Source : letelegramme

Depuis le 20 janvier dernier, une réalité financière surprenante a vu le jour dans le paysage de la mobilité électrique de l’Ouest de la France : recharger un véhicule électrique à Saint-Brieuc coûte désormais plus de deux fois moins cher qu’à Brest ou Rennes. Comment expliquer une telle différence ?

Des coûts de revient qui diffèrent

Le réseau Ouest Charge, qui regroupe la plupart des syndicats départementaux d’électricité de l’ouest de la France, a récemment revu ses tarifs. Ainsi, une recharge sur les bornes Brev’Car de l’agglo briochine coûte maintenant 22 centimes du kWh pour un abonné, alors que le même service coûte 49 centimes à Brest ou Rennes.

« Nous avons tous des coûts de revient qui diffèrent », explique simplement le Syndicat départemental de l’énergie 22, partenaire de Ouest Charge. En effet, le syndicat confirme que les coûts d’exploitation de ses homologues de l’Ille-et-Vilaine et du Finistère ont récemment explosé, à cause des hausses massives des prix de l’énergie.

Un temps de réflexion pour les Côtes-d’Armor

Face à cette hausse des coûts, les Côtes-d’Armor n’ont pas immédiatement ajusté leurs tarifs. Le SDE 22 a préféré prendre le temps de la réflexion, se trouvant dans une situation moins contrainte que ses voisins. Ainsi, le département dispose de plus de temps pour envisager une possible augmentation de ses tarifs de recharge électrique.

Néanmoins, aucune décision n’a encore été prise quant au délai et à l’amplitude d’une telle hausse.

Lire également :  Expansion majeure prévue pour la Gigafactory Tesla de Berlin en 2024

L’électrique reste concurrentiel malgré tout

Le SDE tient à rappeler que cette situation s’inscrit dans un contexte de hausse généralisée des coûts de l’énergie, y compris pour les énergies fossiles. « Si l’on compare avec des véhicules diesel ou essence consommant 5 ou 6 litres aux 100 km, l’offre électrique reste avantageuse, même en cas de hausse des tarifs », argumente le SDE.

La majorité des recharges s’effectue d’ailleurs à domicile, à un coût avoisinant les 15 à 20 centimes le kWh. En y ajoutant les avantages en termes de qualité de l’air, l’offre électrique demeure très attractive.

Ainsi, malgré une certaine disparité régionale, l’électrique reste une option économiquement compétitive pour les conducteurs, même dans un contexte de hausse des prix de l’énergie. Reste à voir comment évolueront les tarifs dans les mois à venir.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *