Tesla Model 3 (Source : tesla)

Depuis 2021, je suis l’heureux propriétaire d’une Tesla Model 3 avec laquelle j’ai parcouru plus de 135 000 km. Cette envie de voyager, exacerbée par les confinements, m’a conduit à travers la France et au-delà. Bien que j’aie effectué de nombreux tests pour Tesla Mag, ce retour est unique : il s’agit de mon expérience personnelle avec mon véhicule. Une odyssée électrique pour découvrir la véritable essence d’un usage à long terme.

Quand l’élégance persiste

Même après 135 000 km, ma Model 3 conserve sa superbe. Elle ne laisse personne indifférent et suscite souvent des réactions étonnées de la part des passants. « Elle est neuve ? » est une question que j’entends fréquemment, surtout lorsque je dévoile son kilométrage. Les sièges blancs, bien que souvent redoutés, ont su résister au temps et aux nombreuses aventures.

Cependant, quelques marques de son vécu ornent la voiture. Des égratignures, surtout sur le film protecteur et les jantes, témoignent des nombreux voyages à travers la France et les pays voisins. Une légère coloration bleutée sur le siège conducteur rappelle également mes nombreux déplacements en jean.

L’autonomie : toujours au rendez-vous ?

Si visuellement, elle paraît neuve, qu’en est-il de son autonomie ? Les Tesla récentes, similaires au modèle que je conduis, promettent une autonomie impressionnante, comme la prochaine Highland à près de 675 km.

La mienne, elle, atteint désormais 455 km en une charge, contre les 499 initialement annoncés. Une différence notable, certes, mais largement suffisante pour mes escapades à travers la France et ses voisins européens. L’idée de conduire 5 à 8 heures d’affilée sans pause me semble inenvisageable. En général, je préfère m’arrêter toutes les 2 à 4 heures.

Lire également :  TSMC, partenaire clé de Tesla pour le développement de la puce du superordinateur Dojo

Un œil expert de chez Tesla et une étonnante durabilité des pneus

Récemment, j’ai sollicité Tesla pour une analyse approfondie de la batterie. Le technicien, après avoir effectué les diagnostics, m’a rassuré sur son excellent état.

Concernant les pneus, je dois admettre que c’est mon point faible : je les ai changés seulement deux fois en 135 000 km. La première fois était aux alentours des 40 000 km, et la seconde vers les 96 000 km. Oui, je devrais les remplacer plus souvent, mais ils sont tellement performants que j’oublie systématiquement de le faire !

Conclusion

Mon aventure à bord de la Model 3 témoigne de l’extraordinaire durabilité et performance des voitures Tesla. Malgré les kilomètres, elle continue de faire preuve de résilience, aussi bien en matière d’esthétique que d’autonomie. Une belle preuve que Tesla ne fait pas que promettre, mais tient également ses engagements sur le long terme.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *