L’avenir de l’automobile est en constante évolution. Au cœur de cette transformation, lors du prestigieux Salon IAA Mobility de Munich, nous avons eu l’opportunité d’une interview exclusive avec le Responsable Autonomie chez Valeo. Découvrez avec nous, chez Tesla Mag, les moments clés et les révélations de cet entretien captivant.

Définir l’automatisation : Un avenir pour tous

Valeo envisage une révolution de l’automatisation. Le niveau 2, en particulier, est vu comme la prochaine grande étape : une technologie accessible à tous, intégrée en standard dans chaque voiture.

« Ce que vous voyez derrière moi pose les bases d’une automatisation abordable de niveau 2, voire 2+. »

En s’inspirant du modèle de Tesla, Valeo souhaite démocratiser cette technologie. Pour ce faire, la simplification de l’architecture du véhicule est essentielle. Les voitures de demain seront conçues autour des logiciels, rendant l’ajout de nouvelles fonctionnalités aussi simple qu’une mise à jour.

Le niveau 2 d’automatisation, pour les non-initiés, représente une assistance avancée à la conduite. Il est souvent présenté comme un « pilote automatique » où la voiture peut contrôler sa direction, sa vitesse et sa distance par rapport aux autres véhicules, mais où le conducteur doit rester attentif et prêt à reprendre le contrôle.

Explorer les niveaux supérieurs : Vers une conduite pleinement autonome

Atteindre et dépasser l’automatisation de niveau 2 est un challenge. Les niveaux 3 et 4 exigent une perception accrue des alentours du véhicule. Valeo s’y attaque avec des innovations majeures.

Lire également :  La communauté Tesla fait passer un anniversaire de rêve au fils d’un propriétaire US

« Nous introduisons un nouveau scanner laser, essentiel pour le niveau 3, en collaboration avec Mercedes. »

L’automatisation de niveau 4, elle, semble plus complexe, mais non moins réalisable. Valeo a initié une collaboration avec BMW pour réaliser un stationnement entièrement autonome.

Pour aller plus loin, le niveau 3 implique que la voiture est capable de prendre en charge la conduite dans certaines conditions sans intervention humaine. Tandis que le niveau 4 pousse cette autonomie encore plus loin, permettant à la voiture de gérer la plupart des situations de conduite, y compris dans des environnements urbains complexes.

La connectivité des véhicules : Vers un réseau automobile mondial

La communication entre véhicules est l’un des piliers d’un futur connecté. Plutôt que de simples interactions voiture à voiture, Valeo envisage une connectivité élargie par le biais du cloud ou d’autres infrastructures.

« La téléopération, déjà connectée, ouvre des portes vers des applications innovantes, allant des utilisateurs finaux aux usines. »

Derrière ces mots se cache une vision d’un monde où les voitures, et même d’autres domaines industriels, communiqueraient ensemble pour une efficacité maximale.

Les communications véhicule à véhicule (V2V) et véhicule à infrastructure (V2I) ouvrent une myriade d’opportunités pour rendre la conduite plus sûre et plus efficace. En permettant aux véhicules de partager des informations sur les conditions de la route, la circulation et les dangers potentiels, ces systèmes peuvent prévenir les accidents et optimiser les flux de circulation.

Pour conclure, cette immersion chez Valeo lors du Salon IAA Mobility nous a offert une vision profonde de ce que l’avenir de l’automatisation nous réserve. Les prochaines années s’annoncent passionnantes, et nous sommes impatients de suivre ces évolutions.

Lire également :  Tesla réagit suite aux accidents de Tesla Model S

Chers lecteurs de Tesla Mag, que pensez-vous de ces avancées technologiques ? Partagez vos opinions et questions dans les commentaires !

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *