AccueilActualité voiture électriqueRecharge en copropriété: WAAT conforte sa position de leader

Recharge en copropriété: WAAT conforte sa position de leader

45% des français vivent aujourd’hui en résidence collective, mais équiper en borne de recharge un parking en copropriété reste compliqué, ce qui freine l’adoption de la mobilité électrique. Depuis début 2022, l’offre Logivolt, développée par la banque des territoires, permet d’accompagner opérateurs et copropriétés en finançant l’infrastructure collective sans reste à charge, et connait un vif succès. Patrick Kic, président et co-fondateur de Waat, l’un des opérateurs les plus actifs en copropriété, a accepté de nous recevoir pour évoquer la façon dont Waat se structure pour faire face à cette demande exponentielle, les perspectives et la dynamique du marché de la recharge électrique sur lequel Waat compte bien se distinguer… 

Waat, le spécialiste de l’équipement en bornes de recharge des copropriétés…

La société a été créée il y a 4 ans, avec pour objectif l’installation, le maintien et la supervision de bornes de recharge, et l’accompagnement de ses utilisateurs, notamment sur la facturation des usages sur les bornes, principalement dans le tertiaire et pour les flottes de véhicules.

Waat se concentre sur trois segments : les copropriétés, son cœur de métier, les bailleurs sociaux, et le secteur tertiaire, qui regroupe l’équipement d’immeubles de bureau, d’hôtels et restaurants, de centres commerciaux…

Déjà plus de 8000 points de charge installés…

Cette start-up compte déjà 4000 copropriétés signées à cette date, et plus de 8000 points de recharge installés sur les 3 segments visés. Avec une croissance exponentielle depuis 2021. Le marché a brusquement explosé, et la société se structure pour y faire face ! La jeune pousse compte aujourd’hui 160 collaborateurs, avec un recrutement actif d’environ 10 personnes par mois pour suivre la croissance.

L’innovation : Proposer à ses clients une application (MyWaat), qui permet à l’utilisateur d’une borne d’avoir toutes les informations utiles sur sa propre borne (utilisation, consommation, supervision, etc), mais aussi offre un service de recharge sur tout type de points de charge en France, sur les bornes publiques déployées par Waat ou en itinérance hors du réseau Waat.

Interview exclusive de Patrick Kic, Président fondateur de Waat

Waat vient d’annoncer une première levée de fonds de 30M€ auprès du fonds  RAISE impact ; objectif :  industrialiser l’entreprise pour faire face à des volumes ambitieux…

Jusqu’à mi 2022, la structure ne dépendait que de ses fonds propres apportés par son groupe d’actionnaires historique, et a décidé de lancer un 1ere levée de fonds cet été, sous forme d’une participation minoritaire à hauteur de 30M€ du fonds Raise impact, connu pour sa politique en faveur des entreprises à impact mettant en avant des objectifs RSE forts. 

Ne manquez pas!  Hopium : l’histoire de cette marque et de son fondateur

Objectif de cette levée : là encore, se structurer pour faire face à la croissance exponentielle de l’activité. La levée sera donc exclusivement de l’investissement interne avec 3 leviers :

  • Digitalisation et industrialisation de l’entreprise pour suivre la croissance en automatisant le plus possible de processus et en visant un fonctionnement le plus efficace possible,
  • Développer et Renforcer les services de supervision pour les clients sur l’application, pour offrir un service de haut niveau et se démarquer,
  • Enfin, anticiper le recrutement sur un marché tendu, pour rester présent auprès des clients

(« Aucune contre référence commerciale ou de travaux »), notamment sur la gestion des bornes et leur maintenance. Waat souhaite notamment créer une école de formation professionnelle d’électriciens spécialisés sur les IRVE.

En matière d’organisation, en parallèle des embauches prévues, Waat se structure pour optimiser son service et industrialiser son fonctionnement : 

  • Les installations représentent un volume tel qu’il faut les coordonner de façon industrielle. Waat a sélectionné un réseau de 60 partenaires partout en France qui supportent l’action locale de Waat, et investit actuellement à la formation d’une équipe interne chargée de maintenir et superviser ses bornes.
  • La présence locale est primordiale: la promesse de Waat est d’ « être à moins d’une heure de ses clients », ce qui nécessite la mise en place d’équipes décentralisées et l’ouverture d’agences partout sur le territoire. Après les 10 premières villes de France, Waat ouvre déjà des agences dans les villes moyennes, ce qui représente une partie significative de ses recrutements. 

L’offre en copropriété, le cœur de métier de Waat 

Jusqu’à 2022, deux types d’offres étaient disponibles pour installer une infrastructure de recharge en copropriété, que Patrick Kic schématise ainsi :

  • soit les copropriétés financent leur infrastructure collective ce qui suppose le vote d’un budget en AG et un investissement significatif, mais laisse la copropriété libre de choisir son opérateur,  et valorise les places de parking (l’infrastructure appartient à la copropriété)
  • soit l’infrastructure est financée selon le modèle « tiers investisseur », c’est l’opérateur ou un organisme financier qui finance l’infrastructure, avantage: la copropriété n’a pas à voter cette dépense, mais les couts pour les utilisateurs de bornes sont souvent plus élevés, et l’immeuble est davantage dépendant d’un opérateur.

Le nouveau système de financement de l’infrastructure collective, Logivolt, développé avec la banque des territoires, permet une très forte accélération de l’activité en copropriété

Pour Patrick Kic, ces deux systèmes ne permettaient pas un développement satisfaisant de l’équipement et avaient chacun leurs défauts. Il a donc participé avec la Caisse des dépôts à la création d’un 3e mécanisme plus vertueux,  alliant les avantages des deux systèmes : une offre de financement de l’infrastructure, indépendante de l’opérateur et portée par la banque des territoires, baptisée Logivolt, sans reste à charge pour la copropriété, et offrant la propriété de l’infrastructure à la copropriété à la fin de la convention de financement. Logivolt a démarré début 2022 et a rapidement prouvé son efficacité, en débloquant les freins à l’équipement en copropriété.

Ne manquez pas!  Allemagne : Prochain Eldorado Européen pour Tesla?

L’offre Logivolt représente aujourd’hui plus de 80% des commandes pour Waat, soit plus de 60 immeubles par semaine !

Si Waat commercialise toujours les trois offres, l’offre Logivolt représente aujourd’hui plus de 80% de son activité en copropriété. Plus de 60 immeubles votent chaque semaine en faveur de cette solution avec Waat, c’est donc un volant d’activité très important, avec une dynamique qui s’accélère vite : jusqu’en 2020, c’était 5 par semaine !

Waat dédie principalement les deux autres offres aux situations dans lesquelles  la solution Logivolt ne peut pas s’appliquer : pour les parkings de moins de 20 places, Waat préfère financer lui-même l’infrastructure, et pour les parkings extérieurs, Waat propose toujours une offre de financement par la copropriété. L’objectif de Patrick Kic est de pouvoir toujours proposer une solution viable adaptée à la situation de chaque immeuble.

La solution publique d’Enedis arrive : pour Waat, une solution concurrente mais complémentaire…

L’offre Enedis de « colonne horizontale » est une offre concurrente pour Waat ; elle présente également l’avantage d’être sans appel de fonds pour la copropriété, mais est de nature différente de celle proposée par les opérateurs, ce qui permettra aux copropriétés de choisir l’offre la plus adaptée pour elles. 

Pour Patrick Kic, l’inconvénient de la solution proposée par Enedis est que tous les demandeurs de bornes auront à rembourser la quote part de cet investissement à Enedis (quote part dont le montant doit être prochainement précisé par arrété ministériel), alors que Waat prend à sa charge le remboursement de chaque raccordement Logivolt. Par ailleurs, avec la solution publique, l’infrastructure n’est pas propriété de l’immeuble. 

La dynamique du développement des infrastructures de recharge s’accélère nettement depuis l’an dernier

Patrick Kic constate que la dynamique s’est nettement accélérée depuis début 2021, sous une combinaison de facteurs : prise de conscience écologique, meilleure connaissance des solutions, augmentation de la demande de bornes et du parc de véhicules électriques, notamment sous l’impact indirect des lois obligeant les flottes d’entreprises à se « verdir », les subventions publiques etc. 

Ne manquez pas!  2020, UNE ANNÉE RECORD POUR LE VÉHICULE ÉLECTRIQUE

Waat constate aujourd’hui dès la première année d’installation de ses parkings, un taux d’équipement électrique d’environ 10% des places, ce qui est très encourageant. Il y a deux  ans, il y avait moins de 3% de demandes d’électrification par parking.

Waat bénéficie aussi de l’effet d’accélération de l’équipement des entreprises via ses propres clients entreprises, qui demandent d’équiper les immeubles de leurs employés.

Le défi de la crise énergétique : une pression à la hausse de l’électricité… mais Waat rappelle que malgré tout la recharge électrique reste durablement très compétitive face à l’essence.

Watt, comme tous les opérateurs, achète l’électricité en gros et la revend à ses clients pour alimenter leurs bornes. Waat s’efforce de maintenir des prix bas sur l’électricité, et a pour l’instant réussi à conserver son positionnement sans répercuter de hausse tarifaire à ses clients, grâce à ses augmentations de volumes d’achat. 

Mais la pression à la hausse des coûts de l’électricité a contraint Waat de modifier sa structure tarifaire, qui incluait précédemment un forfait borne + électricité : Waat a pris le parti de refléter désormais de façon transparente le coût de l’électricité en la revendant au client à son prix d’achat.

Cependant, P. Kic insiste sur le fait que le coût d’usage des véhicules électrique, même avec ces hausses, reste très inférieur à celui des véhicules thermiques (environ moitié moins cher), ce qui reste un argument durable pour passer à l’électrique.

Waat a initié l’association AFOR, qui fédère les principaux opérateurs du marché des copropriétés, pour peser sur le débat public

Enfin, Waat a formé une association professionnelle avec ses concurrents impliqués dans l’électrification des copropriétés, l’AFOR, qui plaide auprès des pouvoirs publics, pour pouvoir bénéficier du tarif réglementé de l’électricité ou du bouclier tarifaire, car ces acteurs ne font qu’acheter en gros de l’électricité qu’ils refacturent ensuite à leurs clients. Pour toutes les bornes installées en copropriété, le client final est un particulier, et devrait par nature bénéficier de ce dispositif. Les récentes annonces de l’Elysée sur l’extension du bouclier tarifaires aux bornes de recharge, semblent aller dans ce sens, et Waat espère rapidement de bonnes nouvelles pour l’ensemble de la branche.

Bref, Waat montre un beau dynamisme !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

Rejoignez la révolution !

- Publicité -