Le monde a assisté à un accroissement spectaculaire du soutien financier aux énergies fossiles en 2022. Selon une étude récente de l’OCDE et de l’AIE, le coût budgétaire global pour 82 économies majeures a presque doublé, passant de 769,5 milliards de dollars en 2021 à 1 481,3 milliards de dollars en 2022.

Cette hausse s’explique principalement par les politiques publiques visant à atténuer l’impact de la crise énergétique sur les entreprises et les ménages, exacerbée en partie par le conflit russo-ukrainien.

Source : OCDE (2023)

Une envolée des coûts due à la crise énergétique

Le poids des subventions dans le budget

L’inventaire de l’OCDE montre que les transferts directs et les dépenses fiscales liés aux combustibles fossiles ont atteint 427,9 milliards de dollars en 2022. L’AIE rapporte, quant à elle, des ventes de combustibles fossiles à des prix inférieurs au marché s’élevant à 1 126,6 milliards de dollars, avec des hausses notables pour le pétrole, l’électricité et le gaz naturel.

Répartition du soutien financier

Les consommateurs (entreprises et ménages) ont bénéficié de 81 % du soutien total, tandis que les producteurs de combustibles fossiles ont reçu 16 %, et les services d’intérêt général 3 %.

Une réalité complexe et diversifiée

L’impact des subventions à la consommation

L’AIE observe une augmentation de 116 % des subventions à la consommation entre 2021 et 2022, atteignant 1 100 milliards de dollars. Cette hausse est principalement due à l’augmentation des prix sur les marchés internationaux.

Lire également :  Pourquoi la Chine est-elle stratégique pour Tesla?

Le renforcement du soutien au charbon

Le soutien à la production et à la consommation de charbon a également connu une hausse significative, atteignant 36,1 milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de 60 % depuis 2013. Cela inclut diverses formes de subventions, comme les aides aux ménages consommant du charbon et les mesures de contrôle des prix dans les pays producteurs.

Des mesures de soutien à réformer

Les gouvernements sont appelés à réformer les aides actuelles pour les concentrer sur les personnes les plus dans le besoin. Les subventions non ciblées sont coûteuses pour les budgets publics et profitent disproportionnellement aux ménages les plus riches, souvent de plus gros consommateurs d’énergie.

L’OCDE et l’AIE encouragent l’élimination progressive des aides inefficaces aux énergies fossiles. Ils préconisent de réorienter les fonds publics vers le développement de solutions alternatives bas carbone, tout en améliorant la sécurité et l’efficacité énergétiques.

Conclusion

L’année 2022 marque un tournant dans la politique énergétique mondiale, avec une augmentation notable du soutien aux énergies fossiles. Il est essentiel de rediriger ces efforts vers des initiatives plus durables et équitables. Les décideurs politiques doivent agir pour réformer les systèmes de subvention actuels, favorisant ainsi un avenir énergétique plus durable et responsable.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *