Pourquoi Volkswagen a licencié Herbert Diess? – Les enjeux

Juste après l’annonce de la nouvelle selon laquelle Herbert Diess, le PDG du groupe Volkswagen (VW), quitterait l’entreprise à la fin du mois d’août 2022, soit environ quatre ans seulement après sa prise de fonction en 2018, les gens ont posé beaucoup de questions, et la plus pressante est de savoir pourquoi.

Dans cette série de six articles, j’essaierai d’expliquer les raisons de la décision de pousser Herbert Diess hors de la direction de VW et pourquoi ce n’était pas du tout une surprise.

Les enjeux

Diess a opéré la conversion de l’énorme groupe VW (qui compte 12 marques), des moteurs à combustion interne aux véhicules électriques à batterie. Et c’est une entreprise gigantesque, mais essentielle pour la survie du constructeur automobile, qui était, il y a quelques années encore, le plus grand du monde.

A ce titre, il mérite la reconnaissance et le respect pour ce changement initié, même si l’on ne sait pas encore s’il sera couronné de succès ou non.

Lorsque vous changez le cap d’un énorme pétrolier comme le groupe Volkswagen, vous ne devez pas le confondre avec le fait de dériver dans la nouvelle direction ou même d’atteindre la destination. Car lorsque vous changez le cap, vous ne sentez ou ne voyez pas le changement pendant un certain temps, et c’est encore le cas avec Volkswagen.

Les intervenants

De nombreuses parties sont impliquées dans le processus décisionnel de VW. Et bien sûr, chaque partie a sa propre motivation et sa propre influence, de sorte que cela dépend toujours de la personne à qui vous demandez pourquoi le PDG a été forcé de partir.

Chaque personne impliquée dans la décision donnera donc une réponse et des raisons différentes. Mais la dynamique qui se développe peut niveler de nombreuses petites décisions jusqu’à un point de rupture étonnamment opportun.

Lors de la réunion cruciale du conseil d’administration où la décision décisive a été prise, non seulement une partie prenante clé a demandé sa démission, mais d’autres personnes tout aussi importantes ne se sont pas opposées à cette demande.

Tout cela a abouti à un accord mutuel : ceux qui ne se sont pas opposés au vote ont également pris une décision contre lui, et ce sur la base de leur histoire avec Herbert Diess.

Herbert Diess – Oliver Blume : une succession attendue

Photo de Oliver Blume à gauche et Herbert Diess à droite.
Oliver Blume (à gauche) et Herbert Diess (à droite) (Source : Auto Motor Und Sport)

En tant que personne extérieure qui analyse la plus grande entreprise industrielle d’Allemagne depuis une décennie, j’ai prédit il y a longtemps, et pour de bonnes raisons, qu’Herbert Diess partirait avant l’expiration de son contrat en 2025 et serait remplacé par Oliver Blume, le PDG de Porsche.

Il n’était pas difficile d’arriver à cette conclusion, et elle est parfaitement logique, au vu des conditions dans lesquelles Volkswagen opère. Et ce, même si je pense qu’elle n’aidera pas l’entreprise à poursuivre son chemin vers le transport durable, mais plutôt à l’entraver.

La stratégie du nouveau PDG de VW, M. Blume, est de continuer à vendre des moteurs à combustion interne et des hybrides, ainsi que des véhicules alimentés par des carburants synthétiques appelés « e-fuels ».

A n’en pas douter, cela détournera l’attention de la stratégie élaborée par Herbert Diess, qui consistait à se lancer pleinement dans les véhicules électriques alimentés par des batteries. Un tel retour à la stratégie initiale du groupe n’est pas du tout positif.

L’avenir ne semble pas plus prometteur pour Volkswagen sans Herbert Diess. Mais on peut concéder qu’il était également discutable avec lui, comme nous le verrons par la suite.


Pour retrouver plus facilement tous les articles du dossier :

Alexander Voigt
Alex Voigt soutient depuis 40 ans la mission consistant à transformer le monde en énergie et en transports durables sans carbone. En tant qu'ingénieur, il est fasciné par la capacité de l'humanité à développer un avenir meilleur grâce à la technologie. En tant qu'Allemand, il est parfois frustré par l'industrie automobile allemande et la lenteur des progrès réalisés dans le domaine des véhicules électriques à batterie. C'est pourquoi il a commencé à publier en anglais, en allemand et maintenant en français. Avec 30 ans d'expérience sur le marché boursier, il est investi dans Tesla [TSLA], pour le long terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -
- Publicité -

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne manquer aucune info!

Actualités du jour

Dacia Spring : solutions et vitesse de recharge

Ce mois-ci marque le début des livraisons de la toute nouvelle citadine électrique, la Dacia Spring, mise en vente...
- Publicité -