Véhicules autonomes : quel impact sur la mobilité de demain ?

Dans le cadre du Shift Project, un think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone, et de la conférence organisée le 03 septembre 2021, il nous tenait à cœur de faire le point sur les véhicules autonomes. De nombreuses avancées sont notables, et l’évolution n’est pas prête de s’arrêter. Mobileye, une société israélienne qui développe des systèmes anti-collisions et d’assistance à la conduite de véhicules contribue notamment au développement de cette technologie. En parallèle, l’explosion des ventes de voitures électriques (comme Tesla) illustre un changement d’état d’esprit chez les consommateurs. 

Quel potentiel ont-ils pour la mobilité de l’avenir ?

Pour certains experts, les véhicules autonomes (VA) auront un impact plus important sur l’avenir de la mobilité que la substitution des véhicules à essence en véhicules électriques. Pour éviter les 94% des 1,35 million de décès par an causés par des conducteurs humains, ainsi que les dizaines de millions de blessures, la solution passerait par les VA. 

Leur développement, puis leur utilisation, permettrait de se rendre d’un point A à un point B en toute sécurité, sans permis de conduire, même sans volant ou après avoir bu un verre de vin ! Les zones rurales seraient desservies avec plus d’efficacité, et on pourrait même envisager de nouveaux services, de livraison de médicaments ou de nourriture à domicile par exemple, à toute heure du jour ou de la nuit. 

L’économie pourrait largement bénéficier de cette nouvelle façon de se déplacer, en revalorisant certaines qualifications délaissées dans la course au déplacement. Il fallait rendre les hommes capables d’aller partout sur la planète, le plus vite possible. Si ces tâches chronophages et énergivores peuvent être laissées à des machines, pourquoi pas !

Mobileye : une technologie au point 

Plus de 25 constructeurs automobiles mondiaux comptent sur la technologie Mobileye et plus de 60 millions de véhicules en sont équipés dans le monde entier. Les spécialistes du secteur estiment que la société dispose d’un avantage technologique sur la concurrence, mais lequel ?

L’entreprise accorde un véritable intérêt à l’expérience utilisateur et à la sécurité des dizaines de millions de consommateurs qui leur font confiance. Du côté de la technologie, ils essayent de se réinventer continuellement et de pousser la vision par ordinateur à un niveau supérieur. 

Mobileye SuperVision (source : Mobileye)

Pour ce faire, des solutions basées sur une seule caméra, aux caméras tri-focales pour entourer les solutions basées sur la vision que nous appelons Mobileye SuperVision ont été développées. Désormais, la collaboration des caméras, radars et lidars permet une conduite autonome complète avec Mobileye Drive. 

Du côté de l’automatisation, ils continuent de repousser les limites du niveau 1 ADAS (Aide à la conduite automobile) au niveau 2 ADAS à mains libres, et maintenant au niveau 3 et même au niveau 4 des solutions de conduite entièrement autonomes disponibles à partir de l’année prochaine.

Fin de la coopération entre Daimler et Bosch

Pourquoi est-il si difficile de travailler ensemble sur ce sujet ? Ce qui peut être considéré comme un revers pour le développement des VA en Allemagne, illustre simplement la difficulté du secteur, pour Johann Jungwirth, vice-président de MaaS (Mobility-as-a-Service) chez Mobileye. Il y travaille depuis maintenant 10 ans et se souvient encore des véhicules de recherche Mercedes W140, au milieu des années 90. Ces derniers conduisaient de façon autonome sur des autobahns allemands. 

Mais pour lui, c’est une chose d’avoir un véhicule de recherche sur la route, et de faire quelques démonstrations, mais c’est bien plus complexe de développer une expérience de conduite autonome complète et en sécurité. 

Mobileye a une approche en trois temps : 

  • construire deux sous-systèmes complètement indépendants en parallèle, un basé sur la vision par ordinateur, et un basé sur les radars et les lidars. 
  • conserver une capacité de générer des cartes audiovisuelles à l’aide de leurs ADAS 
  • adopter une approche de sécurité axée sur la responsabilité

Des véhicules autonomes pour tout le monde ?

Il s’agit de répondre à la question : Quand et comment allons-nous surmonter tous les obstacles technologiques et réglementaires afin d’atteindre cet objectif ? La société Mobileye, tout comme d’autres sociétés développant des VA, vise à terme la démocratisation de leur technologie afin d’inonder le marché. Ce qu’ils font ouvre la voie à des VA évolutifs, à la fois par des robots, des navettes et des transporteurs basés sur des flottes, ainsi que par des VA grand public. 

Le plan est tout tracé. L’année prochaine sera le point de départ pour des solutions de mobilité comme service sans conducteur dans les premières villes. De 2022 à 2025, l’accent sera mis sur les solutions de mobilité à la demande. Dans environ 3 à 4 ans, les véhicules autonomes de qualité grand public commenceront à être produits. 

Vue intérieure d'une voiture autonome en pleine action, permettant à sa conductrice de lire pendant le trajet
(Source : l’Olivier Assurance)

Vous pourrez, dès lors,  décider si vous voulez conduire ou être conduit dans votre véhicule personnel, et si le volant devrait devenir une option. La législation doit cependant aller dans ce sens… Cela permettrait à terme de récupérer 800 milliards d’heures perdues par an, selon Johann Jungwirth.

Ainsi, malgré la coopération récemment terminée entre Daimler et Bosch concernant les VA, l’Allemagne conserve un grand potentiel dans ce domaine, grâce à l’entretien et à la qualité des infrastructures routières, et à sa législation favorable aux VA. D’autres pays suivront peut-être. 

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A ne pas manquer !

Publicité