Volkswagen : les raisons boursières du licenciement de Herbert Diess

Juste après l’annonce de la nouvelle selon laquelle Herbert Diess, le PDG du groupe Volkswagen (VW), quitterait l’entreprise à la fin du mois d’août 2022, soit environ quatre ans seulement après sa prise de fonction en 2018, les gens ont posé beaucoup de questions, et la plus pressante est de savoir pourquoi.

Dans cette série de six articles, j’essaierai d’expliquer les raisons de la décision de pousser Herbert Diess hors de la direction de VW et pourquoi ce n’était pas du tout une surprise.

Volkswagen-Diess : Les raisons boursières

Les actionnaires de Volkswagen n’ont pas apprécié la mauvaise performance de l’action, qui stagne depuis la prise de fonction d’Herbert Diess et a perdu 50 % l’an dernier, passant de 250 à 125 euros.

La faiblesse du cours des actions et l’érosion des ventes pèsent sur les émotions et les coûts de refinancement de l’entreprise, qui dépend fortement des acheteurs d’obligations avec une dette d’environ 205 milliards de dollars. Ces acheteurs sont principalement le gouvernement allemand et l’Union européenne, ce qui montre l’influence de la politique sur le constructeur automobile.

Diagramme du cours en bourse de l'action Volkswagen depuis 2018
Cours de l’action VW depuis 2018

Avec seulement 10,8 % des droits de vote détenus par des actionnaires privés, ceux-ci n’ont pratiquement aucune influence sur le destin du groupe automobile et ne jouent aucun rôle. Toutes les parties prenantes et tous les décideurs possédant des actions, la perte de 50 % de votre investissement est à elle seule une raison de reconsidérer si le PDG est le meilleur choix pour l’avenir.

Perspectives d’avenir

Confronter le groupe VW, ses dirigeants et ses employés à la nouvelle choquante de ce que la transition vers les BEV signifie pour VW n’est pas populaire. Néanmoins, c’est nécessaire si l’entreprise veut survivre et conserver une part de marché décente à l’avenir.

Le problème est que si vous continuez à faire cela, vous serez licencié, et c’est ce qui est arrivé à Herbet Diess. La nomination d’un nouveau PDG avec lequel il est plus facile de travailler peut être une bonne chose au début…

Mais au fil du temps, la plupart des nouvelles choquantes révélées par l’ancien PDG se concrétiseront. Le PDG de Porsche, M. Blume, qui reprend maintenant le poste de M. Diess, n’a pas de recette pour résoudre les problèmes fondamentaux ou une stratégie qui rendrait les produits de l’entreprise plus attrayants ou plus performants.

Blume n’a pas eu autant de succès avec Porsche que les gens le pensent, car leur seul BEV, le Taycan, a de nombreux problèmes techniques, des rappels, et ses ventes stagnent à un faible niveau.

Porsche Taycan de couleur blanche
Porsche Taycan

Augmenter le prix des véhicules sur un marché où l’offre est limitée, et appeler les profits une victoire peut fonctionner pour une petite entreprise de voitures de sport de luxe. Toutefois ce n’est pas un modèle pour l’avenir d’un fabricant de véhicules de masse comme VW.

Dans les régions, les problèmes s’aggravent et ne diminuent pas. Par exemple en Chine, où VW est désormais considéré comme un faible fournisseur de technologie qui ne connaît rien aux logiciels. Tandis que de nombreux concurrents locaux comme BYD, Great Wall ou Nio non seulement se renforcent, mais envahissent le marché européen et prennent des parts de marché à VW plutôt qu’à Tesla.

Aux États-Unis, VW continue de s’affaiblir et l’ID.4, qui sera bientôt lancée, a une mauvaise réputation et ne peut pas rivaliser avec une Tesla. La marque de SUV Scooter récemment annoncée aux États-Unis et l’unité commerciale de VW auront du mal à concurrencer les camions SUV déjà populaires comme le Rivian, le Hummer, le F-150 Lightening et bien sûr le CyberTruck de Tesla, qui n’a pas encore fait son apparition.

Hummer électrique
Hummer électrique
Ford F 150 Lightning
Ford F 150 Lightning

Wolfsburg n’est pas New York

On peut se demander comment VW pourra s’imposer aux États-Unis dans ce segment encombré de technologies inférieures et de problèmes d’approvisionnement. Et sur le continent européen, le groupe VW est sur la défensive, avec ses modèles BEV ID vieillissants. Qui sont, de plus, en retard sur le plan technologique, manquant de mises à jour logicielles transparentes, et sans effort et de nouveaux modèles attrayants.

Tout cela a poussé les membres du conseil de surveillance à s’interroger sur l’avenir avec Herbert Diess, mais ils n’ont pas fourni la réponse urgente à ce qui doit changer pour inverser le cours négatif du groupe VW.

Les employés et les ingénieurs de VW n’ont jamais vraiment ressenti une connexion avec leur PDG, et malgré l’offensive de charme qu’Herbert Diess a lancée de temps en temps, ils l’ont perçu comme un étranger qui ne comprenait pas Wolfsburg. Une expression de ceci est sa déclaration dans une interview de l’été 2022 quand il a dit :

« Combien payez-vous pour un dîner de steak à New York, 200 à 250 dollars par personne ? C’est le prix de la location d’une bonne voiture aux États-Unis, même une voiture premium, pour le prix d’un dîner vous obtenez une bonne voiture« .

New York n’est pas Wolfsburg, mais la déclaration a été perçue en Allemagne, comme arrogante, de la part des ouvriers de VW, venant d’un millionnaire qui ne sait pas ce que l’on ressent si l’on ne peut pas se permettre des vacances en 2022 à cause de l’inflation.

Des intérêts divergents

L’arrogance est ce que le groupe VW voulait laisser derrière lui après la mauvaise expérience qu’il a eue avec son précédent PDG, Müller, qui n’était en poste que depuis deux ans et demi et qui a qualifié Elon Musk dans un talk-show de « champion du monde des annonces« , comme le conseil de surveillance a appelé vendredi dernier Herbert Diess, après quatre ans de mandat.

L’un des dirigeants les plus influents du groupe VW, le président du conseil de surveillance Dieter Pötsch, est toujours en activité, alors qu’il était responsable et opérationnel en tant que directeur financier pendant le scandale de la fraude au diesel, et qu’il a informé le public trop tard.

Herbert Diess et Dieter Pötsch
De gauche à droite: Herbert Diess et Dieter Pötsch

Mais il a survécu à l’épuration, et il est très étroitement lié aux puissantes familles Porsche et Piech, dont le principal intérêt est le profit. En tant que chef du conseil de surveillance, il vaut mieux soutenir un changement de PDG, afin de le censurer, plutôt que de risquer d’être confronté à des critiques justifiées, pour ne pas avoir été capable de faire votre travail, superviser.

Diess ne pouvait pas s’attendre à ce que Pötsch le soutienne, car il aurait risqué sa propre position, alors que l’ancien PDG a souvent sapé Pötsch en ne coordonnant pas les décisions critiques avec le conseil.

L’intérêt du ministre-président de Basse-Saxe, M. Weil, est de gagner les prochaines élections, et son siège au conseil de surveillance de VW est l’occasion de montrer à ses électeurs à quel point il comprend et soutient l’industrie. Sa principale préoccupation est l’emploi, et celui-ci est de plus en plus menacé par le passage aux véhicules électriques à faible consommation.

Les commentaires d’Herbert Diess, dans son document de réflexion, sur ce qui arrivera à 30 000 emplois, s’ils ne maîtrisent pas la transition, ont porté atteinte à l’image publique de Weil, premier ministre de Basse-Saxe, en tant que gestionnaire de l’industrie. Et c’est pourquoi lui non plus n’est pas intervenu, lorsque le conseil de surveillance a voté contre Herbert Diess et pour Oliver Blume.


Pour retrouver plus facilement tous les articles du dossier :

Alexander Voigt
Alex Voigt soutient depuis 40 ans la mission consistant à transformer le monde en énergie et en transports durables sans carbone. En tant qu'ingénieur, il est fasciné par la capacité de l'humanité à développer un avenir meilleur grâce à la technologie. En tant qu'Allemand, il est parfois frustré par l'industrie automobile allemande et la lenteur des progrès réalisés dans le domaine des véhicules électriques à batterie. C'est pourquoi il a commencé à publier en anglais, en allemand et maintenant en français. Avec 30 ans d'expérience sur le marché boursier, il est investi dans Tesla [TSLA], pour le long terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous

Suivez nos dernières publications et les backstage de Tesla Mag. Signalez nous des idées, erreurs ou bons plans à partager! Bienvenue dans la communauté!

Pour poursuivre votre lecture