Laissez-moi vous emmener dans un endroit magique, niché au 29, rue Saint-Georges dans le 9ème arrondissement de Paris, où les saveurs marocaines traditionnelles flirtent avec une touche de modernité. C’est au Choukran, le trésor caché du chef Abdel Alaoui, que j’ai vécu cette expérience culinaire inoubliable.

Dès le pas de la porte, l’aventure commence

Je me souviens encore de l’effervescence qui m’a saisie en franchissant le seuil du Choukran. L’ambiance urbaine, ponctuée d’artisanat marocain authentique, m’a immédiatement transportée loin de la grisaille parisienne, dans une ruelle animée de Marrakech.

Chaque plat raconte une histoire

Le menu, c’est une lettre d’amour écrite par le chef à sa culture. J’ai été captivée par le Kazdal, cette crêpe Msmen qui enlace tendrement une garniture de viande exquise, le tout rehaussé par une “magic sauce” qui danse sur les papilles. C’est une symphonie de saveurs qui résonne entre tradition et street food, un plat qui m’a conquise dès la première bouchée.

Quant au Bledwich, c’est un hommage vibrant à l’histoire culinaire de Marrakech. Le bœuf, mijoté à l’étouffée, s’épanouit dans un pain brioché parfumé à la fleur d’oranger, accompagné de pickles maison. Une création qui m’a laissée sans voix, une explosion de saveurs qui m’a rendue instantanément accro.

Le couscous, un plat qui unit

Le couscous chez Choukran, c’est bien plus qu’un plat, c’est une déclaration. Avec sa semoule sans gluten, le chef Alaoui s’assure que chacun puisse s’y retrouver. J’ai été touchée par la générosité du bouillon végétal et la tendresse des légumes de saison. Et pour les amateurs de viande, les options ne manquent pas. Le Tfaya, ce condiment sucré-salé, a ajouté une touche de magie à mon expérience.

Lire également :  Notre avis sur le restaurant L'olivier à Paris

Les douceurs, un final en apothéose

Tiramisouk de Choukran

Le Maroco Grano, c’est la douceur incarnée. Ce granola traditionnel revisité, servi sur un yaourt blanc et nappé de fleur d’oranger et de sirop d’érable, a été mon péché mignon de la soirée. Et que dire du Tiramisouk ? Ce tiramisu à la marocaine m’a fait redécouvrir le dessert classique sous un nouveau jour, avec une touche d’amlou maison et de biscuit cuillère à la fleur d’oranger.

Des boissons qui éveillent les sens

Pour accompagner ce festin, rien de tel qu’une Jasminade maison. Ce thé au jasmin, paré de fleur d’oranger, de menthe et de citron, a été la fraîcheur nécessaire pour équilibrer les riches saveurs du repas. Et pour un brin de nostalgie, j’ai opté pour une canette de Hawaii, ce soda tropical qui m’a rappelé les étés de mon enfance.

Mon invitation pour vous

Choukran n’est pas qu’un restaurant, c’est une expérience à vivre, un voyage des sens. Chaque plat, chaque détail du décor, chaque saveur vous raconte une partie de l’histoire marocaine. Si vous cherchez une évasion culinaire hors du commun, une aventure qui éveille les sens, je vous invite à pousser la porte du Choukran. Comme le chef Alaoui aime à le dire, c’est une chance de “redécouvrir le Maroc sous un prisme moderne et pop”.

Et vous, quand viendrez-vous vivre cette expérience ? Racontez-moi vos impressions et vos découvertes culinaires en commentaires. Si vous n’avez pas encore eu l’opportunité de visiter Choukran, laissez-moi vous dire : il est grand temps de réserver votre table !

Lire également :  Brunch au Baja Paris, le lieu branché à découvrir

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *