Le plan de transformation avait été annoncé lors de la conférence annuelle du groupe mais c’est dans un contexte de relance pour le secteur automobile que le groupe Renault annonce un plan de réduction des coûts de 2 milliards d’euros sur trois ans.

Renault: destruction créatrice?

Si Renault a toujours été numéro un en France dans l’électrique avec la Renault Zoé, l’ensemble du groupe ne s’était pas tourné vers cette technologie et les nouveaux enjeux.

Aucun doute que la crise du Coronavirus n’a rien arrangé aux affaires du groupe et que le plan a été profondément impacté par cette nouvelle donne.

Les objectifs portés par le groupe

  • Restaurer la compétitivité du groupe Renault
  • Assurer le développement de la marque sur le long terme au sein de l’alliance
  • Simplifier les processus, rationaliser la production
  • Ajuster les capacités de l’outil industriel
  • Augmenter la standardisation des véhicules
  • Réduire les capacités de production de 4 millions de véhicules en 2019 à 3,3 millions en 2024

Le choix de l’électrique

Le groupe appuie ces mesures draconiennes sur la ferme volonté de tourner son outil industriel vers l’électrique. En effet, le groupe sait depuis longtemps que le véhicule électrique ne peut pas appeler le même modèle économique que le véhicule thermique. Pourquoi?

  • Il y a moins d’entretien: Renault fait partie des acteurs auto qui travaillent avec un réseau de concession qui intègre l’entretien dans son modèle économique.
  • Les sous-traitants sont moins nombreux.
  • Il faut produire moins de véhicule thermique.

Une stratégie diversifiée

Le groupe va également miser sur l’économie circulaire, l’innovation à haute valeur ajoutée et les véhicules à bas coûts.

Le groupe va réorganiser ses centres régionaux d’excellence autour de ces nouvelles orientations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.