Pourquoi la Chine est-elle stratégique pour Tesla?

Tesla, confronté à un examen minutieux de ses activités en Chine, suite à des plaintes en matière de sécurité et de service client, renforcerait son engagement auprès des régulateurs, tout en étoffant son équipe chargée des relations avec le gouvernement chinois. Le pourquoi du comment dans cet article… 

Implantation de Tesla en Chine : quel bilan ? 

Changement de stratégie de Tesla

Le changement de stratégie de Tesla, qui a conduit à une plus grande interaction dans les coulisses avec les décideurs politiques à Pékin par rapport à relativement peu auparavant, montre l’importance que représente aux yeux du constructeur américain de véhicules électriques les revers qui l’ont récemment frappé sur son deuxième marché.

La Chine tente de réglementer les entreprises technologiques

Cette nouvelle politique menée par l’entreprise arrive également à un moment où la Chine tente de réglementer les grandes et puissantes entreprises privées, en particulier dans le secteur technologique, en raison des préoccupations concernant leur domination sur le marché.

Tesla souhaite participer plus largement aux discussions concernant normes et politiques en Chine

Comme ailleurs, les régulateurs de Chine, le plus grand marché automobile du monde, discutent des politiques et des normes de l’industrie avec des entreprises mondiales et locales, des associations industrielles et des groupes de réflexion.

Les constructeurs automobiles participent généralement à de telles réunions organisées dans l’Empire du Milieu, mais contrairement à des concurrents tels que Toyota et General Motors, les responsables de Tesla étaient largement absents des rassemblements à huis clos, indiquent quatre personnes proches du dossier.

A la place, les responsables de Tesla préféraient jusqu’à présent prendre régulièrement la parole lors de conférences industrielles de haut niveau. En dehors de la Chine, le fougueux patron de Tesla, Elon Musk, se rend régulièrement sur Twitter pour commenter ou critiquer les régulateurs ou les règles.

Participation récente de Tesla à plusieurs discussions politiques

Mais selon les sources, au cours des dernières semaines, les dirigeants de Tesla ont assisté à au moins quatre discussions politiques, sur des sujets tels que le stockage automatique des données, les technologies de communication véhicule-infrastructure, le recyclage des voitures et les émissions de carbone.

La société californienne, qui fabrique des berlines électriques Model 3 et SUV Model Y dans sa propre usine de Shanghai, n’aurait pas pris d’engagements majeurs lors de ces réunions.

Tesla renforce son équipe chargée des relations avec les autorités chinoises

En parallèle, Tesla étoffe son équipe chargée des relations gouvernementales en Chine, a déclaré l’une des sources.

Selon deux annonces de recrutement mises en ligne en avril sur son compte WeChat, Tesla recrute des gestionnaires pour mettre à jour une base de données sur les politiques et entretenir des relations avec le gouvernement et les associations industrielles afin de «créer un environnement externe harmonieux pour soutenir le développement commercial de Tesla sur le marché régional».

Le nombre de managers que Tesla prévoit d’embaucher pour satisfaire à ces besoins n’apparaît toutefois pas clairement.

La Chine : 2ème marché de Tesla

Représentant environ 30% des ventes mondiales de Tesla, la Chine est le deuxième marché du constructeur automobile après les États-Unis. Le pays lui a permis d’enregistrer des livraisons de véhicules record au premier trimestre.

Des tensions entre Tesla et Pékin

Alors que d’excellentes relations s’étaient nouées jusqu’à présent entre Tesla et Pékin, la pression est montée au cours des derniers mois. Fini le bon temps où la Chine se servait de Tesla pour redorer son image et « verdir » sa politique, le constructeur lui servant d’outil de propagande. La nouvelle implantation de la firme californienne à Shanghai permet à Pékin de montrer à toute la planète l’intérêt d’investir en Chine.

En réponse aux différentes plaintes, Tesla a déclaré qu’il créerait un centre de données en Chine, lancerait une auto-inspection pour améliorer les services et travaillerait avec les régulateurs.

Tesla pointé du doigt suite à des incidents techniques

En février dernier, les régulateurs chinois ont convoqué Tesla suite à des rapports de consommateurs concernant des incendies de batterie, des accélérations inattendues de ses voitures et des échecs dans les mises à jour logicielles en temps réel.

En mars, Tesla a fait l’objet d’un examen minutieux lorsque l’armée a interdit à ses véhicules d’entrer dans ses complexes, invoquant des problèmes de sécurité liés aux caméras embarqués dans ses voitures.

Quelques jours plus tard, Musk est apparu par vidéo dans un forum de haut niveau, disant que si Tesla utilisait des voitures pour espionner en Chine ou ailleurs, il mettrait la clé sous la porte.

En avril, Tesla a été pris pour cible par les médias d’État et les régulateurs après qu’un client, furieux de la manière avec laquelle a été traitée sa plainte concernant un dysfonctionnement des freins, est monté sur un de ses véhicules en signe de protestation lors du salon automobile de Shanghai. Les vidéos de l’incident sont devenues virales.

Un concurrent gênant ?

Certains n’hésitant pas à y voir un lien avec le développement de la concurrence chinoise dans le domaine des véhicules électriques. Le constructeur US pouvant être vu désormais comme celui qui roule sur les plates-bandes des entreprises soutenues par Pékin.

Chine vs. Tesla : une pression croissante depuis avril

La Chine reproche à Tesla son arrogance et la mise en danger des consommateurs chinois en vendant des produits défectueux, poussant la société d’Elon Musk à présenter ses excuses. Tesla fait ainsi l’objet d’une pression croissante en Chine. 

Le bad buzz du Salon de l’auto de Shanghai 

Tesla et la Chine : salon de l'auto de Shanghai
(source : Wikipedia)

Une levée de boucliers survenue suite à un incident lundi 19 avril au Salon de l’auto de Shanghai et couvert par le Global Times. Une femme est montée sur l’un des véhicules d’exposition pour crier que les freins défectueux de la berline Model 3 ont failli causer la mort de sa famille en février.

Le mois dernier, en réponse aux premières protestations de cette même dame, Tesla avait publié une déclaration, citant un rapport de police, disant que le père de la plaignante avait accéléré au moment de l’accident.

Cette fois, l’entreprise d’Elon Musk a souligné que la femme, propriétaire d’une Tesla fabriquée en Chine, “est largement connue pour avoir protesté à plusieurs reprises contre le système de freinage de Tesla”, ajoutant que l’entreprise travaillera sur des solutions, mais qu’elle “ne transige jamais sur les demandes déraisonnables”.

Des critiques de haut niveau

Mais voilà, la Commission centrale aux affaires politiques et juridiques du Comité central du Parti communiste chinois est intervenue mardi 20 avril, quelques heures après que l’agence de presse chinoise Xinhua a publié une note sur l’importance de la conformité de la qualité des véhicules Tesla aux attentes du marché afin de gagner la confiance des consommateurs.

L’organisme accuse l’entreprise d’arrogance et de mise en danger des consommateurs chinois en vendant des produits défectueux.

“Tesla doit faire face au tourment de ses clients chinois» et cesser de «faire semblant d’ignorer les dangers cachés dont elle est bien consciente”, fustige la commission dans une publication sur WeChat, citée par le Wall Street Journal.

En réponse, le constructeur automobile a choisi de mettre pavillon bas présentant ses excuses:

“Tesla apprécie la confiance et la tolérance accordées par nos propriétaires de voitures, nos internautes et nos amis des médias, et écoute attentivement les suggestions et les critiques […]. Afin de compenser au maximum l’inconfort du propriétaire et l’impact négatif sur sa voiture en utilisant l’expérience et la vie, nous sommes toujours prêts à faire de notre mieux pour communiquer activement avec l’intéressée et chercher des solutions avec l’attitude la plus sincère.”

La première attaque

Ce n’est pas la première fois que Tesla doit se défendre en Chine, considérée comme l’un de ses plus grands marchés depuis l’inauguration de sa Shanghai Gigafactory début 2019.

(Source : CNN)

En effet, en mars, le gouvernement chinois avait restreint l’utilisation des véhicules de la marque américaine pour le personnel militaire et les employés des principales entreprises publiques face à des inquiétudes concernant les données collectées par les voitures qui pourraient être source de fuites menaçant la sécurité nationale, rapportait le Wall Street Journal.

Les autorités chinoises craignent que les caméras des véhicules enregistrent des images en permanence, obtiennent des données et localisent les voitures, mais aussi les listes de contacts des smartphones synchronisés. Des informations réfutées par Elon Musk.

Toujours populaire

Bien que certains lient la mesure prise par les autorités chinoises aux sanctions imposées par les États-Unis, notamment à l’égard du géant des télécommunications Huawei, la marque reste extrêmement populaire en Chine.

Ainsi, selon Bloomberg, 34.714 véhicules Tesla construits et importés en Chine ont été enregistrés dans le pays en mars, soit près du double des 18.155 de février, et du triple un an plus tôt: un record!

Une dégringolade des commandes en Chine pour Tesla, mais il reste de l’espoir  

Pour Tesla, le mois d’avril s’est accompagné d’une baisse de 50% des commandes en Chine avec seulement 9 800 voitures vendues et, par conséquent, une chute importante de son action. 

Une baisse conséquente 

D’après The Information, d’avril à mai 2021, les commandes de Tesla en Chine ont diminué de moitié. Seulement 9 800 voitures ont été vendues en mai, contre 18 000 en avril. Pourtant ce mois-là n’avait déjà pas été très glorieux, les ventes du constructeur automobile avaient chuté de 27%. Les actions de l’entreprise d’Elon Musk suivent la même tendance que les commandes chinoises. Le 3 juin, elles ont chuté de 5%, et depuis le début de l’année 2021 la baisse est de 15%.

Junheng Li, PDG de JL Warren Capital, une entreprise de conseil spécialisée sur les entreprises chinoises et américaines, évoque une baisse plus restreinte de 30% des commandes de Tesla sur le mois de mai.

En août, Tesla a expédié les premiers Model Y chinois vers l’Europe !

Tesla Model Y (Source : Tesla)

Pour ne pas prendre de retard sur ses plans, Tesla exporte les Model Y vers l’Europe depuis la Chine. Et les volumes sont consistants.

Alors que la Gigafactory de Berlin pousse lentement de terre, Tesla s’active pour emmener le Model Y en Europe. Finalement, le SUV électrique arrivera de Chine où l’usine de Shanghai tourne à plein régime. Si le Tesla Model Y est en chemin, Tesla Chine livre les données chiffrées.

D’après le constructeur, la Gigafactory de Shanghai a expédié un premier jet de 8 210 Tesla Model Y vers le Vieux Continent, pour rejoindre les garages des premiers propriétaires proches de l’impatience. Soit un volume relativement copieux, qui devrait rapidement être suivi par d’autres fournées sans doute mieux fournies.

507 km d’autonomie pour le Model Y Grande Autonomie

Les premiers exemplaires ont déjà posé leurs roues en Europe, où ils rejoindront lentement les différents points de livraison. En attendant de les voir sur les routes, plusieurs observateurs ont pu apercevoir des modèles posés sur les porte-voitures avec des stickers Not Model Y sur leur flanc.

Rappelons que la gamme du Tesla Model Y s’ouvre avec la Grande Autonomie capable de 507 km sur une seule charge selon la norme WLTP. L’autonomie descend à 480 km avec la Performance. Ces versions s’affichent respectivement à 59 990 € et 66 990 €.

Sources : 

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A ne pas manquer !

Publicité