En ces temps où l’actualité pollue au quotidien notre humeur et renforce nos doutes, il arrive que l’on puisse y trouver quelque information pleine de promesses.

Le recyclage des batteries au lithium est une vraie question. Sceptiques ou convaincus de la voiture électrique, tous butent sur le sujet. Pour les premiers c’est l’argument qui tue. Batterie = source d’énergie non recyclable = modèle invalide. Pour les seconds tout aussi soucieux d’environnement quoiqu’on dise, c’est un petit caillou dans la chaussure et connaître d’éventuelles bonnes solutions ne pourrait que les conforter dans leur choix.

Il semble bien qu’à la lecture de l’article suivant il va falloir aux « électro-sceptiques » trouver d’autres raisons de ne pas faire le choix d’un véhicule électrique.

Est-ce qu’une batterie au lithium pour voiture se recycle ?


( Lu au Canada sous la plume de Frédéric Allard pour Autonet.ca )

« Heureusement, la réponse est oui – les batteries qui alimentent les voitures électriques et hybrides peuvent être recyclées.

Pendant des décennies, les quelques véhicules électriques qui étaient sur la route ont été alimentés par des batteries au plomb-acide. Les derniers modèles, avec leur poids plus léger et plus longue portée, utilisent des batteries lithium-ion, tout comme les ordinateurs portables et les téléphones cellulaires. Dans les deux cas, les batteries des voitures électriques peuvent être recyclées.
Dans le cas des batteries au plomb-acide, une technologie plus ancienne, 96 pour cent des matériaux utilisés dans la batterie – y compris le méchant plomb – est récupéré. En comparaison, seulement 38 pour cent de la matière des bouteilles en verre est récupéré dans le processus de recyclage. Elles peuvent également être rechargées et réutilisées avant d’être recyclées. Les voitures hybrides actuellement sur la route, comme la Toyota Prius, utilisent des batteries à hydrure métallique de nickel, qui peuvent être démontées et recyclées de la même façon.Lorsque les batteries dans un véhicule électrique utilisant le lithium-ion sont jugées trop usées pour la conduite, elles possèdent encore jusqu’à 80 pour cent de leur charge.

 Donc, avant même qu’elles arrivent à un centre de recyclage, ces batteries sont réutilisées pour soutenir le réseau, notamment aux côtés de sources d’énergie qui pourraient ne pas être aussi stables, comme l’énergie éolienne ou solaire. Les batteries peuvent stocker de l’énergie pour continuer à fournir de l’électricité si le vent ou le soleil ne sont pas au rendez-vous.
Alors que les VÉ font leurs débuts sur le marché, les centres de recyclage qui peuvent récupérer leurs composantes en sont encore à leurs balbutiements.

 Toxco, un grand recycleur de batteries au plomb-acide, possède déjà une usine de recyclage de batteries lithium-ion.
Lorsque les batteries lithium-ion atteignent une usine de recyclage, il ya deux façons de les pulvériser. Si elles sont totalement sans charge, elles sont simplement déchiquetées de sorte à ce que les composantes métalliques, comme du cuivre et de l’acier, peuvent être facilement triées. Si les batteries possèdent encore une charge, cependant, elles sont congelées dans l’azote liquide et brisées en morceaux congelés (cool!). L’azote liquide est si froid, les batteries ne peuvent pas réagir, tant que le broyage est sécuritaire. Ensuite, les métaux sont séparés pour une réutilisation.


Pour Tesla en particulier :

 En partenariat avec le sidérurgiste belge Umicore, le constructeur électrique Tesla a mis en place depuis 2010 un programme de recyclage des batteries lithium de ses véhicules électriques. Le processus se décompose en trois phases. Tout d’abord, Tesla récupère les composants électriques de la batterie. Ensuite, Umicore extrait par fonderie deux matériaux du reste de la batterie : de l’oxyde de Cobalt Lithium (CDO), et un résidu contenant du lithium. Le premier est précieux et entre dans la composition des batteries, il est donc revendu à des fabricants de batteries. Le lithium, quant à lui, est réutilisé dans la fabrication de ciment. Ainsi, l’ensemble de la batterie est recyclé suivant un processus rentable économiquement.

Et pour Renault :

 Lorsque la batterie du véhicule électrique n’est plus assez performante pour une utilisation automobile, elle peut cependant trouver de nouvelles applications commerciales et s’intégrer dans un cycle d’économie circulaire.


* En partenariat avec Bouygues Energies & Services, Renault a installé un système utilisant des batteries de véhicules électriques qui stocke l’électricité produite par les 25 000m2 de panneaux photovoltaïques du site de Challenger- siège de Bouygues Construction.


* Autre application d’économie circulaire, Renault collecte 100% des batteries en fin de vie pour leur recyclage et une valorisation des certains matériaux tels que l’aluminium, le cuivre, le cobalt, le lithium…qui peuvent alors être réutilisés dans la production de nouvelles batteries. Note intéressante: il n’y a que 1% de lithium dans les batteries lithium!
Alors qu’on pourrait croire que le recyclage des batteries est toujours un projet futur, il n’en est rien: bien que l’industrie est encore jeune, et que la majorité des batteries lithium de VÉ n’ont pas encore dépassé une utilisation de 10 ans, les batteries endommagées par les accidents de la route et les batteries défectueuses ont été réutilisées à d’autres fins industrielles, ou ont déjà pris la route des usines de recyclage. »
                   

Prolongez le débat sur notre forum.

 

Rejoignez le mouvement en faveur de la cause électrique.

Inscription gratuite, bons plans, articles, événements...
Inscription
Envoyer
Rejoignez les 15000 inscrits
Recevez des invitations, news et bons plans

Envoyer 
Transmission 100% sécurisée

Vous aimerez aussi

8 thoughts on “Batteries recyclables: bonnes nouvelles !

  1. Cela fait des années que l’on sait recycler les batteries, ce qui manquait c’était les entreprises pour les recycler. Maintenant qu’il y a un débouché, à savoir faire de nouvelles batteries avec les matériaux recyclés, et ce grâce à la montée en puissance des véhicules électriques, des entreprises se positionnent sur ce marché.

    1. « Cela fait des années que l’on sait recycler les batteries ».
      Oui, mais cela dépend du type de batteries, de leurs compositions!

  2. Tesla commercialise des véhicules depuis 2008 ! (roadster). et il y a aussi les voitures accidentées, défectueuses etc…

  3. Pourquoi met-on le lithium dans le ciment.
    Je savais que les italiens fessaient disparaitre certains problèmes dans le béton, mais je savais pas pour le lithium… Es-ce que le lithium est un problème?
    Je suis pas septique, au contraire, je roule en VE, mais c’est le genre de détail qui peut se retourner contre nous….

  4. Matière radioactive dans le goudron, le plâtre, le béton… Tout y passe! Mais on nous parle surtout de recyclage par réutilisation (ce que notre société ne tolère pas en nous balançant sans cesse de nouveaux modèles).

    Mettre le lithium dans le béton n’est pas un recyclage, mais une manière de s’en débarrasser. Et a-t-on réfléchi aux dégâts écologiques et humanitaires provoqués par l’extraction du lithium et du cobalt?
    A-t-on évalué la réserve mondiale de ces 2 composants face aux quantités nécessaires pour répondre à la demande automobile?

Laisser un commentaire

*