiques. L’ajout du personnage de America Chavez ne fait que renforcer les  enjeux et amène nos héros à emprunter des voies inattendus et dangereuses. On pourra noter un certain parallèle entre Wanda Maximoff et Stephen Strange qui s’impose dans le film ; celui  du désir corruptif. L’idée qu’une obsession corrompt leurs idéaux et ils devront, en quelques  sortes, faire face à eux-mêmes pour devenir meilleurs. 

« Fait attention car tes désirs peuvent causer ta perte. » 

– Doctor Strange dans ‘Spider-Man : No Way Home’. 

Les quelques défauts pas si catastrophiques. 

Toutefois, ce film ne reste pas sans défauts. Des scènes peuvent parfois sembler trop rapides  ou d’autres qui auraient peut-être nécessité un peu plus de développement mais le tout reste  très correct et très bien rythmé. Un autre point qui semble un peu décevant, c’est au niveau  de la bande-originale. Là où le compositeur Michael Giacchino a brillamment réussi à donner  un thème marquant pour notre Sorcier dans le premier film, Danny Elfman, lui, avait un thème  plus calme et moins percutant. Ce qui est assez paradoxal car c’est le compositeur de ‘Spider Man’ (2002) et de ‘Spider-Man 2’ (2004), qui a su marquer toute une génération avec sa  bande-originale, qui, on peut le dire, est un chef-d’œuvre. 

Bon, on chipote un peu mais ça ne va pas vous empêcher de passer un excellent moment, loin  de là. 

Un film original, touchant et remarquable. 

Au commencement de la phase quatre de l’Univers Cinématographique Marvel, Sam Raimi a  su apporter un brin de fraîcheur à cet univers en totale expansion. ‘Doctor Strange : In The  Multiverse Of Madness’ est un film qui traite d’un aspect fondamental de la vie : l’amour. Et  peut importe à quel point l’on peut être puissant, indomptable ou bien déterminé, tout être  humain reste faillible. C’est ce que ce film a réussi a montrer, tout en faisant plaisir aux fans  de comics (avec des apparitions à couper le souffle) et de cinéma. 

Je vous recommande beaucoup d’aller le voir car c’est de la “folie“. 

 @LeQGdesSupers

Rédaction Tesla Mag
La rédaction Tesla Mag est tournée vers le futur. Nous nous attachons à présenter les prochaines innovations et une actualité structurée sur les nouvelles mobilités. N'hésitez pas à nous contacter ou à commenter pour poursuivre la conversation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -
- Publicité -
Actualités du jour

Comment recharger efficacement votre Tesla Model Y ?

Les différentes puissances peuvent aller de 3kW sur une prise domestique, à 120 kW sur un Supercharger Tesla. Un...
- Publicité -