Un voyage de Nice à Porto

By @Jack06 membre du forum

Bon je sais il vaut mieux viser l’Europe du nord plutôt que du sud si on veut le confort et la sécurité avec une TMS. Mais c’est ainsi, je devais aller au Portugal, j’ai choisi la voiture, j’ai une TMS et je l’aime bien, j’ai le goût de l’aventure et je suis téméraire bien que ni imprévoyant ni inconscient…. Alors j’ai pris mes dispositions à l’avance…. MAIS ce qui est n’est pas égal à ce qui est… écrit.

Départ de Nice avec un plein jusqu’à ras du bord (pour ma TMS 85D de septembre 2015, j’affiche en typique env. 420 km disponibles). En France c’est de la rigolade, vous le savez tous. Pour le cas d’espèce, je ne me prive pas de profiter des performances de la voiture, je ne fais pas de gros excès mais je roule entre 130 et 140 km/h sur l’autoroute (sauf dans le 06 où c’est limité à 110). Je fais une charge au SUC de Nîmes puis à celui de Toulouse (un peu loin de l’autoroute et pas sur le chemin et en août un peu désertique) et me voilà arrivé à Bayonne où je couche une nuit dans ma famille à proximité en regonflant ma batterie au Suc de Bayonne. Donc en France rien d’exceptionnel, on ne se pose pas de questions, env. 900 km de l’extrême sud-est à l’extrême sud-ouest de la France, une grosse journée presque ordinaire avec autoroute, SUC et restau. Mais après c’est une autre histoire : l’Espagne (Pays Basque puis León) et le Portugal jusqu’à Porto !!! L’aventure, la conquête de l’Ouest à cheval et avec un carrosse de 500 chevaux, il faut des écuries et beaucoup de foin, beaucoup plus que pour un âne bâté et finalement il faut aller au train de l’âne si on veut que la monture tienne entre les écuries…. J’ai bien failli voir la bête affamée me lâcher au bord du chemin quand l’écurie prévue s’est révélée… INCOMPATIBLE avec TESLA, OUI ! incompatible !

 

Je m’explique. J’avais prévu Bayonne-Porto en 790km passant par (en Espagne) Vitoria-Gasteiz, Burgos, Palencia, Valladolid, Zamora puis (au Portugal) Bragança et Vila-Real tout en autoroute limité à 120 km/h (sauf env. 70 km de Zamora au Portugal sur une route ordinaire et très correcte limitée à 100 km/h). Bref ce qu’on fait en thermique en une petite journée de 7 heures avec un seul plein au départ et une petite pause déjeuner en route ou en trois jours à vélo dans le Tour de France. Je n’étais pas très pressé mais je pensais faire un voyage durant entre les deux extrêmes précitées… ce fut le cas… enfin à peu près…

 

J’ai donc pris toutes les précautions et mesures préalables : achat d’une carte avec réserve de 30€ chez Ibil pour les recharges en Espagne, recherche sur la carte avant le départ des points de charge espagnols (qui sont tous payants et assez nombreux) ; acquisition d’une carte gratuite Mobil.E pour tous les points de charge portugais (qui sont tous gratuits et très nombreux) et recherche vérification sur la carte des villes équipées (presque toutes !). Ajoutons pour éviter les surprises, un badge Bip&Go de télépéage opérant en Espagne pour éviter les queues aux péages et une inscription sur les télépéages portugais (qui ont un système de reconnaissance de plaques d’immatriculation en circulation sur les autoroutes à péage où on est reconnu en passant à 120 km/h en peine voie…. Moderne le Portugal, non ?). Bref, un pionnier plutôt prévoyant pour ne pas avoir à pousser la TMS en panne.

 

Je pars de Bayonne avec la charge maximale dans l’après-midi avec l’objectif de recharger pendant le dîner sur la borne Ibil Chademo de Palencia dans la soirée (350 km) et de dormir à l’hôtel sur place si possible ou à défaut à Valladolid (plus grosse cité à 50-60 km plus loin mais sans Chademo). 350km, on a de la marge, non ? … je ne me prive pas de rouler bien, très bien… surtout dans les montagnes du pays basque espagnol, pourquoi se priver, il y a de la marge d’ici au Chademo ? Arrivé à Palencia je trouve la charge Chademo, j’y branche la bête, ça part et plouf… arrêt de charge, alerte. Je réarme la borne, recommence et rien à faire. Un service 24-24 téléphonique existe, il parle anglais et m’annonce que les bornes Chademo espagnoles sont INCOMPATIBLES AVEC TESLA et pas d’autre source de charge en service ici, « allez jusqu’à Valladolid, je « pense » (sic) qu’il y en a une opérationnelle » ; Il me reste 20 km disponibles dans la batterie, il est 22h ! Dépité je me cherche un hôtel en ville avec l’intention de chercher une solution le lendemain quand il fera jour. Alors que je sors de la voiture garée dans une rue du centre-ville un autochtone sympa passe lentement avec sa fumante et me félicite de l’acquisition d’une telle « COCHE ELÉCTRICO (!!!) » qu’il rêvait de voir en vrai !

 

Quelle aubaine, après discussion en « franco-hispano-luso-gesticulo-anglo-phone » il me charge dans sa voiture et me fait faire le tour des stations-services de la ville ouvertes la nuit (il y en a…un peu loin mais ça existe) pour négocier avec les pompistes un branchement pour la nuit…. On en trouve un qui accepte, on retourne chercher ma voiture et je me connecte (après 2 essais infructueux) pour une charge de 10 km/h. Mon nouvel ami me ramène à l’hôtel (il est près de minuit) et me propose de revenir me chercher le lendemain dimanche à 8h pour aller récupérer ma voiture. J’ai « gagné » 80 km de charge contre 10€ de pourboire au pompiste et pour son service j’offre à mon sauveur sympa et désintéressé adepte de « vehiculo eléctrico » un essai de TMS (j’avais encore un peu de marge pour atteindre le chargeur de Valladolid) puis je pars pour la suite de l’aventure. A Valladolid je trouve LA bonne charge et bien sûr je dois renoncer au Chademo de la borne et prends le câble Type 2 qui à ma surprise charge en alternatif triphasé 400V 32A… presque le rêve.

 

Trois heures de patience pour prendre de quoi rejoindre Bragança au Portugal avec une bonne marge pour ne pas avoir d’autre mauvaise surprise en cas de soucis. Et là je pars serein car le Portugal qui est le pays d’Europe qui a le plus d’électricité à base d’énergie renouvelable se targue d’une forte volonté de promouvoir la mobilité électrique, d’avoir équipé le pays de centaines de bornes publiques et gratuites pendant la phase pilote. Las, Volonté politique n’est pas réalisme de terrain. Bragança, belle ville historique dans la montagne du nord-est portugais possède 6 points de charge, j’en essaie 3 hors service, j’appelle la hotline (un dimanche et en anglais, ça aide…) et après tests en ligne et recherche m’annonce qu’aucune des 6 stations ne fonctionne mais qu’il y en a des opérationnelles à Vila-Real (120km)… j’avais prévu de la marge, il est 15h, pas de problème, il me faut prendre une charge d’une centaine de km pour arriver à Porto avec une bonne marge de sécurité (je suis devenu encore plus prévoyant), j’ai encore 150km de charge typique, on est parti pour Vila Real, je chargerai 100km et je rallierai Porto ce soir (je devais y être pour le lundi matin à 9h). Enfin ! je vois la fin des galères ; va pour ma petite charge à 120 km de là. Qui a dit PETITE charge ? Vila Real, belle ville historique très pentue et très ancienne, trois stations de charge dont deux en panne MAIS UNE en service… c’est suffisant pour inaugurer ma carte gratuite ; c’est la station la plus loin du centre-ville tout en bas de la ville dans un lieu désert en été et ça marche ! MAIS… ça ne charge que 8km/h !!! Je ne pourrai pas finir mon voyage ce dimanche soir !!! je devrai même repartir avec moins de marge de sécurité que je ne le souhaitais, Il faut prévoir une nuit de plus ! Je laisse la voiture, cherche un hôtel par téléphone, en trouve 1 seul disponible… à 30 mn de marche de là tout en haut de la ville (je suis tout en bas et il fait 35° à l’ombre). Je dormirai là.

 

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer

Vous aimerez aussi

5 thoughts on “Roadtrip à Porto en Tesla Model S

  1. bonjour
    je dois recevoir ma 90d au mois de novembre et votre roadtripp
    me fais froid dans le dos
    habitant NICE j’aurai beaucoup de plaisir à prendre un verre avec vous
    P.ROBERT

  2. J’ai moi aussi fait le un parcours à peu près similaire en 32 heures.
    Arriver à Vitoria et n’ayant pas trouver de borne compatible je suis revenu à Bayonne, charger à bloc et avec une vitesse comprise entre 80 et 90 km/h., j’ai atteint Valladolid en ayant encore 120 km d’autonomie.
    Au total il m’aura fallu 32 heures pour faire un parcours de 1600 km.
    Bon souvenir partager avec mon épouse.
    Gros probleme avec les adaptateur CHAdeMO..
    Beau coups de difficultés à savoir la date de mise en service du surpercharger de Burgos, encore fermé actuellement.
    Par contre coût imbattable en carburant, +\- 10€ aller/ retour.

  3. Beau road trip 😉
    Pour l’Espagne il y a aussi la possibilité de se charger dans tous les Paradors. Ils disposent tous en effet d’une prise tetrapolaire 3x16A en 400v triphasé, de quoi charger les Tesla a 50km/h avec l’adaptateur rouge ( en option) et l’UMC . En général lorsqu’on prend une chambre au Paradors, la charge est gratuite. Sinon pour le CHADEMO avec IBIL les bornes sont en effet toutes incompatibles avec Tesla , par contre chez NISSAN ça fonctionne parfaitement mais il faut négocier avec eux pour qu’ils acceptent la charge en depannage. A Bilbao, je suis tombé sur une gérante de la concession NISSAN compréhensive.

Laisser un commentaire

*