© R. Nielsen/Technical University of Denmark

L’évolution constante du secteur de l’énergie solaire vient de connaître un bond significatif grâce à une équipe de chercheurs de l’université technique du Danemark. Ces derniers ont mis au point une technologie révolutionnaire : une cellule solaire « sandwich » composée de sélénium et de silicium. Cette avancée, publiée mi-mars dans PRX Energy 3, promet d’améliorer considérablement l’efficacité des cellules solaires, tout en offrant une alternative plus économique.

Une révolution dans le domaine de l’énergie solaire

Cette innovation survient dans un contexte où le monde cherche désespérément des solutions viables pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles. En effet, malgré les progrès réalisés, les cellules solaires actuelles convertissent « seulement » jusqu’à 30 % de l’énergie solaire en électricité, laissant un potentiel énorme largement inexploité.

Les chercheurs danois ont donc repensé l’approche traditionnelle en fusionnant les propriétés uniques du sélénium avec celles du silicium. Le sélénium, utilisé dans les premières cellules solaires mais éclipsé par le silicium en raison de sa promesse d’une plus grande efficacité, fait un retour remarqué grâce à son point de fusion plus bas, ce qui pourrait réduire significativement les coûts de production.

Repousser les limites de l’efficacité et de l’accessibilité

La cellule solaire tandem développée par l’équipe combine une couche supérieure de sélénium capable d’absorber différentes longueurs d’onde de la lumière solaire pour produire de l’électricité, avec une couche inférieure en silicium. Bien que le prototype actuel affiche un rendement de conversion énergétique de « seulement » 2,7 %, les chercheurs sont confiants dans le potentiel de cette technologie à atteindre, voire dépasser, les performances des cellules solaires actuelles une fois les ajustements nécessaires effectués.

Lire également :  Salon du Bourget 2023 : Dialogue stratégique entre Eyal Zamir et Benedikt Zimmer

L’objectif principal de cette innovation n’est pas uniquement d’augmenter l’efficacité de la conversion énergétique, mais aussi de le faire de manière économiquement viable. Les nouvelles cellules solaires doivent être abordables pour véritablement révolutionner le marché et rendre l’énergie solaire plus accessible à une plus large portion de la population mondiale.

Vers un avenir énergétique durable

Les implications de cette avancée pourraient être monumentales, pas seulement pour le secteur de l’énergie solaire, mais pour l’ensemble de nos systèmes énergétiques. Une conversion énergétique plus efficace et moins coûteuse signifierait une adoption plus large de l’énergie solaire, réduisant ainsi notre dépendance aux énergies fossiles et diminuant l’impact environnemental associé.

Il est clair que des défis restent à relever avant que cette technologie puisse être déployée à grande échelle. Les chercheurs doivent encore perfectionner la composition et la configuration des matériaux conducteurs pour maximiser l’efficacité et la durabilité des cellules solaires. Néanmoins, l’optimisme est de mise, et le potentiel de cette innovation à changer la donne dans notre quête d’un avenir énergétique durable est indéniable.

En résumé, la recherche sur le « sandwich » sélénium-silicium marque un pas important vers une utilisation plus efficace et économiquement viable de l’énergie solaire. Cette avancée prometteuse pourrait bien être le catalyseur nécessaire pour accélérer la transition énergétique mondiale vers des sources plus propres et renouvelables.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *