Voitures électriques : ces dix mythes tenaces…

Malgré des améliorations considérables au fil des ans, les mythes autour des véhicules électriques perdurent. Pourtant, les progrès considérables ont permis d'atténuer bon nombre des préoccupations des acheteurs à leur sujet. Les préoccupations relatives à l'autonomie, à la fiabilité, à l'infrastructure de recharge et même à la production ont été prises en compte d'une manière ou d'une autre, et il ne reste que peu de raisons d'écarter un VE de votre liste de considération.

Rejoignez la révolution électrique!

Vous n’êtes toujours pas convaincu ? Nous sommes là pour vous aider à démystifier certains mythes concernant ces véhicules entièrement électriques.

Gros plan sur la mention "electric", à l'arrière d'un VE

1 – Les VE n’ont pas assez d’autonomie

Lorsque les VE ont fait leur apparition sur le marché grand public, leur autonomie était un sujet de préoccupation, car leurs batteries étaient petites et il n’y avait pas beaucoup d’endroits pour les recharger.

Ces deux facteurs ont considérablement changé, et seuls quelques VE purs offrent moins de 200 km d’autonomie (pour ceux qui comptent les points, il s’agit de la MINI Cooper SE avec 177 km et de la Volkswagen e-Golf avec 198 km).

En revanche, plusieurs véhicules offrent désormais plus de 400 km sur une seule charge, notamment toute la gamme Tesla, ainsi que le Hyundai Kona Electric et le Chevrolet Bolt.

En 2016, Statistique Canada a indiqué que le trajet moyen aller simple pour se rendre au travail au Canada était de 22,8 km, ce qui signifie que même ces VE à autonomie limitée devraient fonctionner sans recharge régulière pendant la nuit ou au travail.

2 – Les VE ne sont bons qu’en ville

Nombreux sont ceux qui pensent que les VE conviennent mieux aux citadins, qui font des trajets rapides et n’ont pas à se soucier de l’autonomie, mais cela n’a pas beaucoup de sens.

Les citadins n’ont peut-être même pas besoin d’une voiture la plupart du temps, car ils ont accès aux transports en commun et à d’autres options de déplacement comme le vélo.

Pour rendre la vie des VE encore plus difficile en ville, il est compliqué de trouver des chargeurs dans la plupart des immeubles d’habitation, sans parler de la rareté des parkings en milieu urbain, avec ou sans station de recharge pour VE.

En effet, les VE ont beaucoup de sens pour ceux qui vivent en banlieue, qui n’ont pas les mêmes options de transport en commun et peuvent installer des chargeurs chez eux.

Ils peuvent également accéder à des bornes de recharge dans les parcs, les épiceries, les centres commerciaux et les stations-service beaucoup plus facilement que les habitants des grandes villes.

3 – La batterie se dégrade et devient inutile

Véhicule électrique effectuant sa recharge sur une borne


Certains conducteurs s’inquiètent du fait que la batterie d’un VE se dégrade avec le temps, de la même manière que celle d’un smartphone. En effet, les véhicules électriques utilisent des batteries similaires à celles des smartphones.

Mais ils ont des conditions de fonctionnement radicalement différentes, ainsi que des logiciels différents pour gérer les batteries, ce qui fait toute la différence.

Lorsqu’il s’agit de batteries au lithium-ion, les laisser se vider complètement avant de les recharger complètement accélère le processus de dégradation. Ce processus est encore plus dommageable si la batterie est laissée à l’état de charge zéro pendant une période prolongée.

Cependant, les VE disposent de quelques protections pour éviter une usure prématurée.

La réserve de puissance :

Ainsi, alors que les smartphones sont obligés de tirer le maximum de jus de leurs minuscules batteries, les VE disposent d’un peu plus de place pour fournir une réserve de puissance.

Comme la jauge de carburant d’un véhicule classique, lorsqu’un VE indique une charge de zéro pour cent, il reste en réalité 10 ou 15 pour cent. Mais contrairement à un véhicule classique, les conducteurs ne peuvent généralement pas puiser dans cette réserve pour gagner quelques kilomètres supplémentaires. Il s’agit d’éviter que la batterie soit vraiment vide et de retarder sa dégradation.

À l’inverse, le fait de recharger la batterie à 100 % lorsque cela n’est pas nécessaire peut également en dégrader les performances, et il existe des limites de charge que les propriétaires peuvent fixer pour que leur batterie dure plus longtemps.

Une température constante :

Une dernière pièce du puzzle en matière de durée de vie des batteries est donc la température. Les températures extrêmes, en particulier lorsqu’elles sont chaudes, nuisent réellement à la durée de vie de la batterie, et de nombreux VE récents sont dotés d’un système de refroidissement actif qui les protège. Selon une étude exhaustive de la société de gestion de flotte Geotab, le taux moyen de dégradation est d’environ 2,3 % par an, mais il peut être réduit à 1,6 % grâce à de bonnes conditions climatiques et à de bonnes pratiques de recharge.

Pour rassurer les clients, les constructeurs automobiles offrent des garanties complètes sur la batterie, avec au moins huit ans ou 160 000 km dans la plupart des cas, contre 100 000 km en moyenne pour un groupe motopropulseur à combustion interne, de sorte que ceux qui s’inquiètent d’une usure prématurée de la batterie n’ont rien à craindre.

4 – Les composants des VE sont des déchets et sont difficiles à recycler

Agrandissement d'un élément de la batterie d'un VE


Ce qui nous amène au mythe suivant : les batteries des VE ne peuvent pas être recyclées ou il est trop coûteux ou trop dangereux de le faire.

Lorsqu’une batterie doit être remplacée, elle n’est pas complètement inutile et il lui reste encore une grande capacité de stockage d’énergie, mais elle n’est plus adaptée à l’alimentation d’un véhicule électrique.

En fait, les entreprises du secteur de l’énergie déploient d’anciennes batteries de véhicules électriques dans des solutions de stockage d’énergie, généralement destinées à être utilisées avec des panneaux solaires ou des éoliennes.

Ainsi, General Motors (GM), Nissan, Hyundai et BMW ont tous travaillé au recyclage et à la recherche d’une nouvelle vie pour ces batteries.

En outre, les composants d’une batterie, comme le lithium, peuvent être recyclés et utilisés dans de nouvelles batteries, ce qui crée un circuit fermé et limite les déchets. D’autres preuves vont dans ce sens, puisque de nouveaux rapports suggèrent que 97 000 tonnes de batteries lithium-ion ont été recyclées en 2018.

De quoi mettre fin au mythe selon lequel les batteries des VE ne sont pas recyclables !

5 – L’industrie minière des batteries exploite les enfants, en plus d’avoir un impact environnemental important

Le lithium, l’un des principaux composants présents dans les batteries des VE, se trouve sur les cinq continents. Comme toute ressource exploitée, il peut avoir un impact négatif sur l’environnement. Cependant, il est assez facile à trouver et peut être recyclé.

Les études antérieures qui suggèrent que la production de batteries a un impact environnemental élevé utilisaient des chiffres anciens et exagérés. Un rapport souligne également qu’il s’agit d’une erreur courante commise par les premières études sur l’impact environnemental de l’industrie des VE. Des recherches plus anciennes suggéraient que la production de batteries émettait 165 kg de CO2 par kWh de capacité de batterie, mais cela était basé sur une étude très controversée de 2017.

Aujourd’hui, une ingénierie plus intelligente et une mise à l’échelle adéquate de la production ont permis d’abaisser ce chiffre à une moyenne de 75 kg/kWh, et des améliorations sont encore possibles. Le cobalt et les autres métaux utiles à la production de batteries peuvent être un peu plus limités, bien qu’ils soient eux aussi recyclables.

On s’est également inquiété du fait que certaines mines exploitent les enfants pour répondre à la demande. Heureusement, les constructeurs automobiles ont été attentifs et des entreprises comme BMW achètent du cobalt dans des mines aux pratiques de travail éthiques, plutôt que de traiter avec des intermédiaires dont il est difficile de demander des comptes.

Volkswagen, Toyota, Ford, Daimler, BMW, Honda, Jaguar Land Rover et Volvo Cars se sont tous engagés à trouver des sources éthiques pour les matériaux qu’ils utilisent dans les batteries.

En outre, certains grands producteurs de batteries, comme Panasonic, travaillent d’arrache-pied pour réduire leurs besoins en cobalt pour les futures batteries, voire même pour éliminer complètement ce métal de la batterie.

6 – Le réseau électrique est tout aussi polluant

Photo d'une voiture électrique, avec une éolienne en arrière plan


Certains ne sont pas convaincus des avantages environnementaux des véhicules électriques, suggérant que nous ne faisons que déplacer les émissions des pots d’échappement vers les centrales électriques. Bien que cela ait été vrai dans le passé, la production d’électricité durable est aujourd’hui plus facilement disponible, et ces sources sont de plus en plus propres.

Cela contraste fortement avec la façon dont le pétrole est obtenu et transporté dans le monde. Des guerres ont été déclenchées à cause du commerce du pétrole, les oléoducs sont nuisibles à l’environnement et les nouvelles méthodes d’approvisionnement en combustibles fossiles, comme la fracturation, sont également nuisibles à l’environnement.

De nouvelles recherches montrent que la production d’essence et de diesel entraîne davantage d’émissions de gaz à effet de serre (GES) qu’on ne le pensait auparavant. Sur la base de l’impact environnemental de la production de carburant, le rapport TU/e estime que les voitures à essence, en plus de leurs émissions d’échappement, sont responsables de 30 % supplémentaires d’émissions de GES, tandis que les diesels en ajoutent 24 %.

7 – Les véhicules à essence sont plus performants

Photo du moteur d'un véhicule thermique


Grâce à des fonctionnalités telles que la désactivation des cylindres et l’arrêt automatique du moteur, ainsi que les nouveaux systèmes électriques de 48 volts, on peut dire que les véhicules à essence sont de plus en plus économes en carburant. Les constructeurs automobiles utilisent un turbocompresseur également dans les moteurs, afin de conserver une certaine puissance dans ces véhicules plus petits et plus efficaces.

Cependant, alors que les nouveaux véhicules sont plus efficaces, les acheteurs de voitures achètent de plus en plus de SUV et de cross-overs, qui sont plus grands et moins efficaces.

De plus, par rapport aux VE, les moteurs à essence sont tout simplement moins efficaces. Certains des véhicules les plus économes en carburant finissent par convertir un maximum de 40 % de l’énergie disponible stockée dans l’essence. Ce chiffre comprend même des caractéristiques comme le freinage par récupération dans le cas d’une configuration hybride-électrique. Tout le reste est perdu en raison de facteurs tels que la chaleur, la friction et les pertes parasites.

De l’autre côté, l’efficacité d’une voiture électrique est d’environ 60 %. Et cela n’inclut même pas le potentiel de récupération du freinage par récupération ! Si l’on tient compte de ce facteur, l’efficacité des VE pour convertir leur énergie électrique en puissance pour les roues est de 77 %.

Avec une telle différence dans les chiffres, il semble peu probable que les moteurs à combustion interne atteignent un jour l’efficacité des VE.

8 – Les VE sont trop chers

Il y a plus de choix et de concurrence sur le marché des VE aujourd’hui, avec des options assez abordables de constructeurs automobiles comme Chevrolet, Hyundai, Kia et Volkswagen.

Bien qu’il puisse sembler absurde de qualifier d' » abordable  » un véhicule dont le PDSF (Prix de Détail Suggéré par le Fabricant) est d’environ 45 000 $, il existe des aides gouvernementales qui permettent de réduire une partie de ce prix.

Ces incitatifs s’additionnent, et si vous avez un chargeur à la maison ou au travail, cela contribue aussi à atténuer le coût de possession. Il convient également de souligner que la plupart des VE ne nécessitent pas autant d’entretien que les voitures à essence.

Les coûts – et le temps – associés aux services tels que les changements d’huile et de filtre, les changements de bougies d’allumage, les travaux sur la chaîne de distribution, etc. disparaissent avec l’achat d’un VE.

Bien que vous deviez toujours remplacer les éléments d’usure habituels comme les pneus et les freins, les freins d’un VE bénéficient de l’aide des systèmes de freinage par récupération, qui prolongent la durée de vie des plaquettes, ce qui vous permet d’économiser sur l’entretien.

9 – Le passage aux VE ne fera pas de différence à long terme

Les sceptiques des véhicules électriques se méfient des résultats tangibles de l’utilisation de moyens de transport plus propres et plus écologiques. La réalité est que des différences significatives se feront sentir à long terme. L’amélioration de la qualité de l’air contribuera grandement à améliorer notre santé.

Selon de nombreuses études, cela permettrait d’éviter des décès prématurés dus à des problèmes de santé causés par la pollution atmosphérique. Ce changement permettrait également au gouvernement d’économiser en prestations sociales.

Ces préoccupations ne sont donc pas anodines. Les polluants atmosphériques contribuent à l’apparition de problèmes de santé importants, notamment des maladies cardiaques et pulmonaires. Le passage à un parc de véhicules plus écologiques autour d’une agglomération peut contribuer à prévenir les décès et les maladies, tout en permettant d’économiser de l’argent.

10 – Les VE ne sont pas sûrs

Voyant indiquant un problème de batterie, sur le tableau de bord d'un véhicule.


Des inquiétudes ont été exprimées par le passé quant à la sécurité des véhicules électriques. Selon l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), de nombreux véhicules électriques ont été très bien classés. La Tesla Model 3 et l’Audi e-tron ont toutes deux reçu la note la plus élevée possible de l’IIHS, avec le prix Top Safety Pick+, tandis que la Chevrolet Bolt et la BMW i3 ont toutes deux reçu le deuxième plus grand honneur, le prix Top Safety Pick.

Les sceptiques peuvent s’inquiéter de la conduite d’un véhicule équipé d’une batterie lourde remplie de produits chimiques nocifs.

Mais de nombreux constructeurs automobiles traitent l’emplacement de la batterie de la même manière que l’emplacement du moteur ou du réservoir de carburant. Audi explique que l’E-Tron loge sa batterie dans un cadre doté d’une structure interne en nid d’abeille, qui sépare les modules de cellules de batterie et aide à dissiper l’énergie.

Les véhicules électriques ont fait l’objet d’innovations constantes au fil des ans. Par conséquent, de nombreux problèmes qui affectaient les modèles précédents ne sont plus d’actualité.

Bien sûr, comme pour tout ce qui est nouveau et inconnu, la première impression est primordiale. Les VE actuels, bien qu’ils aient amélioré pratiquement tous les aspects de leurs prédécesseurs, doivent encore surmonter des craintes dépassées et des idées fausses très répandues.

Maintenant que toutes ces contre-vérités ont été balayées, pourquoi ne pas vous faire votre propre idée, en essayant une voiture électrique ? N’est-ce-pas, finalement, la meilleure façon de voir par vous-même tout le chemin parcouru ?

Et si vous avez encore des interrogations, nous sommes là pour vous accompagner :

Confiez nous votre passage à l'électrique!

Vous avez 1000 questions et nous avons réponse à toutes. (Sur le sujet depuis 2013 😎)
  • (pour recevoir votre confirmation de demande)
  • Pour les véhicules de société


Pour aller un peu plus loin sur le sujet, vous pouvez consulter cet article du site avere.org consacré au reportage « A contresens ».

Evy Lison
Je suis passionnée par la révolution en cours. C'est tout un écosystème qui est en train d'émerger et je m'attache à présenter les innovations sous un angle objectif. Vous pouvez réagir à toutes mes publications en commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -
- Publicité -
Actualités du jour

AB SAGAX et Prologis font confiance à Bump pour déployer des stations de rechargement

A la recherche d'une borne de recharge rapide fiable sur Paris ? Professionnels et particuliers, vous êtes bienvenus chez...
- Publicité -