Depuis sa création en 2007, GREENEA, une société experte en carburants alternatifs, a toujours été à la pointe des transformations énergétiques. Aujourd’hui, elle étend son champ d’action en se concentrant sur les opérateurs de recharge et d’hydrogène, un secteur d’avenir face aux défis climatiques. L’entreprise vise à renforcer sa présence sur le marché de la Taxe Incitative Relative à l’Utilisation d’Énergie Renouvelable dans le Transport (TIRUERT), avec des implications significatives pour le secteur.

Une nouvelle orientation stratégique

GREENEA a récemment lancé une nouvelle activité dédiée aux opérateurs de bornes de recharge et d’hydrogène. Cette initiative s’inscrit dans une démarche globale de l’entreprise visant à anticiper et répondre aux besoins des énergéticiens de demain, notamment en raison de l’augmentation attendue des véhicules électriques et à hydrogène. Dans ce contexte, l’expertise de GREENEA en matière de TIRUERT devrait jouer un rôle central.

Qu’est-ce que le TIRUERT : parole d’expert !

Les distributeurs de carburant en France sont redevables de la TIRUERT. La taxe devient nulle s’ils atteignent un taux d’incorporation de biocarburants de 9,5 % pour l’essence et de 8,6 % pour le gazole (données 2023). Pour éviter de payer cette taxe qui peut être très lourde, la législation autorise ces distributeurs à acheter des certificats d’électricité renouvelable (ou hydrogène) utilisés dans le secteur du transport : lorsque les conditions de marché le permettent, les certificats offrent une alternative économique aux solutions physiques d’incorporation.

Lire également :  Jaguar sur les traces...de Tesla ?

La TIRUERT, l’acronyme de “Taxe Incitative Relative à l’Utilisation de l’Énergie Renouvelable”, est un mécanisme mis en place il y a une dizaine d’années (anciennement TIRIB) et qui inclut depuis 2022 l’énergie électrique et l’hydrogène. Le principe est simple : plus un aménageur déploie des infrastructures de recharge dont l’accès aux bornes est public, plus il commercialise d’électricité venant des recharges, plus il peut commercialiser des certificats TIRUERT. Ainsi, dès aujourd’hui l’aménageur de parc de recharge pour véhicules électriques dispose de deux lignes de revenus : la vente d’électricité et la vente de certificats TIRUERT. 

Quel revenu pour le détenteur des stations ?

Chaque kilowattheure (kWh) d’énergie issue du réseau français distribué par un point de charge est commercialisé autour de 7 à 11 centimes.

Le bénéfice de ce mécanisme de la TIRUERT est calculé en multipliant la consommation par le prix de la TIRUERT moins quelques frais d’audits et de commercialisation. En termes de revenus, la TIRUERT apporte un revenu complémentaire de l’ordre de 10 à 20% du chiffre d’affaires d’une borne, ce qui signifie surtout que 80% de la marge d’une infrastructure de recharge viendront de la TIRUERT. Ce revenu additionnel va permettre le déploiement rapide d’un réseau de qualité sur le territoire.

Greenea joue un rôle de mandataire dans ce processus. Dans son portefeuille de clients sur ce nouveau segment :  90% sont des aménageurs d’IRVE et 10% des acteurs de la filière hydrogène pour le transport. 

Pour être éligible, l’installation doit répondre à deux critères : 

  • être ouverte au public (située dans un parking privé mais accessible au public entre dans ce critère), 
  • disposer d’un compteur MID par prise, et la borne de recharge doit appartenir à l’entreprise opératrice. 
Lire également :  Autolib' se confond avec la RATP

Où en sont les acteurs aménageurs ?

Les grandes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire ont déjà pris le pas sur les six premiers mois de 2023, cependant, les collectivités sont malheureusement peu impliquées dans ce processus car leur parc de bornes de recharge est très souvent en gestion par un opérateur privé  qui gère l’installation et la gestion du parc. Ainsi, le processus TIRUERT devient complexe à gérer entre l’ensemble des parties prenantes. 

L’accompagnement de la filière IRVE et Hydrogène

GREENEA compte apporter sa connaissance approfondie de la TIRUERT pour soutenir le développement de l’Infrastructure de Recharge de Véhicule Électrique (IRVE) et de l’hydrogène. 

Notre objectif est d’accompagner les aménageurs d’infrastructure de recharge et de distribution d’hydrogène dans la valorisation des certificats TIRUERT. En comprenant le mécanisme de prix de la TIRUERT, les, aménageurs, les investisseurs et les collectivités peuvent ainsi générer des revenus complémentaires significatifs, rendant l’infrastructure de recharge plus attractive et permettant de faciliter le déploiement sur le territoire. 

Reconnaissance internationale et expansion future

La position de GREENEA comme leader mondial et expérimenté reconnu dans le secteur des biocarburants, couplée à une expertise législative et commerciale précise, met l’entreprise dans une position favorable pour accompagner ce nouveau secteur en croissance. Par ailleurs, GREENEA envisage de lancer une plateforme destinée à faciliter la compréhension et l’accessibilité de la TIRUERT pour les professionnels du secteur.

Conclusion

En se positionnant sur le marché de la TIRUERT, GREENEA renforce son engagement envers la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique. L’entreprise semble déterminée à utiliser son expertise pour aider les opérateurs de bornes de recharge et d’hydrogène à naviguer dans le paysage législatif complexe de la TIRUERT, tout en offrant des opportunités économiques attractives. Cette initiative pourrait non seulement avoir un impact significatif sur l’avenir de GREENEA, mais aussi façonner la manière dont le secteur de la recharge et de l’hydrogène évolue dans les années à venir

Lire également :  L’Allemagne et la Voiture Électrique : Un Revirement Stratégique ?

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *