C’était un événement d’envergure planétaire. En ouvrant le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, le Président français, Emmanuel Macron, a plaidé pour une refonte du système financier mondial afin de résoudre les crises environnementales et socio-économiques actuelles. Sa proposition est porteuse d’espoir et de controverse, marquant ainsi une page d’histoire importante dans la lutte contre l’injustice économique et la dégradation climatique.

Vers un Futur Financier Durable : Conclusions et Voie à Suivre du Nouveau Pacte Financier Mondial

Quel est l’objectif du Jour 2 du Sommet pour un Nouveau Pacte Financier Mondial?

L’objectif du jour 2 du Sommet pour un Nouveau Pacte Financier Mondial est principalement de conclure les discussions et dialogues initiés durant le sommet. La journée commence par un prologue axé sur le consensus de Paris, où plusieurs leaders d’organisations internationales clés discuteront des pistes à suivre pour les prochains mois dans divers secteurs, comme le commerce, la philanthropie, l’agriculture, la banque centrale et le changement climatique.

Ensuite, la cérémonie de clôture prévoit la présentation des conclusions des tables rondes qui ont eu lieu pendant le sommet. Cette cérémonie permettra de résumer les discussions, de déterminer les prochaines étapes et de mettre en lumière les engagements pris par les différents acteurs.

De plus, au cours de cette journée, plusieurs événements thématiques et labellisés sont organisés pour approfondir des questions spécifiques liées à la finance mondiale, à la santé, au développement durable, à la lutte contre la pauvreté, etc.

En somme, l’objectif de cette journée est de synthétiser les discussions du sommet, de mettre en avant les décisions prises et de tracer une voie claire pour l’avenir du pacte financier mondial.

Quel est le programme du jour 2 ?

Programme du Jour 2 du Sommet pour un Nouveau Pacte Financier Mondial: Vendredi 23 Juin

8h30 – 9h10 Prologue: Le consensus de Paris, quelles pistes pour les prochains mois?

  1. Mot d’introduction par Laurence Tubiana de l’European Climate Foundation
  2. Une question à Ngozi Okonjo-Iweala, Directrice Générale de l’OMC: Quelles conséquences pour l’agenda commerce?
  3. Une question à Alvario Lario, Président du FIDA: Quels impacts pour un fonds comme le FIDA?
  4. Une question à Rajiv Shah, Président de la Fondation Rockefeller: Quel rôle pour les philanthropes?
  5. Une question à Matthias Cormann, Secrétaire Général de l’OCDE: Quelles pistes de travail pour l’OCDE?
  6. Une question à Christine Lagarde, Présidente de la Banque Centrale Européenne: Quel rôle pour les banques centrales?
  7. Une question à Sultan Al-Jaber, Président de la COP28: Quelles leçons en vue de la COP28?
Lire également :  Crochet vacances : Et pourquoi pas l'Ardèche en Tesla ???

9h15 – 12h30 Cérémonie de clôture

  1. Accueil protocolaire et photo de famille
  2. Présentation des conclusions des tables rondes
  3. Dialogue de haut niveau
  4. Point de presse

LES ÉVÉNEMENTS THÉMATIQUES ET LABÉLLISÉS

  • Plus de 80 événements au total
  • 50 événements thématiques autour des enjeux du Sommet, tenus au Palais Brongniart, à l’OCDE et à l’UNESCO.

Un événement marquant : « Special Finance in Common Event: Leveraging Public Development Banks’ Investments for the SDGs » qui s’est tenu le 22 juin de 18h à 19h au Palais Brongniart – NEF.

Le 23 juin, de 8h à 9h au Palais Brongniart – Salle des Colognes, un événement spécial co-organisé par l’OMS et la BEI intitulé « Innovative finance to accelerate investment in primary health care and resilient health systems: the Health Impact Investment Platform (HIIP) » (sur invitation uniquement).

Nos pistes de conclusions pour conclure ce sommet historique

  1. Renforcer les Cadres Réglementaires : Encourager la mise en place de réglementations financières plus strictes et transparentes pour favoriser un environnement économique mondial plus stable et résilient.
  2. Promouvoir la Finance Durable : Inciter à davantage investir dans les secteurs verts et durables, et encourager les banques centrales à intégrer les risques climatiques dans leur cadre de politique monétaire.
  3. Stimuler la Coopération Internationale : Souligner l’importance d’une meilleure coopération et coordination entre les institutions financières internationales pour faire face aux défis économiques mondiaux.
  4. Améliorer l’Équité Financière Globale : Plaider pour une répartition plus équitable des ressources financières mondiales, notamment en faveur des pays en développement et des populations marginalisées.
  5. Favoriser l’Innovation Financière : Promouvoir l’innovation dans le domaine financier, comme la finance numérique et la fintech, qui peuvent offrir de nouvelles opportunités pour l’inclusion financière et la croissance économique.
  6. Renforcer le Rôle des Banques de Développement : Souligner l’importance des banques de développement dans le financement de projets qui soutiennent les objectifs de développement durable (ODD).
  7. Accroître la Transparence : Insister sur la nécessité d’une plus grande transparence dans les transactions financières internationales pour lutter contre l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et autres activités illicites.
  8. Encourager les Investissements dans les Soins de Santé Primaires : Reconnaître la nécessité d’accroître les investissements dans les soins de santé primaires et les systèmes de santé résilients, en particulier à la lumière de la pandémie de Covid-19.
Lire également :  En France, il y a plus d'Airbnb avec des bornes que d'hôtels

Une reconnaissance nécessaire des vulnérabilités mondiales

Face à l’escalade des tensions économiques et des crises environnementales, Macron a pointé du doigt l’accroissement des vulnérabilités mondiales. La réalité est dure mais incontestable. Les géants de l’industrie pétrolière, tels que Chevron, Shell et BP, ont réalisé des bénéfices colossaux de 55 milliards de dollars durant le second semestre de 2022, et ce, pendant que les gouvernements continuent de subventionner les combustibles fossiles. Cette distorsion de vérité, nous la vivons, nous la constatons, et parfois nous en sommes les victimes.

Un équilibre à trouver entre le développement économique et la préservation environnementale

Macron a affirmé que les nations ne devraient pas être contraintes à choisir entre la réduction de la pauvreté et le respect de l’environnement. C’est un défi immense dans un monde où les priorités divergent souvent. Ce premier principe diplomatique évoqué par le Président pose la nécessité de la mise en place d’un équilibre équitable entre ces deux objectifs, essentiels mais souvent opposés.

L’importance de la souveraineté nationale dans la refonte du système financier mondial

Le Président a également insisté sur l’importance de la souveraineté de chaque pays. Le nouveau pacte financier mondial devrait respecter davantage ce principe fondamental, permettant à chaque nation de tracer sa propre voie vers le développement durable. Cependant, ce point peut aussi soulever des préoccupations quant au risque d’un nationalisme économique exacerbé qui pourrait entraver la coopération internationale.

Appel à une augmentation significative du financement public

En accord avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, qui constatait récemment que « l’architecture financière internationale a échoué dans sa mission principale », Macron a plaidé pour une hausse significative du financement public. Selon lui, cette démarche devrait entraîner une mobilisation accrue des organisations multilatérales, notamment par la réallocation des droits de tirage spéciaux. L’ambition est claire : remodeler les structures de financement en place depuis les accords de Bretton Woods qui, après plus de 80 ans, semblent désormais dépassées face aux défis actuels.

Vers une plus grande implication du secteur privé

Macron n’a pas manqué d’impliquer le secteur privé, soulignant son rôle primordial dans la mobilisation de fonds pour le développement durable. Cependant, cela soulève une question pertinente : comment peut-on impliquer efficacement le secteur privé sans laisser les profits prendre le dessus sur l’intérêt public ?

Qui est présent au NPFM 2023 et pourquoi ?

  • Emmanuel Macron : En tant que Président de la République française, il a démontré une vision stratégique et un leadership politique.
  • Vanessa Nakate : En sa qualité d’ambassadrice de l’UNICEF, elle s’est engagée pour l’environnement et les droits de l’enfant.
  • Sir Nicholas Stern et Amar Bhattacharya : Ces deux économistes ont fourni des analyses et des recommandations sur des questions économiques complexes.
  • Mohamed Bazoum, Denis Sassou-Nguesso, Cyril Ramaphosa, Macky Sall, Kaïs Saïed : Ces leaders politiques africains ont apporté des perspectives et des idées uniques sur la gouvernance.
  • Mia Mottley : En tant que première ministre de la Barbade, elle a démontré un leadership fort sur les questions de climat et de développement durable.
  • Antonio Guterres : Le secrétaire général de l’ONU a toujours offert une perspective globale sur les défis internationaux.
  • Nirmala Sitharaman et Janet Yellen : Ces responsables économiques ont partagé des perspectives influentes sur les questions économiques mondiales.
  • Ajay Banga, Mafalda Duarte et Akinwumi A. Adesina : Ces dirigeants d’institutions financières internationales ont apporté des perspectives clés sur le financement du développement.
  • Melinda French Gates : En tant que co-fondatrice de la Bill & Melinda Gates Foundation, elle a joué un rôle majeur dans la promotion de l’équité mondiale.
  • Ursula von der Leyen et Charles Michel : Ces dirigeants européens ont joué un rôle clé dans la gouvernance de l’Union européenne.
  • Yoshimasa Hayashi et Nana Addo Akufo-Addo : Ces dirigeants politiques ont apporté des perspectives asiatiques et africaines respectives.
  • Laurence Tubiana et Sultan Al-Jaber : Ces experts en climat ont joué un rôle majeur dans l’orientation de la politique climatique internationale.
  • Christine Lagarde, Matthias Cormann, et Kristalina Georgieva : Ces leaders financiers ont influencé les politiques économiques mondiales.
  • Rajiv Shah : En tant que Président de la Fondation Rockefeller, il a influencé la philanthropie et le développement.
  • Ngozi Okonjo-Iweala, Alvario Lario, Mark Carney : Ces leaders du commerce et de la finance internationale ont apporté des perspectives clés sur le commerce et les investissements internationaux.
Lire également :  Découvrez Fresh Magazine, une création parisienne

En conclusion : Une recherche de solutions et un appel à l’action

En conclusion de son discours, Macron a insisté sur la nécessité de se concentrer sur la recherche de solutions et a lancé un appel à la mobilisation générale en faveur de nos concitoyens et de notre planète. Vanessa Nakate, militante climatique, a renchéri sur cette nécessité d’action en soulignant que les financements climatiques doivent bénéficier à ceux qui ont respecté leurs engagements.

La proposition de Macron est un appel historique à la refonte d’un système mondial. C’est une initiative audacieuse qui ne sera pas sans opposition. Néanmoins, le statu quo n’est plus une option viable. L’équilibre entre l’intérêt économique, le respect de l’environnement et l’équité sociale est plus que jamais à l’ordre du jour. C’est une tâche ardue qui nécessitera des compromis, de l’audace et de l’innovation. Mais la première étape est déjà franchie : le débat est lancé.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *