Licenciement de Herbert Diess – Le fonctionnement du groupe Volkswagen

Juste après l’annonce de la nouvelle selon laquelle Herbert Diess, le PDG du groupe Volkswagen (VW), quitterait l’entreprise à la fin du mois d’août 2022, soit environ quatre ans seulement après sa prise de fonction en 2018, les gens ont posé beaucoup de questions, et la plus pressante est de savoir pourquoi.

Dans cette série de six articles, j’essaierai d’expliquer les raisons de la décision de pousser Herbert Diess hors de la direction de VW et pourquoi ce n’était pas du tout une surprise.

Le fonctionnement du groupe VW

Les groupes qui ont pris ou influencé la décision du départ de M. Diess sont :

  • les familles Porsche et Piech, qui détiennent des participations importantes dans l’entreprise (52 % des droits de vote via Porsche SE),
  • le président du conseil de surveillance, M. Pötsch,
  • l’État de Basse-Saxe (20 % des droits de vote), représenté par le ministre-président, M. Weil,
  • le syndicat IGM, qui a des sièges au conseil de surveillance, en vertu d’une loi spéciale de Volkswagen,
  • le comité d’entreprise, qui a des sièges au conseil de surveillance,
  • la direction,
  • les employés du groupe Volkswagen,
  • et, bien sûr, les actionnaires de Volkswagen.

Tous ont exercé leur influence et soutenu la décision d’une manière ou d’une autre. Et il ne s’agissait pas d’une seule partie ou d’un seul incident, mais d’une accumulation de décisions prises au cours des quatre dernières années, par différentes personnes et parties pour diverses raisons.

Diagramme montrant le fonctionnement du groupe Volkswagen
Schéma montrant comment se répartissent les « familles » du groupe Volkswagen

Cependant, tout a commencé par une récente poussée des familles Porsche-Piech, qui comptent quelques centaines de membres, et qui a été décisive. C’est la petite pression supplémentaire qui a fait pencher le balancier contre Herbert Diess.

Selon certaines sources, les « familles » ont été déçues par les performances du groupe de logiciels Cariad sous la responsabilité de Herbert Diess. Cela a conduit à la demande de Porsche et Audi, lors de la dernière réunion de supervision, de quitter le programme et de développer leurs propres solutions pour éviter tout retard supplémentaire sur les modèles BEV (Véhicules Électriques à Batterie) critiques.

Le déroulé des évènements

L’élan vers le retrait de Diess avant la pause estivale de VW a commencé à se développer le week-end dernier, lors de discussions individuelles entre les huit membres du présidium, au sein de son conseil de surveillance.

La réunion décisive a eu lieu le 20 juillet, lorsque le comité supérieur du conseil de surveillance de VW, composé de représentants des familles, de fonctionnaires de l’État allemand de Basse-Saxe et de dirigeants syndicaux, a décidé que le temps de Diess était écoulé.

Il l’a appris à l’heure du déjeuner, le lendemain, lors d’une réunion surprise à midi, par Pötsch, chef du conseil, encore sous le coup du décalage horaire, après une visite à l’usine de SUV du constructeur automobile à Chattanooga, Tennessee.

Diess a été choqué et pris au dépourvu lorsqu’il a entendu les sources d’information. Ils lui ont donné un jour pour répondre. Et après avoir consulté ses conseillers, il a accepté l’inévitable et de partir de bonne foi. Mais avec toutefois un parachute doré qui comprend un salaire annuel de 2,2 millions d’euros jusqu’en 2025, date de la fin de son contrat, et une pension par la suite.

Un contrat prolongé en 2021, de 2023 à 2025, dont le conseil de surveillance a dit la semaine dernière qu’il était une énorme erreur, et dont il paie maintenant le prix. La déclaration publiée plus tard, selon laquelle Diess continuera, en tant que consultant, n’aura pas lieu, car il a perdu toute crédibilité et tout respect.

Par conséquent, la déclaration doit être considérée comme une initiative du marketing, visant à apaiser les émotions des personnes qui, à juste titre, ont du mal à comprendre pourquoi un PDG licencié est payé des millions et des millions, pendant des années, sans aucun travail.


Pour retrouver plus facilement tous les articles du dossier :

Alexander Voigt
Alex Voigt soutient depuis 40 ans la mission consistant à transformer le monde en énergie et en transports durables sans carbone. En tant qu'ingénieur, il est fasciné par la capacité de l'humanité à développer un avenir meilleur grâce à la technologie. En tant qu'Allemand, il est parfois frustré par l'industrie automobile allemande et la lenteur des progrès réalisés dans le domaine des véhicules électriques à batterie. C'est pourquoi il a commencé à publier en anglais, en allemand et maintenant en français. Avec 30 ans d'expérience sur le marché boursier, il est investi dans Tesla [TSLA], pour le long terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous

Suivez nos dernières publications et les backstage de Tesla Mag. Signalez nous des idées, erreurs ou bons plans à partager! Bienvenue dans la communauté!

Pour poursuivre votre lecture