Batteries : Nissan jette l’éponge

Nissan jette l'éponge

Il y a ceux qui veulent maitriser leurs coûts et d'autres, leur technologie ou leur approvisionnement. En termes de batterie, nerf de la guerre du VE (Véhicule Electrique), les camps ne sont pas encore figés. Tesla appartient à la seconde catégorie. La firme d'Elon Musk internalise autant qu'elle le peut pour mieux maitriser ses approvisionnements ou, dit différemment, moins dépendre d'entreprises tierces. Revers de la médaille : ses investissements propres sont massifs et engagent la marque sur le long terme quant au type de batterie produit. Nissan appartient à la première catégorie. Le constructeur nippon a annoncé hier se séparer de son

Auchan, des hypers très branchés

Auchan VE

Ils sont partout, sous toutes les formes. Tout le monde y va, des grandes métropoles jusqu’aux villages les plus reculés. Ils sont ouverts plus de 300 jours par an, sont fréquentés des revenus les plus modestes jusqu’aux fameux CSP++. Qui ? Les supermarchés ! Avec 380 hyper et super, Auchan dispose d’un maillage territorial de premier plan. « Nous avons conclu un partenariat avec Nissan et Sodetrel fin 2013 », explique Yves Massart, Directeur Environnement, Auchan. « Nous fournissons l’emplacement, le groupe subventionne son installation, Nissan nous fournit la borne. Le déploiement se fait sur la base du volontariat, chaque magasin est libre mais la demande

Recharge communautaire : j’irai charger chez vous

Recharge domestique voiture électrique

On mutualise ses amis, ses réseaux, sa voiture (covoiturage) mais pas encore son électricité. Aujourd’hui, un propriétaire de VE se charge chez lui ou sur une borne publique. Et entre les deux ? Entre les deux, il y a l’électricité domestique : celle que l’on a chez soi et que l’on accepte d’ouvrir aux autres, pour un temps de charge, moyennant rémunération. Cette idée aussi simple qu’astucieuse emprunte son concept à Airbnb, où des particuliers louent en direct leur immobilier. Inspirations suédoises Airbnb, voilà qui a même directement inspiré l’une des premières initiatives de ce genre, baptisée Elbnb. Le préfixe « El » renvoie à l’électricité, le

Et Nissan inventa l’accéléro-frein…

Nissan LEAF

Au début, il y avait trois pédales. Avec l’avènement du véhicule automatique puis électrique, il n’y en a plus eu que deux. Demain, il ne pourrait y en avoir qu’une. Ou, plus précisément, toujours deux pédales mais une, celle de frein, qui verrait son utilité réduite à peau de chagrin. C’est toute la promesse de la e-Pedal que Nissan a annoncé la semaine dernière. Elle remplacera la pédale d’accélérateur. Comme elle, en appuyant dessus, la voiture prendra de la vitesse. En relâchant progressivement la pression, la voiture ne va pas simplement décélérer, elle va véritablement freiner. Enfin, lorsque la e-Pedal sera

Inspeer : la première assurance dédiée aux Véhicules Electriques

Emmanuelle Mury - cofondatrice d'Inspeer

Il existe de multiples start-up promises à un bel avenir. Dans le cadre des voitures électriques, il y en a déjà moins. Dans celui, encore plus restreint, de l’assurance pour voitures électriques, il ne s’agit que de quelques pépites. Inspeer pourrait bien en faire partie. Son objet : l’assurance communautaire. Elle se fonde sur le principe d’une communauté homogène et solidaire dont les comportements de conduite ont évolué, sont aujourd’hui moins accidentogènes que la moyenne...et qui peut à ce titre prétendre à une assurance spécifique et plus abordable. Entretien avec Emmanuelle Mury, cofondatrice. D’où vient l’idée d’Inspeer ? Nous voulons proposer une nouvelle génération d’assurance,