La grève contre Tesla continue de prendre de l’ampleur, touchant maintenant la Norvège après le Danemark. Les syndicats norvégiens rejoignent le mouvement initié en Suède, mettant en lumière les tensions croissantes entre l’entreprise et les travailleurs syndiqués en Europe.

Les Actions des Syndicats Norvégiens

Le principal syndicat norvégien, Fellesforbundet, a annoncé qu’il bloquerait les expéditions de véhicules Tesla destinés au marché suédois. Cette décision fait de la Norvège le troisième pays à s’opposer à Tesla, qui n’a pas réussi à conclure des accords de négociation collective.

Le mouvement a débuté en Suède avec le syndicat IF Metall, qui cherche à forcer Tesla à signer des accords collectifs pour les mécaniciens. Les dockers suédois refusent déjà de décharger les voitures Tesla, et d’autres groupes professionnels en Suède ont exprimé leur soutien à la grève.

Position de Tesla sur la Négociation Collective

Tesla maintient une politique de non-adhésion aux accords de négociation collective, arguant que les conditions de travail de ses employés sont équivalentes ou meilleures que celles revendiquées par les syndicats. Cependant, les syndicats nordiques considèrent le refus de Tesla comme un défi à leurs normes établies et aux droits des travailleurs de négocier salaires, vacances, heures supplémentaires et autres conditions de travail.

Répercussions Régionales

Les actions des syndicats norvégien et danois affecteront uniquement les voitures destinées au marché suédois. Le syndicat norvégien Fellesforbundet, ainsi que 3F, le plus grand syndicat du Danemark, ont confirmé que leurs mesures ne concerneraient que Tesla en Suède.

Lire également :  A quoi sert cette fonction peu connue sur la Tesla Model 3 ?

Déclaration de Jörn Eggum, Leader du Syndicat Fellesforbundet

Jörn Eggum a déclaré : « Le droit de revendiquer un accord collectif est une part évidente de notre vie professionnelle, et nous ne pouvons pas accepter que Tesla se place en dehors de cela. »

Situation aux États-Unis

Aux États-Unis, Elon Musk a offert à l’UAW (United Auto Workers) l’opportunité de syndiquer les usines de Tesla, mais l’UAW n’a pas manifesté d’intérêt pour l’unionisation chez Tesla.

Avec la Norvège se joignant à la Suède et au Danemark pour forcer Tesla à signer des accords de négociation collective, la situation se tend en Europe. Ces événements mettent en lumière les défis auxquels Tesla fait face dans ses relations avec les travailleurs et les syndicats européens.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *