Fisker Océan // Source: Fisker

La dévaluation spectaculaire de la Fisker Ocean, passant de 69 000 $ à seulement 21 000 $ peu de temps après son achat, suscite de vives réactions et soulève des questions pertinentes sur la viabilité à long terme des startups de véhicules électriques (VE). Cette situation rappelle étrangement le destin malheureux de la Fisker Karma, premier modèle de la marque, qui a connu des problèmes similaires. Cet article explore les implications de cette chute de valeur pour les propriétaires actuels et potentiels de la Fisker Ocean, ainsi que pour l’industrie des VE dans son ensemble.

Un écho du passé : Le précédent de la Karma

Fisker Automotive, rebaptisée Fisker Inc., avait déjà connu des turbulences avec la Karma, sa première tentative sur le marché des véhicules électriques. Les problèmes rencontrés par la Karma, allant de défis techniques à une faible acceptation du marché, semblent se répéter avec l’Ocean. Cette répétition des erreurs passées soulève des doutes quant à la capacité de Fisker à apprendre de ses échecs précédents et à proposer un produit viable économiquement et techniquement.

La chute brutale de la valeur de l’Ocean

Credit : Fisker

L’Ocean de Fisker, vendue au prix initial de 69 000 $, a vu sa valeur chuter à 21 000 $, selon un rapport d’Edmunds. Cette dévaluation soudaine a causé consternation et colère parmi les propriétaires, qui se retrouvent avec un véhicule valant moins du tiers de son prix d’achat initial. Cette situation a été exacerbée par des commentaires acerbes sur les réseaux sociaux, certains utilisateurs faisant le parallèle entre le nom du modèle, Ocean, et l’expression « être sous l’eau » pour décrire leur situation financière suite à cet achat.

Lire également :  Lancement du nouveau véhicule électrique turc en 2025

Les risques d’investissement dans les startups de VE

L’expérience des propriétaires de la Fisker Ocean met en lumière les risques associés à l’investissement dans des véhicules de startups de VE. Contrairement aux constructeurs établis, les startups peuvent manquer de la robustesse financière et de l’infrastructure de support nécessaires pour soutenir leurs produits sur le long terme. Les acheteurs doivent donc évaluer soigneusement ces risques avant de s’engager dans l’achat d’un véhicule d’une marque émergente.

Considérations pour les futurs acheteurs

Pour les potentiels acheteurs de VE, l’histoire de la Fisker Ocean sert de rappel à la prudence. Il est essentiel de considérer non seulement le prix d’achat et les caractéristiques du véhicule mais aussi la viabilité à long terme de la marque et la disponibilité du support et des pièces de rechange. Les véhicules de startups peuvent offrir des innovations et des prix attractifs, mais ils viennent aussi avec un niveau de risque plus élevé.

La situation actuelle de la Fisker Ocean est un signal d’alarme pour l’industrie des véhicules électriques et pour les consommateurs. Elle met en évidence les défis auxquels sont confrontées les startups de VE dans un marché compétitif et rappelle l’importance de la diligence raisonnable de la part des acheteurs. Pour Fisker, il s’agit d’une opportunité de tirer des leçons de ses erreurs passées et de renforcer sa proposition de valeur pour éviter de répéter les écueils de la Karma.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *