Jaguar sur les traces…de Tesla ?

A l’approche du Salon de Genève, les constructeurs fourbissent leurs armes et leurs annonces. Alors que l’on devrait avoir des nouvelles d’Audi, de Porsche, entre autres, c’est du côté de Jaguar que l’attente est peut-être la plus forte. L’I-Pace, son crossover électrique, est entré en production officielle cette semaine et les livraisons pour 2019 sont confirmées. Pour autant, si l’on peut apprécier le pas de géant de Jaguar, qui dégaine plus vite que BMW et son futur iX3, il n’y aurait pas, de prime abord, de quoi se réjouir sur le plan technologique. Il y a d’abord la capacité de batterie

En 2020, les véhicules électriques devront…faire du bruit !

Sans mauvais jeu de mots, voilà une annonce que l’on ne pouvait passer sous silence : la NHTSA va contraindre les véhicules électriques (VE) à faire du bruit en dessous de 30 km/h. La NHTSA est la National Highway Traffic Safety Administration, une agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière. Avec cette mesure, sur laquelle il a fallu plus de cinq ans de débats (et lobbys), l’organisation entend mettre un terme à l’insécurité des aveugles qui, en plus de ne pas voir les VE, ne peuvent les entendre. A terme, l’agence en question entend réduire drastiquement les 2400 blessés par an

Charge rapide : l’Europe en route pour les 350 kW

Supercharger Tesla

Qui peut le plus...peut le plus. En matière de charge rapide, l’avantage ira clairement au constructeur capable d’offrir les bornes de recharges les plus rapides et les plus nombreuses. En la matière, Tesla a déjà pris une confortable avance avec ses Superchargers. Leur maillage international est vaste : près de 6000 prises de recharge rapide à l’heure actuelle. Ce réseau est à compléter par les points de recharge à destination qui, installés le plus souvent par des professionnels du tourisme, devraient bientôt être au nombre de 15 000. Les concurrents de Tesla sont très loin, pour la plupart, d’atteindre de tels volumes.

Tesla clôt 2017 dans la confiance

Le rapport trimestriel de Tesla est arrivé. L’entreprise confirme sa bonne santé industrielle, à défaut d’économique. La firme d’Elon Musk continue en effet de perdre des sommes astronomiques en raison des investissements faramineux dédiés à la production à large échelle de ses véhicules : Tesla brûle 8000 dollars par minute. Nonobstant, son carnet de commande est plein. En 2017, Tesla a livré plus de 100 000 Model S et X cumulés. Ces modèles historiques se tiennent presque au coude à coude sur le dernier trimestre : 15 200 Model S pour 13 120 Model X. Le Model 3 est quant à lui déjà

La LEAF 2 de Nissan sera là en février

Nouvelle génération du véhicule 100% électrique le plus vendu au monde (280 000 unités), la production de la nouvelle Nissan LEAF à destination des clients européens a officiellement débuté. Pour mémoire, l’Europe a déjà accueilli 85 000 unités de la première génération, soit plus d’un tiers du marché mondial. Les premières Nissan LEAF s’apprêtent à sortir des lignes de production de l’usine de Sunderland au Royaume-Uni, où elle est produite depuis 2013 grâce à près de 530 millions d’euros d’investissements de la part de Nissan (et 2000 emplois à la clé). Les premiers clients européens recevront leur véhicule dès le mois

Batteries : Toyota et Panasonic cavalent après Samsung (et Tesla)

Video Tesla

Vous souvenez-vous du Toyota RAV4 100% électrique ? Non, et pour cause : il n’a été brièvement disponible qu’en Californie, de 2012 à 2014. La marque, comme Nissan, comme tant d’autres, dispose de technologies qui ne lui permettent pas d’adresser les besoins du gigantesque marché asiatique, Chine en tête. La technologie de batterie de masse n’existe pas encore. Accessoirement, les matières premières non plus. Pourtant, face à l’ampleur de la demande et, simultanément, à la rareté de points de recharge, il n’y a nulle autre solution que d’augmenter la capacité des batteries existantes. Pour cela, il n’y a que deux solutions : en mettre

Avantages préférentiels pour les VE : pour ou contre ?

Mairies et bailleurs prennent le pas : dans un nombre croissant de villes, parking, arrondissements, centres commerciaux, hôtels, les Véhicules Electriques (VE) bénéficient d’avantages exclusifs. Stationnements réservés, charges gratuites ou réduites voire, dans certains cas, avantages circulatoires sur la voie publique ne sont plus l’exception. La plupart de ces mesures ont une visée incitative : roulez en VE, vous aurez des avantages exclusifs. La volonté première est juste : favoriser l’émergence d’un mode de circulation éco-responsable. Il ne s’agit pas seulement de pollution atmosphérique mais aussi sonore. Les récents déboires de fermeture de quais à Paris montre combien cette variable sonore est à prendre