Elon Musk n’apprécie pas le partage des bandes 12ghz et 5G

La bande des 12 GHz fait déjà les gros titres depuis un certain temps. En 2020, le PDG de SpaceX, M. Musk, a estimé qu’elle était suffisamment importante pour en discuter lors d’une conférence téléphonique avec le président de la FCC de l’époque, M. Ajit Pai. 

La bande des 12 GHz a même été évoquée lors de la journée des analystes de Dish Network le 10 mars à Las Vegas. À un moment donné, vers la fin de l’événement qui a duré plusieurs heures, le président de Dish, Charlie Ergen, a noté que c’est la seule bande complète de 500 MHz probablement dans la prochaine décennie qui sera disponible et qu’elle n’est pas actuellement utilisée par le ministère de la Défense (DoD).

Quésaco ?

Dish et RS Access sont les plus grands détenteurs, respectivement, des licences MVDDS qui font l’objet d’une pétition devant la FCC depuis 2016. Ils aimeraient que les règles soient modifiées afin que leur spectre sous licence puisse être utilisé pour la 5G bidirectionnelle. Mais ils ne sont pas les seuls intéressés à l’utiliser pour la 5G. La bande est actuellement utilisée par les opérateurs historiques de satellite, et le camp Dish/RS Access estime qu’elle peut être utilisée à la fois par le satellite et la 5G sans interférences nuisibles.

La bande des 12 GHz est si grande qu’un modèle CBRS pourrait être appliqué pour la rendre plus utilisable par un plus grand nombre d’entités, selon M. Pickering, co-président de la coalition 5G pour les 12 GHz et PDG d’INCOMPAS. « C’est pourquoi cette bande est si importante », a-t-il déclaré. « C’est le Texas de la nation du spectre. C’est le plus grand bloc de fréquences qui existe », et elle n’est pas utilisée efficacement à l’heure actuelle.

INCOMPAS ne plaide pas en faveur d’une vente aux enchères. La façon la plus rapide de déployer ce spectre et d’en maximiser l’utilisation est de ne pas passer par un long processus d’enchères, a déclaré M. Pickering. Ce raisonnement est similaire à celui de Dish, qui affirme avoir déjà payé son droit d’utilisation de la bande et ne pas vouloir de vente aux enchères. 

Des développements à venir… 

Les membres de la Coalition 5G pour les 12 GHz ont déclaré qu’ils étaient encouragés par les réponses données par les commissaires de la FCC lors d’une récente audience de surveillance de la FCC par la Chambre de l’énergie et du commerce. Au cours de l’audience, il a été reconnu que les opérations satellitaires ont reçu l’autorisation de l’agence pour lancer des constellations de centaines ou de milliers de satellites utilisant plusieurs bandes de fréquences, dont la bande des 12 GHz.

À l’heure actuelle, la FCC étudie les critères qui devraient être utilisés pour évaluer les interférences entre les services mobiles et les services par satellite. 

L’appel de 2020 entre Elon Musk et l’ancien président de la FCC 

Objectif : discuter de la bande des 12 GHz. La bataille autour de la bande des 12 GHz – dont certains disent qu’elle pourrait fournir le spectre de bande moyenne dont la 5G a tant besoin aux États-Unis – s’intensifie, y compris parmi un groupe de collaborateurs improbables. 

Ainsi, plus tôt cette année, AT&T (le plus grand fournisseur de services téléphoniques locaux et longues distances et de xDSL des États-Unis et le 2ᵉ opérateur de services mobiles) a indiqué qu’elle n’était pas exactement dans le camp de SpaceX lorsqu’elle s’est opposée à sa demande de modifier son application pour son système de satellite

Et RS Access dans tout ça ?

À entendre RS Access (dont la mission est de fournir des solutions sans fil de haute capacité point à multipoint de classe mondiale, utilisant la fréquence 12 GHz), la bande des 12 GHz représente une opportunité incroyable pour la FCC d’améliorer les possessions de bande moyenne des opérateurs aux États-Unis pour la 5G. 

Le spectre se situe entre 6 GHz et 24 GHz, comprend 500 mégahertz de spectre contigu à l’échelle nationale, n’est pas encombré par des utilisateurs militaires ou d’autres utilisateurs fédéraux, et offre la possibilité de canaux de 100 mégahertz avec une  » propagation radicalement supérieure  » par rapport au spectre de fréquences plus élevées.

RS Access a également fait remarquer que SpaceX a accès à plus de 15 000 mégahertz de spectre et que la bande des 12 GHz en représente environ 3 %. Selon RS Access, il n’y a aucun mal à ouvrir un avis de proposition de réglementation (NPRM), qui lance un processus permettant à la FCC de recueillir des commentaires et de commencer à examiner d’autres façons d’utiliser la bande.

Starlink : quelques chiffres clés 

Starlink a lancé plus de 1 500 satellites et a récemment atteint 69 420 utilisateurs actifs, a déclaré M. Musk lors d’une présentation principale pendant le Mobile World Congress (MWC) 2021 à Barcelone. Il a laissé entendre que Starlink est en passe d’avoir quelques 100 000 et « peut-être plus de 500 000 utilisateurs d’ici 12 mois. » En mai, Starlink comptait plus de 500 000 inscriptions.

À partir du mois d’août, les satellites LEO « devraient offrir une connectivité mondiale partout sauf aux pôles », a déclaré M. Musk. Le service est actuellement opérationnel dans 12 pays, et d’autres s’ajoutent chaque mois.

Musk s’est aventuré à dire qu’au fil du temps, l’investissement dans le service de haut débit par satellite en orbite basse pourrait atteindre 20 à 30 milliards de dollars, car il cible les endroits peu peuplés et à densité moyenne. Avant que Starlink ne commence à générer des flux de trésorerie positifs, l’investissement total est d’au moins 5 milliards de dollars et peut-être jusqu’à 10 milliards, a déclaré Musk au MWC.

Quel est le fonctionnement de Starlink et ses terminaux ?

Pour ce qui est de la récupération de l’investissement auprès des abonnés, les terminaux ou les antennes paraboliques des utilisateurs de Starlink coûtent actuellement plus de 1 000 dollars à l’entreprise – une somme qu’elle souhaite faire baisser.  

« Nous perdons de l’argent sur ce terminal à l’heure actuelle » et Starlink travaille au développement de terminaux de nouvelle génération qui offrent à peu près le même niveau de capacité mais coûtent beaucoup moins cher, a déclaré M. Musk. Les utilisateurs paient environ la moitié du prix d’un terminal, soit 500 dollars (plus 100 dollars par mois pour le service), et M. Musk souhaite réduire ce prix à 300 ou 250 dollars.

L’avantage de Starlink, c’est qu’il est facile à installer. Il n’est pas nécessaire de faire appel à un installateur professionnel et l’installation prend moins de cinq minutes, en deux étapes : pointer vers le ciel et brancher. Dans l’ensemble, Musk est « plutôt enthousiaste quant à l’avenir » et, même s’il ne veut pas être trop confiant, il a déclaré que « l’avenir s’annonce plutôt positif ».

Elon Musk considère Starlink, l’entreprise de SpaceX spécialisée dans le haut débit par satellite en orbite basse (LEO), comme un complément à la 5G terrestre et à la fibre, car le service s’efforce de connecter les endroits éloignés et difficiles à atteindre dans le monde entier. A voir donc comment les relations évoluent avec la bande des 12 GHz… 

Rédaction Tesla Mag
La rédaction Tesla Mag est tournée vers le futur. Nous nous attachons à présenter les prochaines innovations et une actualité structurée sur les nouvelles mobilités. N'hésitez pas à nous contacter ou à commenter pour poursuivre la conversation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -
spot_img
- Publicité -
spot_img

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne manquer aucune info!

Actualités du jour

Stations-e : La qualité du service partout même en milieu rural 

Comme évoqué la semaine dernière, nous vous invitons à découvrir les architectes du réseau de rechargement pour voiture électrique....
- Publicité -