cas marans borne
borne cas marans

Tesla Magazine a eu vent de l’information suivante : à Marans, l’unique borne électrique de recharge rapide toujours hors service et pour longtemps visiblement… 

Le territoire de la Cdc Aunis Atlantique compte deux bornes de recharge rapide pour véhicules électriques dont une à Marans mais qui est en panne depuis 7 mois. Et la situation risque de durer.

En service puis HS, pas de stabilité de la borne 

Il ne fait pas bon être propriétaire d’un véhicule électrique et habiter à Marans. En effet l’unique borne de recharge rapide située place Saint Christophe est hors service depuis maintenant 7 mois. Une durée élevée et une réaction de l’entreprise opératrice plus qu’insuffisante à ce stade. 

Cette borne n’a de toute façon que rarement bien fonctionné depuis son installation en 2020. Un coup en service, un coup en panne à l’instar de sa sœur jumelle située à Saint Sauveur d’Aunis, juste en face du magasin des fermiers du Marais poitevin. Un « yoyo électrique » qui en agace plus d’un, habitants du territoire et voyageurs de passage.

Un manque de fiabilité au niveau de la ville et des environs

En effet, lorsqu’on a besoin d’une recharge électrique fiable, on est quelque peu décontenancé par la situation. Malgré les efforts des services de la Communauté de Communes Aunis Atlantique, propriétaire des dites bornes, l’entreprise chargée de la maintenance n’a jamais été à la hauteur de sa tâche… 

Lire également :  Tesla Motors souhaite rassurer les investisseurs sur ses projets.

Un pavé dans la mare d’un territoire qui se veut être à « Energie positive » en 2050. Cela paraît compliqué d’atteindre un tel objectif avec si peu de bornes, d’autant plus si elles ne sont pas utilisables. 

Une lueur d’espoir définitivement éteinte ?

La situation était en passe de changer car en février 2022, par délibération, la Cdc Aunis Atlantique a souhaité transférer au Syndicat Départemental d’Électrification et Équipement Rural de la Charente-Maritime (SDEER 17), « l’infrastructure de recharge de véhicules électriques pour la mise en place d’un service comprenant la création, l’entretien et l’exploitation des bornes ». 

Pour faire simple, le SDEER reprenait les bornes à son compte, charge à lui de les faire fonctionner correctement. Une lueur d’espoir pour les usagers qui s’est éteinte le 18 mai dernier lors du Conseil communautaire. En effet, il a été révélé que la Communauté de communes n’étant pas adhérente du SDEER, le transfert était donc juridiquement impossible car un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) ne peut pas adhérer au SDEER. 

Un oubli de la Cdc Aunis Atlantique ? La délibération de février a donc été purement et simplement annulée. Une déception de plus pour les propriétaires de voitures électriques habitant Marans et les environs. 

Pas d’adhésion mais une convention : une solution alternative

En quelque sorte, ce fut comme un retour à la case départ. La Communauté de communes restera donc avec ses bornes, a confirmé Jean-Marie Bodin, le vice-président Aunis Atlantique en charge de la Transition écologique et des mobilités.

« Ce que l’on n’arrête pas de dire c’est que nous sommes allés trop vite avec ces bornes et en voulant les installer rapidement, on se retrouve avec des bornes qui ont des difficultés de fonctionnement, on aurait dû attendre que le SDEER prenne les choses en main », souligne Jean Pierre Servant, Président de la CdC Aunis Atlantique.

Lire également :  TESLA verrouille ses approvisionnements

Un véritable échec de la politique électrique menée par la CdC… Il reste cependant aux élus la mise en place d’une convention avec le SDEER faute d’adhésion possible, ce qui devrait être fait dans les semaines à venir. Tout n’est peut-être pas perdu !

Un nouveau parking à 12 places « électriques » très attendu !

L’histoire électrique de la Communauté de communes ne s’arrête pas là pour autant. Avec la construction en cours du pôle de service, siège social de la Cdc à Ferrières, un parking de 12 places munies de bornes de recharge rapide est prévu fin 2022. 

Une concentration qui ne fera pas forcément le bonheur des autres habitants de la Cdc Aunis Atlantique. Comme quoi, le malheur des uns fait le bonheur des autres… Espérons simplement que tous les habitants étant passés à l’électrique finiront par être satisfaits. 

Quant à la borne de Marans, elle restera encore longtemps hors service. En effet, les travaux pour la remettre en état de marche sont évalués à quelque 20 000 euros (source Cdc AA). On attend de nouvelles bornes dans ce cas… Qui ne tomberont pas en panne cette fois-ci !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *