AccueilActualité voiture électriqueImpact de la crise énergétique : le secteur industriel...

Impact de la crise énergétique : le secteur industriel réagit

Le personnel administratif d’un site du sud-est de la France reçoit de nouvelles fournitures d’hiver, tandis que de nombreuses entreprises, à travers toute l’Europe se préparent à une pénurie d’énergie imminente, en adoptant des mesures drastiques similaires. Ce sont quelques uns des premiers signes concrets qui traduisent l’impact de la crise énergétique qui touche de plein fouet le secteur industriel à travers le continent. Petit tour d’horizon d’un secteur d’activité qui doit revoir quelques unes de ses habitudes.

Impact de la crise énergétique : exemple en France …

L’entreprise française de matériaux de construction Saint-Gobain a passé une commande de manteaux et de gants extra-chauds pour les employés travaillant dans son entrepôt de la ville de Chambéry, en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui ont accepté de réduire la température de l’entrepôt pendant l’hiver, un des premiers signes de l’impact de la crise énergétique sur le secteur industriel. Les températures seront plus proches de 8 degrés Celsius que des 15 degrés habituels, afin de réduire la quantité de gaz consommée.

Selon Benoit d’Iribarne, premier vice-président, en charge du secteur de la fabrication chez Saint-Gobain, « ce sera exactement la même chose que de travailler à l’extérieur, nous devons donc leur fournir tous les outils nécessaires pour fonctionner dans un environnement extérieur. »

… et ailleurs en Europe.

Lorsqu’il s’agit de se préparer à l’hiver rigoureux qui s’annonce, de nombreuses entreprises industrielles européennes ne se contentent pas de baisser le thermostat pour faire des économies. À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les prix de l’énergie sont montés en flèche et n’ont jamais été aussi élevés, d’où la nécessité absolue d’agir pour maintenir son niveau de vie.

Ne manquez pas!  Photos inspirantes du concept KIA EV9 présenté à Los Angeles

La base industrielle de l’Europe emploie environ 35 millions de personnes, ce qui correspond à environ 15 % de la population active. Au début de ce mois, les industriels les plus influents du bloc ont lancé un avertissement sur les effets potentiellement catastrophiques que la crise énergétique pourrait avoir sur l’économie.

En apparence, les entreprises industrielles européennes font bonne figure face à la situation en parlant des mesures d’économie qu’elles mettent en œuvre pour atténuer l’impact de la crise énergétique qui touche le secteur industriel. Certaines personnes placent leurs espoirs dans le charbon et les autres combustibles fossiles pour passer l’hiver, tandis que d’autres parlent positivement de la révolution verte qui est déclenchée par la crise économique actuelle.

Des réductions de production observées

Mais il existe déjà des preuves que les grandes entreprises réduisent leur production dans plusieurs domaines en raison de la crise énergétique, avant même que l’hiver ne s’installe. Et les cadres travaillant dans des secteurs allant des produits chimiques aux engrais en passant par la céramique préviennent que leurs entreprises risquent de perdre définitivement des parts de marché.

En effet, celles-ci pourraient être contraintes de délocaliser une partie de leur production vers des régions du monde capables de fournir une énergie à la fois plus abordable et plus fiable. Les politiciens de toute l’Europe tirent la sonnette d’alarme face à une situation potentiellement catastrophique.

Alexander De Croo a déclaré qu’il existe un risque de diminution significative de la production industrielle sur le continent européen. Entre-temps, les entreprises d’un large éventail d’industries, de la sidérurgie à la chimie, de la céramique à la papeterie, des engrais à l’automobile, font la course pour réduire leur consommation.

Ne manquez pas!  Copropriété : Lettre type pour votre syndic

Et ce, pour deux raisons :

  • d’une part, pour réduire des coûts paralysants,
  • d’autre part, pour se préparer à des pénuries de gaz pendant l’hiver, si les gouvernements décidaient de rationner l’approvisionnement.

Un secteur industriel qui se mobilise avec des mesures concrètes

De fait, de nombreuses personnes mettent au point des stratégies astucieuses pour réduire leur consommation d’énergie.

économies d'énergie en entreprise (PME)

Par exemple, le constructeur automobile français Renault réduit le temps qu’il passe à maintenir la peinture chaude, un processus qui représente jusqu’à 40 % de la demande de gaz de l’entreprise. Ce type de progrès promet de rendre les usines et les procédures plus efficaces à l’avenir. Mais avant de pouvoir aller de l’avant, ces entreprises doivent survivre à l’hiver.

Celles qui étaient en mesure de le faire ont augmenté leurs prix. Lorsque le prix de l’énergie a commencé à augmenter, l’entreprise chimique Lanxess, dont le siège est à Cologne et qui produit des principes actifs et des produits chimiques de base pour l’industrie des médicaments, a augmenté ses prix de base jusqu’à 35 %.

Toutefois, l’augmentation des prix ne résoudra pas le problème de la pénurie de gaz. Le conglomérat de l’industrie du papier et de l’emballage DS Smith a donné ses installations de fabrication afin de réduire la consommation de quinze pour cent, ce qui correspond à la réduction volontaire convenue par les États membres de l’UE en juillet.

Les thermostats seront abaissés, et les machines qui étaient auparavant laissées au ralenti entre les cycles de fabrication seront désormais mises en position d’arrêt. Selon le directeur général Miles Roberts, « Si nous faisons des choses comme ça et que nous ramenons le thermostat de 20 à 18,5 degrés, nous réduisons considérablement notre consommation de gaz. »

Ne manquez pas!  Image choc d’une queue d’une heure à une station Ionity

L’équipementier automobile français Valeo a demandé aux constructeurs de réduire leur consommation globale d’énergie de vingt pour cent en mettant en œuvre des pratiques telles que la suspension des activités le week-end et l’abaissement des températures pendant la semaine.

Le géant belge de la chimie Solvay a annoncé qu’il restructurait ses installations de production afin de fonctionner avec 30 % de gaz naturel en moins en utilisant des sources d’énergie alternatives et des chaudières mobiles alimentées au diesel. Les entreprises industrielles européennes dépendent du gaz plus que de toute autre forme d’énergie pour alimenter leurs activités.

Le gaz, quant à lui, est une matière première importante utilisée dans la production de produits chimiques et d’engrais. Selon Anouk Honoré, directrice adjointe du programme de recherche sur le gaz à l’Oxford Institute for Energy Studies, la consommation globale de gaz par l’industrie dans l’Union Européenne représente environ 27 à 28 % de l’approvisionnement total.


F.A.Q.

Près de 18 millions d’automobiles en moins ont été produites dans le monde entier en conséquence directe de cette pénurie de puces, qui est une conséquence des problèmes de chaîne d’approvisionnement qui ont suivi l’épidémie de Covid-19. L’industrie automobile européenne a été particulièrement touchée par ces pénuries.

Rédaction Tesla Mag
La rédaction Tesla Mag est tournée vers le futur. Nous nous attachons à présenter les prochaines innovations et une actualité structurée sur les nouvelles mobilités. N'hésitez pas à nous contacter ou à commenter pour poursuivre la conversation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

Rejoignez la révolution !

- Publicité -