Photo du 4x4 de la marque Rivian

Une arrivée en Bourse sur les chapeaux de roue

Alors que ses premiers pick-up électriques ont été livrés en septembre, la marque américaine Rivian a fait une entrée fracassante à Wall Street. Rivian est donc connu comme le constructeur de voitures électriques qui vaut 100 milliards de dollars. 

C’est davantage que les mythiques constructeurs Ford (77 milliards) ou General Motors (86), alors même que la société vient à peine de sortir ses premiers véhicules de la chaîne de production, suscitant au passage des comparaisons avec Tesla

L’introduction en Bourse lui permet de récupérer au moins 11,9 milliards de dollars d’argent frais. C’est la plus importante levée de fonds par ce biais depuis 2014 et l’arrivée à Wall Street du géant chinois Alibaba.

Une entreprise fondée par un passionné d’automobile verte 

L’entreprise a été fondée en 2009 par Robert Scaringe, un passionné de voitures qui a voulu dès la fin de ses études se concentrer sur un moyen de transport peu polluant. Il pensait initialement développer une voiture de sport mais s’est réorienté en 2012, estimant qu’il aurait plus d’impact sur l’environnement avec les gros véhicules.

La société a livré ses premiers pick-up, baptisés R1T au prix de base à 67 500 dollars, en septembre et prévoit d’écouler ses premiers SUV en décembre. Appelés R1S, ils sont écoulés à 70 000 dollars. 

Fin octobre, la société avait un carnet de commandes pour 55 000 R1T et R1S qu’elle comptait livrer d’ici fin 2023. Tous ses véhicules sont pour l’instant produits dans une usine à Normal, dans l’Illinois, rachetée à Mitsubishi en 2017. 

Des similitudes avec l’entreprise Tesla ?

Si Rivian est encore largement déficitaire, la société a profité de l’engouement des investisseurs pour les véhicules électriques, qui a valu à Tesla avant elle d’entrer dans le petit club des entreprises valant plus de 1 000 milliards de dollars à Wall Street.

Lire également :  Cybertruck Tesla : A vos modèles, prêts ? Commandez !

Rivian est parfois présenté comme le « nouveau Tesla » sur le créneau des camions. De plus, l’entreprise a choisi, comme le groupe d’Elon Musk, de vendre ses voitures directement aux clients et non via des concessionnaires.

Mais elle arrive sur un marché qui semble déjà un peu saturé avec d’autres start-up de véhicules propres comme Lucid, Faraday ou Fisker, et surtout les constructeurs traditionnels ayant récemment pris le tournant de l’électrique. 

Enfin, la société a noué un partenariat avec Amazon, qui lui a commandé 100.000 camionnettes à livrer d’ici 2030 et devrait détenir environ 19% des parts à l’issue de l’opération, un bon point de départ pour Rivian

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *