Nouveau déchainement médiatique !

L’Autoroute A1 en l’Allemagne a été le théâtre d’un carambolage mortel de 31 véhicules le week-end dernier. Il a entraîné la mort tragique d’un conducteur de Tesla Model S, âgé de 73 ans, et blessé 15 personnes de plus (6 blessures graves et 9 blessés légers).

Au total, 26 voitures, 3 camions semi-remorques et 2 grands camions de transport ont été impliqués, mais c’est le model S qui a fait la une des journaux en raison de la mort de son propriétaire, certains médias ayant rapidement saisi la possibilité de mettre en cause l’Autopilot.

Electrek.Co a demandé à Tesla Motors s’ils pouvaient confirmer que le pilote automatique était engagé ou non pendant l’accident. La compagnie ayant accès aux journaux (logs) du véhicule a affirmé que le pilote automatique n’était pas engagé.

Si les autorités locales ont lancé normalement une enquête sur la cause de l’accident et bien qu’aucune information concrète ne permette de croire qu’ils recherchent une responsabilité quelconque de l’Autopilot automatique, elles en examinent logiquement les éléments qui viendront certainement confirmer cette déclaration.

Précisons aussi que l’utilisation de l’Autopilot est impossible au delà de 140km/h et que la vitesse sur cette portion d’autoroute comme sur beaucoup d’autres autoroutes allemandes n’est pas limitée.

Un premier rapport affirme que le Model S s’est encastré dans un petit camion qui avait heurté un autre camion arrêté au milieu de la route en raison du carambolage en cours.

Le même rapport explique aussi qu’une violente tempête de grésil venait de transformer l’autoroute en une «véritable patinoire». Dans ces circonstances il apparaît quand même que les équipements de la voiture, malgré ses 5 étoiles aux crashs test n’ont pas suffit à empêcher le choc mortel.

Pour l’anecdote précisons que plus de 120 pompiers et sauveteurs ont été mobilisés sur les lieux pendant des heures pour secourir les nombreuses personnes impliquées dans l’accident et que ce carambolage a provoqué un embouteillage de 10 heures.

2

La mort tragique de ce conducteur vient s’ajouter à la courte liste, mais malheureusement croissante de conducteurs décédés au volant de leurs Tesla(s) alors que les responsables de Tesla mettent régulièrement en avant l’absence de mort ou de blessures graves depuis la commercialisation de la première Model S il y a 4 ans et la mise en circulation sur les routes de maintenant plus de 150 000 unités.

Si nombre des accidents mortels survenus avec des Tesla(s) mettent souvent en cause les comportements aberrants des conducteurs malheureusement concernés comme regarder un film en roulant, dans d’autres cas tout aussi nombreux, les heureux conducteurs concernés ont crédité leur Model S de leur avoir sauver la vie lors d’accidents potentiellement très graves.

 

Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

*