De Vries champion du monde, Mercedes aussi, Nato enfin !

Par Daniel Ortelli / Photos FIA Formula E

Les deux dernières manches du Championnat du monde de Formule Electrique, ce week-end à Berlin, sur l’ancien aéroport de Tempelhof, ont permis de confirmer la suprématie de Mercedes sur les courses de monoplaces, comme quand elles sont équipées de moteurs hybrides, en Formule 1.

La Course 1 a été remportée samedi par le Brésilien Lucas Di Grassi, pour la dernière victoire de l’équipe Audi Sport officielle qui a décidé de quitter la FE, devant Edoardo Mortara (Venturi) et Mitch Evans (Jaguar). Du coup, avant la 15e et dernière manche de cette Saison 7 de FE, 14 pilotes et 6 écuries pouvaient encore, mathématiquement, prétendre aux titres mondiaux des Pilotes et des Constructeurs !

Norman Nato (FRA), Venturi Racing, Silver Arrow 02, leaves the garage

C’est finalement le Néerlandais Nyck de Vries, champion de Formule 2 en 2019, qui a été sacré, tout comme le Mercedes EQ Formula E Team, et cela en présence de Toto Wolff, le grand manitou de l’écurie de F1 de la marque à l’étoile. 

Sur le dernier podium de cette saison à sensations, un Français  est monté sur la plus haute marche, Norman Nato (Venturi), pour sa première victoire en FE, dès sa première saison. Au bout d’une course parfaitement gérée, dans laquelle il a été le premier à passer en Mode Attaque, il a devancé Oliver Rowland (Nissan e.dams) et l’autre pilote Mercedes, Stoffel Vandoorne. Parti en pole position, le Belge a donc assuré le titre Constructeurs, devant Jaguar et DS-Techeetah. Et encore un doublé au plus haut niveau du sport auto, comme en F1.

La jauge avait été limitée par les autorités sanitaires allemandes mais plusieurs milliers de spectateurs ont quand même assisté au spectacle depuis les tribunes et les structures privatives de ce circuit éphémère. L’an dernier, sur la même piste mais à huis clos, le Portugais António Félix Da Costa avait été titré, tout comme son écurie, DS Techeetah, chez les Constructeurs. 

La ville de Berlin est présente au calendrier de la Formula E depuis ses débuts, lors de la saison 2014-2015. Ce circuit, très atypique, est très exigeant pour les machines et les hommes, mais aussi pour les pneus Michelin, le fournisseur unique de toutes les écuries de FE. Une sorte de béton très usant, offrant un grip important qu’il soit sec ou humide. Pour cette grande finale, les organisateurs avaient sélectionné un tracé de dix virages pour une longueur de 2,355 km. Avec deux sens de circulation : le sens inverse des aiguilles d’une montre le samedi, et le “bon” sens dimanche. Ce changement important a bien sûr inversé les virages et généré des contraintes différentes sur les pneus.

Mitch Evans (NZL), Jaguar Racing, Jaguar I-TYPE 5

Jérôme Mondain, le manager de Michelin en Formula E, a expliqué après l’arrivée que le manufacturier français avait accompagné depuis l’origine la progression de ces monoplaces électriques “qui ont déjà utilisé, depuis 2014, trois générations de pneus spécialement développés pour elles, en seulement sept saisons”. Et il a bien résumé ce week-end de course: “A Berlin, sur une piste que nous connaissons bien pour son abrasivité et le caractère agressif de sa surface en béton strié, nous nous attendions à des températures plus élevées que l’année dernière. Cela n’a finalement pas été le cas grâce au léger vent qui s’est levé. Mais, comme toujours, les pneus que nous avons fourni à nos partenaires leur ont permis de se livrer bataille avec la même intensité jusqu’à la ligne d’arrivée”.

Depuis le début du championnat, en 2014, Michelin a abaissé la masse des pneus de Formula E d’environ 20 %, ce qui représente 9 kg par voiture. Un véritable exploit technique, combiné à un abaissement important de la résistance au roulement et qui permet aux monoplaces de la Formula E d’optimiser leur autonomie.

Nyck de Vries (NLD), Mercedes Benz EQ, celebrates in Parc Ferme after securing the title

Classement de la Course 1 samedi  au E-Prix de Berlin:

1. Lucas di Grassi (BRA/ Audi Sport),

2. Edoardo Mortara (SUI/Venturi),

3. Mitch Evans (NZL/Jaguar),

4. Norman Nato (FRA/Venturi),

5. Jake Dennis (GBR/BMW Andretti),

6. Jean-Eric Vergne (FRA/DS-Techeetah),

7. Antonio Felix da Costa (POR/DS Techeetah),

8. Max Günther (GER/BMW Andretti),

9. René Rast (GER/Audi Sport),

10. Andre Lotterer (GER/Porsche), …

22. Nyck de Vries (NED/Mercedes EQ)

Classement de la Course 2 dimanche au E-Prix de Berlin:

1. Norman Nato (FRA/Venturi), 2. Oliver Rowland (GBR/Nissan e.dams), 3. Stoffel Vandoorne (BEL/Mercedes EQ), 4. Andre Lotterer (GER/Porsche), 5. Alexander Sims (GBR/Mahindra), 6. Pascal Wehrlein (GER/Porsche), 7. Sam Bird (GBR/Jaguar),  8. Nyck de Vries (NED/Mercedes), 9. René Rast (GER/Audi), 10. Tom Blomqvist (GBR/NIO), 11. Jean-Eric Vergne (FRA/DS-Techeetah)…

Classement final du Championnat du monde de Formule E:

Pilotes :

1. De Vries (NED), 99 pts, 2. Mortara (SUI), 92 pts, 3. Dennis (GBR), 91 pts, 4. Evans (NZL), 90 pts, 5. Frijns (NED), 89 pts, 6. Bird (GBR), 87 pts, 7. Di Grassi (BRA), 87 pts, 8. Da Costa (POR), 86 pts, 9. Vandoorne (BEL), 82 pts, 10. Vergne (FRA), 80 pts…

Constructeurs :

1. Mercedes EQ, 181 pts, 2. Jaguar Racing, 177 pts, 3. DS Techeetah, 166 pts, 4. Audi Sport, 165 pts, 5. Envision Virgin, 165 pts, 6. BMW Andretti, 157 pts, 7. Venturi, 146 pts, 8. Porsche, 137 pts, 9. Mahindra, 132 pts, 10. Nissan, 97 pts…

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A ne pas manquer !

Publicité